Test Outward - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 242 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Editeur
Deep Silver
Développeur
Nine Dots Studio
Genre
Jeu de rôle (RPG)
Statut
Disponible
Date de sortie
  26.03.2019
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
39,99 €

Oubliez tout ce que vous savez des RPG à monde ouvert. Outward débarque et entend bien vous remettre à votre place rapidement. Pas question ici de prendre part à l’aventure d’un guerrier invincible, vous voilà dans la peau d’un villageois parfaitement lambda, à un détail près, c’est le paria du village. Plus qu’un jeu de rôle, Outward est avant tout un jeu de survie. Préparez-vous donc à souffrir, dans tous les sens du terme…

De très bonnes idées, un manque de moyens…



Outward est l’un de ses ovnis vidéoludiques qui arrivent avec un concept innovant, mais sans avoir la chance d’être accompagnés d’une force de développement considérable. Dès les premières minutes de jeu, vous comprendrez que celui-ci vise le public d’une niche très précise. Vous incarnez un villageois parfaitement banal, à un petit détail près : vous devez une dette de sang à votre village, hérité de génération en génération par votre famille. Sympa. Pour couronner le tout, votre aventure commence très bien. Vous vous réveillez à moitié nu sur une plage, après le naufrage du navire sur lequel vous aviez embarqué. Les quelques richesses que vous aviez accumulées pour rembourser votre dette sont maintenant au fond des océans et le chef du village n’a pas grand-chose à faire de votre triste sort. Il va falloir la payer votre dette ! Vous comprendrez donc rapidement qu’il va falloir vous accrocher pour venir à bout du soft. Malheureusement pas vraiment à cause de son gameplay... Pour un jeu sorti sur PS2, Outward serait magnifique, malheureusement nous sommes ici sur Xbox One.

Graphiquement, il a près de deux générations de retard et, au niveau technique, nous n’en sommes pas loin non plus. Combats aux allures de diaporama tellement les FPS chutent, textures hideuses, sans parler des sons, environnements vides et sans intérêt, absence quasi-totale de doublages… Ce n’est clairement pas les prestations qui viendront vous charmer dans Outward. Les plus fans de jeu de rôle y trouveront néanmoins des idées rafraichissantes, à commencer par un système de survie très poussé, voire sûrement trop. Manger, boire, dormir, se tenir au chaud ou au frais pour éviter de tomber malade, éviter l’indigestion à cause d’une mauvaise alimentation ou encore limiter les risques d’infection après un combat, Outward va loin dans la gestion des statuts de votre personnage. En plus de l’exploration de l’environnement, il vous faudra donc constamment micro-manager votre personnage pour garantir qu’il soit au meilleur de sa forme pour les affrontements à venir. La gestion de l’inventaire vient naturellement s’ajouter à ce principe de survie. Votre meilleur ami, c’est votre sac à dos et les ressources qu’il contient. Ces ressources, à vous d’en faire bon usage, via un système de crafting complet intégrant de nombreux aspects différents : nourriture, armes, potions… Contrairement à beaucoup de titres actuels, le jeu ne vous tient pas la main. Dans ce sens, il aurait presque un air rétro.

Vous commencez littéralement à 0, sans arme, armure ou argent. A vous de faire votre propre histoire, de parler aux bonnes personnes pour apprendre de nouvelles compétences, etc. A vous aussi de bien lire les quêtes pour comprendre où aller et que faire et de vous y préparer efficacement. Rien n’est acquis si vous ne cherchez pas comment l’obtenir et c’est finalement la plus grande force du jeu. Il vous faudra aussi faire des choix dans vos dialogues, au travers de menus contextuels parfaitement dépassés eux aussi. Ces choix peuvent avoir un impact sur votre aventure et sur l’environnement qui vous entoure. Vous vous en doutez, il faudra vous armer de patience car c’est finalement la seule chose qu’Outward exigera vraiment de vous. Le jeu n’est pas particulièrement fun, et dans ce sens, il est parfaitement différent des jeux de rôle bac-à-sable en monde ouvert auxquels nous sommes désormais habitués. Le gameplay n’a rien de bien fameux. L’IA des ennemis est ridicule, offrant des combats risibles que ce soit au corps à corps ou en utilisant la magie. Pas de sauvegarde/chargement rapide, vous devrez vivre avec vos échecs, le jeu forçant la sauvegarde automatique sur un emplacement unique. Les rôlistes hardcore salivent déjà mais la majeure partie des joueurs ont sûrement déjà quitté le navire. En cas de mort, ou plutôt de KO, le jeu vous fera réapparaitre en fonction d’un « scénario de défaite » aléatoire.

Vous pouvez aussi bien vous éveiller dans un environnement sûr, avec tout votre équipement, que dans un camp de bandits ou dans une grotte remplie d’hyènes. Enfin, l’absence de voyage rapide vous obligera à traverser à pied des environnements vides et ennuyeux. Même dans les villages, le monde qui vous entoure est simplement mort, cassant tout espoir d’immersion dans l’univers. Malheureusement pour lui, Outward ne parvient pas non plus à accrocher ces derniers avec un scénario digne de ce nom. Alors oui, vous avez bien cette histoire de dette de sang héritée de votre famille, mais ce problème est plié après quelques heures de jeu. Ensuite, vous décidez qu’il est temps pour vous de quitter ce village dans lequel vous n’êtes pas franchement le bienvenu pour aller voir ce qui se passe au dehors… et c’est à peu près tout. A noter pour finir que le jeu propose un mode coopératif en écran splitté, un effort à saluer ! Celui-ci est bien intégré et très simple d’utilisation.

Point complet
Jeu réservé à un public très précis, Outward n’est clairement pas un soft à mettre entre toutes les mains. La grande majorité des joueurs risque de ne pas réussir à passer outre son aspect brut de décoffrage, sa technique datée et son scénario absent. Les fans de RPG les plus hardcore cherchant une nouvelle expérience, loin des codes classiques du genre, y trouveront néanmoins un titre avec des mécaniques intéressantes, l’exploration et la survie étant les principaux atouts du soft.

On a adoré :
Système de survie très poussé
Coop en local bien intégrée
Il ne vous tient pas par la main
L’exploration au cœur du jeu
Le côté rétro qui plaira à certains…
On n'a pas aimé :
Mais clairement pas à tous
Complètement dépassé (technique, visuels)
IA pitoyable offrant des combats ennuyeux
Environnements sans âme
Scénario maigrelet


Consulter les commentaires Article publié le 01/05/2019 par Arnaud D.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019