Test Need for Speed Heat - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 248 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
Ghost
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  08.11.2019
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
69,99 €

Difficile de ne pas faire preuve de prudence à la suite de l’annonce de Need for Speed Heat. L’opus précédent, Need for Speed Payback, a laissé de vilains impacts sur la carrosserie de cette licence mythique, notamment à cause de nombreux choix douteux quant à la progression… Deux ans plus tard, EA et Ghost font le ménage dans tous les éléments superflus et organisent de nouvelles courses dans une recréation de Miami pour un épisode qui s’annonce « chaud » !

Une petite histoire et puis s’en va…



Depuis le reboot de la série Need for Speed et son retour vers les classiques adorés des fans, Underground et Most Wanted, la licence semblait malheureusement aller droit dans le mur. L’épisode précédent ayant été très mal reçu par la presse comme par les joueurs, c’est tout naturellement que ce nouvel opus est sorti sans faire trop de bruit. On pouvait craindre une nouvelle sortie de route mais Need for Speed Heat est probablement le meilleur opus concocté par Ghost, même si certains problèmes restent présents. Bienvenue donc à Palm City, une belle recréation haute en couleurs et en soleil de Miami. Le jour, des courses de rue sont organisées dans le cadre d’une compétition parfaitement encadrée, le SpeedHunter Showdown, mais la nuit les pilotes s’en donnent à cœur joie sur route ouverte et ce dans la plus parfaite illégalité. Pour y remédier, la ville a mis en place une force dédiée au combat de cette délinquance routière, mais celle-ci semble avoir un peu plus en tête...

Vous êtes un nouvel arrivant en ville, rapidement associé à Ana en recherche d’un nouveau crew avec qui courir et à son frère Lucas, qui deviendra rapidement votre mécano attitré. On choisi son personnage parmi une sélection préfabriquée avant de personnaliser son look plus finement via de nouveaux vêtements et accessoires, puis on suit la narration sans vraiment y faire trop attention. Pas nécessairement déplaisante, celle-ci présente néanmoins une écriture parfaitement basique, des dialogues clichés et des doublages parfois peu convaincants (jeu testé avec les voix en Anglais). On en viendra vite à passer les cinématiques pour se concentrer sur le cœur, ce qui nous importe vraiment : personnaliser nos voitures et faire la course !

Tout pour la course

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ces deux aspects sont au rendez-vous ! Vos courses de jour vous permettront de gagner de l’argent, indispensable à l’achat de nouvelles voitures et à la personnalisation visuelle, comme mécanique, de celles-ci. Les épreuves sont variées et, un peu à l’image d’un Forza Horizon, sur tous les terrains. Courses classiques à plusieurs tours, sprint d’un point A à B, drift, cross-country et plus encore. Bien que la multitude d’épreuves permettent de varier les plaisirs, on regrette le peu de challenge lors des courses de jour, qui manquent souvent de tension. Quand le challenge se présente, c’est l’IA qu’il faut mettre en cause : dans certains contextes, elle est impossible à rattraper avec des accélérations fulgurantes et une vitesse de pointe excessive, dans d’autres, elle n’avance pas et finira avec un tour de retard… Heat est aussi un jeu poussant l’arcade à son paroxysme, celui-ci vous invite à lancer des drifts incroyables dans les moindres virages et fait en sorte de ne jamais être trop punitif, via des environnements et décors quasi tous destructibles. Ces choix misent sur le fun instantané et apportent des sensations de conduite globalement agréables sans toutefois être parfaites. Le comportement des voitures est parfois erratique et manque de précision. L’impression de vitesse peut être frappant mais varie grandement en fonction de la vue choisie et ne commence à se faire sentir que lorsqu’on approche déjà des 200 km/h. On note aussi l’absence d’une vue cockpit qui aurait pu renforcer l’immersion et les sensations. Les courses de nuit, elles, vous feront gagner de la réputation, indispensable pour débloquer de nouvelles voitures et de nouvelles pièces.

Mais la nuit, c’est aussi le terrain de chasse des flics les plus acharnés. Une course nocturne se transforme bien souvent en poursuite avec la police, qui continuera même à l’issue de la course. A vous de semer vos poursuivants sous peine de payer une amende et de perdre une grande partie de la réputation accumulée cette nuit-là. Plus vous affrontez la police, plus votre niveau d’alerte « Heat » augmente. Gros risque = gros bénéfice, et ce niveau d’alerte est aussi un multiplicateur de la réputation gagnée. A vous donc de tenter de rafler la mise en vous sortant d’une course-poursuite au niveau d’alerte maximale, en prenant le risque de tout perdre si les flics vous mettent hors de course. C’est sûrement l’un des aspects les plus réussis du jeu. Celui-ci apporte une véritable tension que l’on n’avait pas vue depuis l’excellent Most Wanted, d’autant plus que la police vous donnera vraiment du fil à retordre. Nul doute que de nombreux joueurs préfèreront la sécurité d’un faible niveau d’alerte tant l’agressivité extrême de la police peut être difficile à gérer. A noter que bien que le jeu propose un climat et des lumières dynamiques, le cycle jour/nuit lui est lié à votre propre sélection. A vous de choisir si vous voulez courir de jour pour gagner du cash ou de nuit pour gagner de la réputation, et ce en fonction de votre objectif principal sur le moment. Un bon choix qui évite au joueur de se retrouver à devoir subir l’un ou l’autre.

Le plus beau des bolides



Concernant la progression et les voitures, Heat se débarrasse des deux pires aspects de son prédécesseur, ce qui est déjà une merveilleuse amélioration. Pas de classes bloquant les voitures dans une seule catégorie, pas de progression liée aux lootboxes, Heat nous redonne la liberté de conduire n’importe quel bolide, dans n’importe quelle circonstance. En plus de pouvoir améliorer librement les performances de vos voitures via l’achat de pièces spécifiques, vous pourrez facilement modifier son comportement routier avec les modifications du train roulant. Si vous voulez drifter le moindre virage, optez pour les bonnes suspensions et les bons pneus. Plutôt à chercher la trajectoire parfaite sans déraper pour un temps au tour optimal, une autre configuration vous le permettra. Il est même possible d’adapter n’importe qu’elle voiture au tout terrain ! Vous aurez aussi la possibilité de réaliser un swap moteur complet, intégrant donc un moteur plus puissant provenant d’une autre voiture. Cet aspect permet de rendre compétitive même les voitures de départ. Plus de tristesse à l’idée de devoir abandonner sa vieille Japonaise de collection au profit d’une supercar !

La personnalisation visuelle est elle aussi au rendez-vous, avec des centaines de pièces à changer pour transformer une voiture de série en un modèle unique à votre image. Jantes, éléments de carrosserie, hauteur des suspensions et réglage du carrossage, il est même possible de personnaliser librement la sonorité de l’échappement ! Peintures et livrées ne sont pas en reste, avec de très nombreuses options et un éditeur qui fonctionne plutôt bien. La liste des voitures est généreuse (environ 130 au lancement) et relativement variée, allant des vintages de collection aux petites sportives du quotidien jusqu’aux incontournables supercars. Celles-ci sont parfaitement modélisées et on prend beaucoup de plaisir à regarder les différentes pièces disponibles pour chaque bolide et à essayer différentes combinaisons de customisation. On en vient à rêver d’un mode libre dans lequel il serait possible de customiser à loisir toutes les voitures du jeu… ce que Ghost et EA apportent avec l’appli compagnon NFS Heat Studio. Dommage que ce ne soit pas possible directement sur notre console...

Jusqu’au bout de la nuit

Le monde ouvert de Palm City regorge de choses à faire, de très nombreuses courses bien entendu, mais pas seulement. Vous pourrez chasser la plus grande vitesse de pointe sur de nombreux radars, exploser les scores dans des zones de drift, faire des sauts à la Stuntman ou encore détruire des panneaux de propagande policière ou bien même d’étranges flamands rose en néon disséminés partout sur la carte. Chaque défi complété vous rapporte un peu de cash et de la réputation et si vous parvenez à terminer tous les défis d’une même catégorie, vous débloquerez une voiture exclusive. Malgré tout ça, le monde qui vous entoure semble un peu vide. Le manque de trafic est en effet bien visible, sûrement un choix en lien avec les environnements destructibles se voulant le moins punitif possible pour le joueur. En optant pour une session en ligne, qui n’est désormais plus obligatoire, vous rencontrerez d’autres pilotes qui pourront aussi rejoindre les courses que vous lancez. Mais bien souvent vous n’aurez pas envie d’attendre qu’un hypothétique joueur rejoigne votre session et vous lancerez finalement en solo... L’aspect multijoueur s’arrête là et est donc parfaitement basique. Il reste intéressant pour ceux qui veulent retrouver des amis et admirer leurs voitures ou enchainer en groupe les drifts en dévalant une montagne à toute allure. Adrénaline pure et belles carrosseries, c’est finalement ça la recette d’un bon Need for Speed.

Point complet
Need for Speed Heat se débarrasse des excès et nous offre un opus satisfaisant aux mécaniques simplifiées sans être complètement simplistes. Avec une double ambiance jour/nuit à parcourir librement, des options de customisation infinies, une conduite paramétrable en fonction de votre style de jeu et suffisamment de contenu pour vous tenir occupé de nombreuses heures, Need for Speed Heat vient redonner un peu de panache à une licence qui commençait à en avoir grandement besoin. Bien que la formule ne se renouvelle pas beaucoup et que quelques défauts persistent, le jeu reste une bonne surprise et prend une direction très encourageante. Il mérite l’attention des amateurs de jeux de course arcade et est clairement un incontournable pour tous les fans de customisation automobile.

On a adoré :
Personnalisation des voitures infinie et extrêmement poussée
Graphiquement réussi
Modélisations et effets de lumière
Variété des épreuves
Conduite arcade personnalisable
Double gameplay jour/nuit
Réelle tension dans les courses-poursuites de nuit…
On n'a pas aimé :
Mais peu de challenge le jour
IA à améliorer
Sensations de conduites inégales
Scénario peu prenant
Très nombreux crashs au lancement
Multijoueur peu poussé


Consulter les commentaires Article publié le 30/11/2019 par Arnaud D.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019