Test My Brother Rabbit - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 204 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
Artifex Mundi
Genre
Point & Click
Statut
Disponible
Date de sortie
  21.09.2018
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
14,99 €

My Brother Rabbit est un point and click réalisé par Artifex Mundi qui traite du sujet de la maladie chez les enfants. Si le sujet est sérieux, les développeurs ont voulu le traiter avec un peu de légèreté en se servant de l’imagination fertile du frère de la petite malade. Est-ce réussi pour autant ?

Un petit conte séduisant…



Nous vous prévenons tout de suite, certains pourraient bien ne pas accrocher à My Brother Rabbit, simplement parce qu’il n’y a pas une ligne de dialogue, pas une ligne de texte. Le scénario est induit par des croquis dessiné et colorisé sous nos yeux, quelques planches s’enchaînant pour montrer le déroulement de l’histoire. Les dessins montrent bien l’aspect sérieux du traitement. La direction artistique est franchement réussie, les couleurs sont bien appliquées et on a l’impression d’avoir un petit conte qui prend vie sous nos yeux. Quelques passages sont un peu émouvants, par la force des choses, et on se rend compte qu’une image vaut parfois mille mots. Néanmoins, le jeu ne se veut pas triste et mélancolique, bien au contraire. Les développeurs ont appliqué toute une surcouche légère pour la progression grâce à des niveaux qui sont colorés et plein de petits détails amusants. Normal, ils sortent tout droit de l’esprit du frère de la petite fille malade. Le lapin que l’on aiguille représente donc le petit frère, tandis que la plante triste représente logiquement la fille. Les parents ne sont présents que dans les croquis. Le parallèle est bien trouvé puisqu’il permet de traiter le sujet avec légèreté, d’offrir cinq niveaux bien différents au niveau de l’ambiance, tout en gardant une direction cohérente induite par le voyage entrepris (parallèle du voyage de la petite fille de sa chambre jusqu’à celle de l’hôpital, en passant par la salle d’examen entre autres).

Le premier run de l’aventure demande environ 2H20 de jeu, en sachant que le temps peut chuter à environ 1H40 si vous assurez un deuxième run. Les amateurs de 100% (c’est facile de les obtenir) pour les Succès se réjouiront de l’option de sélection du chapitre, une fois le jeu terminé, pour compléter les deux ou trois succès qui leur ont échappé. En revanche, comme il n’y a pas de modification des énigmes ou des éléments, la rejouabilité est proche de zéro, excepté pour son propre ego (par rapport au temps mis). Même si le titre est vendu à un prix assez doux, à savoir 14,99€, il faut reconnaître que le rapport prix/durée de vie ne joue pas foncièrement en sa faveur. A 9,99€, la pilule serait mieux passée. Pour continuer sur une note positive, signalons que la bande-son est envoûtante, à la fois poétique et mélancolique. C’est un régal à écouter. Niveau gameplay, comme indiqué, le jeu se décompose en cinq chapitres, chaque chapitre proposant une poignée de tableaux à parcourir (jusqu’à sept - on navigue facilement avec les flèches directionnelles). Le curseur prend la forme d’un cercle blanc qui n’interagit qu’avec les éléments sur lesquels on peut zoomer ou qu’il faut actionner (une sorte de lumière, façon idée lumineuse apparaît alors). Lorsqu’on trouve un élément de ce genre, en fait il nous est demandé de collecter des objets/animaux/autres spécifiques (plumes, timbres, araignées, sabliers, etc.).

Le curseur ne donne pas d’indication pour la collecte, c’est à nous de faire preuve d’un minimum d’observation. La plupart des éléments sont relativement visibles mais d’autres demandent de bien faire attention car ils peuvent être camouflés dans le décor ou tout simplement à récupérer après une interaction (comme attraper un poisson avec un museau en forme de clé à insérer dans un coffre, une pioche à récupérer pour aller casser de la pierre pour récupérer un cristal, etc.). Nous vous laissons le soin de découvrir tout ceci mais ça reste bien implanté pour éviter qu’on y passe un temps fou et suffisamment bien dispersé ou camouflé pour qu’on réfléchisse un minimum. Enfin, lorsqu’on a récolté tous les éléments pour débloquer un mécanisme, on se retrouve à résoudre un petit puzzle. Rien de bien méchant mais cela demande un minimum de réflexion, comme jouer avec des seringues colorées pour mener des torturées colorées jusqu’à leur destination, en fonction justement de la couleur, une radiographie à reconstituer ou des suites à mémoriser avant de les reconstituer / retranscrire. Voilà, on a fait le tour du gameplay, ça reste assez simple et accessible, la difficulté n’est pas très haute mais ça permet aux plus jeunes de profiter du titre avec leurs parents, chacun pouvant essayer d’apporter sa petite contribution. En revanche, les fans purs et durs de point and click seront probablement déçus par le manque de réel challenge.

L’avis perso de Vincent // Un charme certain !

Etant papa d’un petit garçon de 21 mois maintenant, je dois avouer que le sujet me touche particulièrement. J’ai vraiment adhéré à la direction artistique, je me suis laissé envoûter par la musique et je me suis laissé prendre au jeu des énigmes. En bref, j’ai beaucoup aimé ce point and click parce qu’il demande quand même un minimum de réflexion et d’observation, et ce même s’il est loin d’être prise de tête. Mon seul regret, c’est qu’il se termine si vite et qu’il n’offre pour ainsi dire aucune rejouabilité. C’est un jeu à faire, pour le sujet qui est bien traité par la puissance des images, mais c’est un jeu à trouver à petit prix pour éviter de regretter l’achat.


Point complet
My Brother Rabbit, c’est un petit conte sans grande prétention qui traite un sujet sérieux avec suffisamment de légèreté pour ne pas nous démoraliser. Les musiques sont superbes, la direction artistique a profité d’un certain soin et les cinq niveaux se dévorent en un peu plus de deux heures. Jamais très difficile, tout en demandant un minimum d’observation et de réflexion, le titre d’Artifex Mundi saura séduire les moins exigeants. Par contre, avec une aventure très courte, un prix doux qui reste encore un peu trop élevé et une rejouabilité proche du néant, il faut bien avouer qu’il reste difficile à conseiller sans une petite promotion… Quant aux fans purs et durs de point and click, ils passeront probablement leur chemin faute d’un véritable scénario et d’un challenge à leur hauteur…

On a adoré :
Direction artistique superbe
Sujet sérieux avec de la légèreté
Musiques envoûtantes
Tableaux colorés, agréables
Mécanismes efficaces
Un peu d’observation et de réflexion…
On n'a pas aimé :
Mais facile dans l’ensemble
Certains n’aimeront pas le 0 dialogue, 0 texte
Très court (2h20 sur un premier run)
Rejouabilité quasi nulle
Un peu cher du coup (14,99€)…


Consulter les commentaires Article publié le 22/09/2018 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018