Test MXGP 2020 - jeux vidéo Xbox One

XBOX GAMER
connect�, 41 465 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Editeur
Koch Media
Développeur
Milestone
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  16.12.2020
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
59,99 €

MXGP est de retour ! La franchise annualisée de Milestone revient avec la saison 2020 des championnats de MX2 et de MXGP. Pilotes, écuries et circuits officiels sont bien entendu de la partie, ainsi qu’un nouveau terrain de jeu au cœur d’un Fjord norvégien ! Mais est-ce vraiment suffisant pour justifier ce nouvel opus ?

Started from the bottom now we're here!



Comme chaque année, le titre met l’accent sur son mode carrière, dans lequel vous ferez évoluer votre jeune pilote, de dernier sur la grille de départ à champion de MXGP ! Après une rapide création du pilote, on choisit sa première moto parmi les neuf marques proposées et on signe un contrat avec une écurie ou un sponsor unique, puis direction la piste ! Encore une fois, ce n’est pas par sa scénarisation que le mode carrière viendra briller... Même si on a envie d'un peu plus de mise en scène, on commence à s’habituer à ce côté un peu brut qui mise tout sur la course. En parallèle, vous avez bien entendu toujours accès aux très classiques modes de course libre, avec la course unique, le championnat ou le contre-la-montre.

Comme précédemment, vous pourrez librement régler le niveau de difficulté, en jouant bien entendu sur le niveau de compétence de vos adversaires, dont l’IA est satisfaisante, mais aussi sur les différentes aides au pilotage et sur la physique de la moto. Le comportement de votre machine lors de la course peut donc être plus ou moins « réaliste » et simple à maîtriser en fonction de vos choix en termes de transmission, de gestion du freinage ou de la répartition du poids du pilote. Réaliste entre guillemets, bien que le jeu ne soit pas purement axé arcade, il reste accessible et ne se positionne clairement pas comme une simulation à la dure. Les néophytes testeront petit à petit les réglages, le jeu ne proposant pas de tutoriel à proprement parler pour bien comprendre les subtilités de la conduite. Ils auront néanmoins accès au désormais très classique rembobinage, qui sauvera parfois une course, gâchée par une chute dans le dernier virage. Le gameplay est globalement toujours agréable, on enchaîne facilement et avec plaisir les bosses et les tours, tandis que les animations des pilotes sont toujours convaincantes.

On note cependant quelques petits défauts au niveau de la physique des machines à basse vitesse, notamment dans les montées et dans les virages serrés, que l’on a parfois l’impression de négocier autour d’un poteau enfoncé dans le sol… Les collisions avec les obstacles sont elles aussi toujours aussi peu convaincantes. Enfin, toujours le même reproche quant à la déformation du terrain, bien que quelques ornières se forment visuellement dans les virages, elles ne viennent jamais vraiment impacter votre trajectoire ou la difficulté à négocier un virage. Idem pour les crêtes des bosses, toujours aussi prononcées même après le passage de dizaines de pilotes sur plusieurs tours… Et même si la météo changeante offre de beaux rendus et que les environnements au-delà de la piste sont plus détaillés et vivants que précédemment, l’attention générale portée aux détails manque toujours cruellement pour transformer ce bon jeu en un incontournable.

Une bécane rien qu’à moi

Les crédits récoltés en course serviront à personnaliser votre moto via l’achat d’une livrée, de pièces de customisation ou de pièces de performance, mais aussi à personnaliser votre équipement de pilote. On retrouve un large choix de pièces et d’équipements sous licence, avec les plus grandes marques toujours représentées. On regrette néanmoins un manque de renouvellement de tout ce panel d’objets comparé aux années précédentes. L’aspect « pièces de performance » de la machine sera un incontournable si vous voulez rester compétitif face à des adversaires de niveau supérieur. Si vous ne voulez pas trop vous embêter à choisir les meilleures pièces, vous pouvez choisir la moto d’une équipe pro déjà customisée.

La personnalisation passe aussi par l’éditeur de circuits, qui propose cette année un éditeur topographique, permettant la gestion des dénivelés, de quoi donner un peu plus de relief à vos pistes. Pas besoin de louer une mini-pelle et d’avoir un jardin gigantesque, choisissez juste parmi l’un des trois environnements de base proposés, puis ajoutez librement vos obstacles pour monter la piste de vos rêves. Sur le papier, on s’attend à une belle évolution comparée à l’éditeur précédent, dans les faits, ce n’est pas une franche réussite. En plus de proposer un éditeur peu intuitif et à la navigation compliquée, les dénivelés ne sont pas à créer librement, mais sont déjà intégrés à l’environnement que vous choisissez. Les blocs de piste que vous ajoutez viennent s’adapter au relief, et ce avec plus ou moins de réussite. On se retrouve donc parfois avec des pistes peu praticables sans pouvoir y remédier efficacement. De plus l’absence totale d’éléments de personnalisation de l’environnement et de balisage de la piste rend le tout tragiquement vide…

Sur la route du bac à sable

Le titre marque le retour du mode Playground, le grand terrain de jeu que vous pouvez librement parcourir au guidon de votre moto. Après la France en 2019, c’est cette fois pour les fjords de Norvège que l’on s’envole. Cette année encore, c’est une belle réussite. L’environnement est très grand et offre un paysage boisé aux graphismes très réussis. Ce nouveau terrain de jeu intègre notamment trois circuits complets sur lesquels vous pouvez prendre part à un grand prix ou à une session de contre-la-montre, ainsi que de nombreux points de départ de courses « waypoint », des runs d’un point A à B avec franchissement d’un certain nombre de points de passage entre les deux. Vous pourrez aussi créer librement vos propres tracés waypoint, ce qui offre un certain niveau de rejouabilité à ce bel environnement. On déplore néanmoins des soucis de performance sur cette carte (jeu testé sur Xbox One X), avec de lourdes chutes de framerate dans certaines zones, ce qui rend le jeu extrêmement saccadé et pas franchement jouable. A voir si des patchs post-lancement pourront aider à résoudre le problème.

Enfin, le mode multijoueur est toujours beaucoup trop rachitique à notre goût. Il a le mérite de proposer des serveurs dédiés offrant une bonne stabilité, mais vous n’aurez nul autre choix en termes de jeu que de rejoindre une course ou d’héberger la vôtre, en choisissant uniquement la catégorie de moto et si les collisions sont activées ou non. Pas de modes originaux ou même de proposition multijoueur sur le playground, le tout associé à un multijoueur peu peuplé… ce n’est donc pas un mode qui vous tiendra occupé de nombreuses heures…

Point complet
Globalement, on tourne un peu en rond avec ce nouvel opus de MXGP version 2020. En effet, avec trop peu de nouveautés sous la selle, il est difficile de justifier ce titre outre mesure. Au niveau du gameplay, on reste sur la lignée de son prédécesseur, avec une excellente accessibilité et de bonnes sensations en courses, malgré quelques petits défauts dans la physique des machines. On note une belle progression sur les environnements, avec des pistes ou un mode playground visuellement très réussi, mais toujours un manque d’attention aux détails assez flagrant, particulièrement concernant les déformations du terrain. Pour finir, les promesses d’un éditeur de circuits renouvelé tombent à plat et le mode multijoueur accuse son manque d’ambition et de fantaisie. C’est un jeu justifiable pour les gros fans de motocross mais qui offre un goût de déjà-vu un peu trop prononcé pour les curieux qui connaissent déjà les deux opus précédents.

On a adoré :
Gameplay accessible…
Ou plus poussé selon les réglages
Des pistes bien modélisées
Un excellent playground
De nombreuses options de customisation
On n'a pas aimé :
Du déjà-vu sur tous les tableaux
Mode carrière ultra classique
Physique pas toujours convaincante
Editeur de circuits décevant
Mode multijoueur sans ambition


Consulter les commentaires Article publié le 31/01/2021 par Arnaud D.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021