Test Ninety Nine Nights 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Ninety-Nine Nights II



Editeur
Konami
Développeur
Feelplus
Genre
Beat'em All
Statut
Disponible
Date de sortie
  09.09.2010
  29.06.2010
  07.2010
Nombre de joueurs
1 à 2
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p
Son
5.1
Prix de lancement
29,00 €

En 2006, Phantagram Interactive nous a livré un beat them all de masse appréciable répondant au nom de Ninety-Nine Nights. Même si tout était loin d’être parfait, le titre a su séduire les amateurs du genre. Quatre ans plus tard, Konami désire proposer un deuxième opus dont le développement a été confié à Feelplus. Reste alors à voir si le soft s’apparente à une suite réussie ou à un produit vite fait pas forcément bien fait…

Entre jouissif et ennuyant…




Généralement, dans un beat them all, le joueur recherche avant tout le plaisir d’exterminer les ennemis sans forcément prêter attention au contexte. Du coup, les développeurs ne se sont pas embarrassés avec le scénario, qui est des plus minimalistes. Le bien contre le mal, la recette est vieille comme le monde et elle est intégrée à N3-2 sans application à travers quelques cinématiques dépassées qui ne sont toutefois pas trop désagréables à regarder. On regrette quand même que les petits gars de Feelplus n’aient pas fait l’effort d’apporter un peu plus de profondeur à l’histoire, aux cinq personnages jouables à débloquer au fil de la progression ou même à l’univers. Vite détaché, on se lance donc dans la bataille après avoir découvert les objectifs annoncés clairement. Graphiquement, ce deuxième volet s’avère plus joli que le premier avec des textures plus fines, un frame rate beaucoup plus stable et quelques effets graphiques ci et là plutôt plaisants. Toutefois, c’était le minimum que le studio pouvait offrir, surtout quatre ans après le premier, et ce même s’ils n’en sont pas les auteurs. Malheureusement pour les joueurs attachés aux visuels, la réalisation graphique est dépassée. En 2010, on est en droit d’attendre mieux et avec la même fluidité. En l’état, on se retrouve donc avec des décors relativement vides, des ennemis très nombreux mais clonés à la chaîne et des textures réutilisées en boucle pour donner une sorte de profondeur aux niveaux dont le level design est simpliste et peu inspiré, pour ne pas dire pauvre.

Du côté sonore, on note quelques musiques correctes qui renforcent le côté épique de certaines batailles sans forcément être marquantes. Elles deviennent même lassantes à la longue, sans compter que les doublages sont au mieux corrects, au pire ridicules. Pour résumer, les développeurs ont grandement négligé l’enrobage du titre. Reste alors à voir si le gameplay tient la route. Rapidement, on s’aperçoit que quelques nouveautés ont fait leur apparition, à commencer par la possibilité d’assigner quatre attaques spéciales à son personnage et celle de le faire évoluer d’une manière un peu plus complexe que dans le premier opus. Désormais, les orbes rouges que l’on récolte sur le champ de bataille (en tuant des ennemis, en cassant certains éléments du décor...) permettent d’améliorer séparément les caractéristiques de son personnage et celles de son arsenal. Il n’y a rien de transcendant, c’est même plutôt simpliste mais c’est ô combien utile ! En effet, N3-2 offre un certain challenge que certains joueurs acharnés apprécieront tout particulièrement… Le souci, c’est que ledit challenge ne provient que d’une difficulté extrêmement mal dosée. Les multiples ennemis à l’écran sont totalement stupides et ils sont doués d’un temps de réaction incroyablement lent. Toutefois, dès que notre personnage a le malheur d’être mis à terre ou d’être étourdi par une attaque, les ennemis s’animent d’un coup, comme s’ils venaient d’être piqués avec on ne sait quel produit, et s’acharnent sur notre pauvre héros.

Dans le même ordre d’idées, les boss sont d’une difficulté bien supérieure à ce qu’ils devraient proposer, ce qui oblige parfois à mettre un terme au niveau et à le recommencer entièrement après avoir fait un peu de level-up dans les précédents niveaux. C’est une étape indispensable par laquelle il faut passer pour s’assurer de voir le bout de l’aventure sans trop s’arracher les cheveux. En jouant bien avec cela, on peut même se retrouver face à des boss que l’on abat rapidement en trouvant leur faille et en répétant inlassablement la même technique, en saupoudrant le tout de quelques esquives bien senties. Du coup la redondance propre au genre est ici démultipliée, au point que certains lâcheront l’affaire rapidement par manque d’intérêt. D’ailleurs, le titre ne se renouvelle jamais et, peu importe le personnage que l’on contrôle, on se retrouve à faire sans cesse la même chose, les mêmes combos, jusqu’à s’en lasser. Si encore l’aventure n’avait pas été aussi fade et les checkpoints aussi mal placés, les amateurs du genre auraient pu apprécier la balade. N3-2 propose tout de même des batailles géantes où les combos s’enchaînent, où les kills se comptent par centaines, où quelques démembrements font plaisir à l’œil, bref où le joueur a une sensation de pouvoir en anéantissant des cinquantaines et des cinquantaines d’ennemis. Le plaisir peut même être partagé en ligne avec un autre joueur en coopération. Mais là encore, outre la petite interaction sociale que cela apporte, la lassitude et l’ennui pointeront assez vite le bout de leur nez, quand ce n’est pas la frustration. Les courageux qui veulent tout de même le parcourir sont donc invités à ne faire qu’une mission par session de jeu (même pour le level up) s’ils désirent atténuer un minimum ces sensations. Le petit plus, c’est que le soft est proposé à une trentaine d’euros.

Point complet
Si au final Ninety Nine Nights 2 n’est pas forcément mauvais, il faut bien reconnaître que l’essai de Feelplus manque cruellement d’application. Même si la répétitivité est assez inhérente au genre, la redondance de ce N3-2 réussira certainement à anéantir les espoirs de certains. Quand bien même ils arriveraient à passer outre cela, il reste encore une multitude de défauts qui ont de quoi les décourager, à commencer par une difficulté extrêmement mal équilibrée, une I.A. lamentable, l’obligation de faire du leveling (surtout au début), des checkpoints mal placés, des graphismes dépassés, un level design pauvre, etc. Toutefois, en acceptant et s’accommodant de tout cela, on arrive à trouver un certain plaisir en incarnant les cinq héros différents et en jouant à deux en coopération en ligne. Le titre offre une certaine sensation de puissance, un bon challenge même s’il est finalement artificiel, des centaines d’ennemis à anéantir, plusieurs combos à enchaîner, quelques nouveautés simplistes mais bienvenues et, surtout, un frame rate plutôt stable. Vu le prix de vente (30 euros), certains se laisseront sûrement tentés par l’expérience, mais au moins ils auront été prévenus : faut être un fan de beat them all de masse n’ayant pas peur de la défaite, ni de la redondance…

On a adoré :
+ Petit prix
+ Bon défouloir
+ Cinq héros différents
+ Coop en ligne
+ Plutôt fluide
+ Du challenge…
On n'a pas aimé :
- Issu d’une difficulté très mal équilibrée
- Intelligence artificielle aux fraises
- Leveling obligatoire
- Level design pauvre
- Aventure fade…
- Et extrêmement redondante
- Checkpoints mal placés
- Graphiquement dépassé


Consulter les commentaires Article publié le 19/09/2010 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019