Test Lonely Mountains : Downhill - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 248 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
Megagon Industries
Genre
Sport
Statut
Disponible
Date de sortie
  23.10.2019
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
19,99 €

Le Xbox Game Pass a beau laisser certaines personnes dubitatives sur plusieurs aspects, il y a une chose que l'on ne peut pas lui retirer : il nous fait essayer des jeux auxquels nous n'aurions sans doute jamais touché s'ils n'avaient pas été disponibles dans l'offre de MS. En ce qui me concerne, Lonely Mountains : Downhill fait typiquement partie de ce genre de jeux.

Il descend de la montagne à vélo



Petit jeu kickstarté, LMD ne paie pas de mine à première vue avec ses graphismes en gros polygones. Pourtant, assez vite, le charme opère. C'est plutôt joli, coloré et surtout diablement addictif. Mais LMD c'est quoi ? Le concept est on ne peut plus simple, vous démarrez à vélo en haut d'une montagne que vous devrez dévaler le plus vite possible en suivant un tracé tortueux à souhait. Au menu ? Des virages serrés, des arbres et des rochers à esquiver, des sauts à faire, des chutes mortelles à éviter. Pour y parvenir, c'est un gameplay vraiment simple et efficace qui nous est proposé : le stick gauche pour diriger le vélo, la gâchette gauche pour freiner, la droite pour accélérer et enfin le bouton A pour sprinter. Il est bon de noter que le jeu donne le choix entre deux types de maniabilités différentes. Soit vous pouvez diriger votre vélo dans n'importe laquelle des huit directions du stick gauche, ainsi le vélo va dans le sens vers lequel vous appuyez. Soit vous pouvez faire tourner votre vélo vers la droite ou la gauche, dans ce cas la direction est prise par rapport à la position du vélo (comme dans les vieux Micromachines).

Niveau contenu, LMD vous propose quatre montagnes différentes qui possèdent chacune quatre tracés différents. Chaque montagne dispose d'une ambiance visuelle qui lui est propre, par exemple une montagne classique avec des arbres et des cours d'eau ou encore des rocheuses en milieu désertique. Pour ceux qui sont avides de mesurer la taille de leur... skill, un leaderboard est bien évidemment de la partie avec possibilité de se comparer à ses amis histoire de leur rappeler qu'ils sont bien moins bons que nous. Mais dis-moi Jamy, comment se passe une descente ? Hé bien c'est simple Fred. Vous commencez tout en haut et vous êtes parti pour un tracé fractionné en plusieurs étapes qui serviront de checkpoints si vous mourrez dans d'atroces souffrances après avoir sauté dans un ravin. Que l'on soit bien clair, LMD n'est pas un jeu du type simulation, c'est un jeu purement arcade dans lequel vous dévalerez parfois à fond la caisse des pentes qui feraient peur aux plus chevronnés des habitués de sports extrêmes. Si vous tombez après être rentré dans un arbre, si vous sautez dans le vide, etc., vous retournez immédiatement au dernier checkpoint pour recommencer. Et là vous vous dites "mouais, c'est un petit jeu sympa, t'avales les quatre montagnes en une heure et c'est torché". Grossière erreur !

Easy to learn, hard to master

Vous me pardonnerez l'anglicisme utilisé en intertitre mais je n'ai pas pu résister tellement il correspond bien à l'esprit du jeu. Oui LMD est d'une simplicité enfantine à prendre en main et le premier tracé, sur lequel vous allez forcément vous gaufrer salement, ne vous paraitra clairement pas insurmontable. C'est parce que le jeu cache en fait une redoutable courbe de progression savamment dosée et appuyée par un système de défis bien pensé. Explications : A chaque nouvelle montagne, vous avez accès au premier tracé. Quand vous le lancez, vous commencez en mode débutant. Dans ce dernier, un seul défi est présent "terminer le tracé". Le jeu vous demande juste de faire une descente. Ensuite vous débloquerez les niveaux suivants et c'est là que ça devient intéressant. Il y a quatre paliers différents et des défis de plus en plus relevés à la clé. LMD va d'abord commencer par vous demander de faire le même tracé mais en faisant un chrono de moins de 3 minutes et en évitant de tomber de vélo plus de 18 fois. Si vous y arrivez, vous débloquez alors le palier suivant ainsi que diverses choses telles que le tracé suivant (les tracés et les montagnes se débloquent au fur et à mesure de la progression, tout n'est pas accessible dès le départ), des objets de customisation ou encore des pièces de vélo.

Pas de panique sur la customisation, rangez les fourches, il n'y a rien de payant, pas de lootboxes à l'horizon. Vous pourrez juste changer la couleur de la tenue de votre cycliste et celle de son vélo. Les pièces de vélo, elles, servent à débloquer de nouveaux... vélos. Bien évidemment chacun des deux roues à pédales possède des caractéristiques qui lui sont propres. Ainsi, si les premiers tracés sont assez simples et les premiers défis plutôt accessibles, ce n'est clairement plus le cas dès que l'on avance un minimum dans le jeu. Bien vite, les chronos demandés deviennent très coton à battre, le nombre de chutes autorisées diminue à vue d'œil et surtout, les tracés deviennent de plus en plus retors. Nécessité de prendre de l'élan après avoir négocié des virages aussi traîtres qu'un serpent pour faire un gigantesque saut qui demandera une réception délicate pour ne pas terminer empaler sur un sapin ou en carpaccio sur un rocher, dosage du freinage et du sprint millimétré... inutile de préciser que chaque nouvelle descente se fera avec une grande concentration accompagnée d'une grosse goutte de sueur sur le front.

Par ce biais, le jeu nous encourage constamment à nous améliorer, nous pousse à retenter un circuit parce qu'après tout il ne vous manque que deux petites secondes pour terminer le prochain défi et nous oblige à dénicher des raccourcis. Ces derniers existent et parsèment le jeu, les emprunter est toujours risqué mais ils vous feront forcément gagner de très précieuses secondes. Bref si vous voulez torcher tous les défis de tous les tracés de toutes les montagnes, il va falloir s'accrocher. Le jeu s'apparente presque par moment à du die and retry à la Super Meat Boy. Il faudra apprendre à connaître les tracés à fond et à affiner sa façon de jouer. Et c'est comme ça que ce qui s'apparentait à un petit jeu sympa se transforme en fait en bon jeu arcade, bien prenant et à la difficulté corsée.

Point complet
Quand j'ai téléchargé LMD, je l'ai fait un peu au pif. J'ai été intrigué par le concept du jeu et puis j'ai constaté qu'il ne pesait même pas 600 Mo... Un vrai bonheur surtout pour ceux qui n'ont pas la fibre. De petit jeu sympa, LMD passe vite au stade de jeu accrocheur, super fun et très corsé avec une courbe de progression excellente et bien dosée. De plus, les tracés étant rapides à faire, il deviendra vite votre jeu fétiche de la pause déj' ou tout simplement la distraction idéale si vous avez 15 ou 20 minutes à tuer. Avec ses graphismes tout cubiques et tout mignons et sa durée de vie solide pour les complétionistes, LMD est une belle surprise. Vendu 20 euros sur les différentes plateformes, il est inclus dans le Game Pass, ce qui fait que les abonnés à ce dernier n’ont pas vraiment d'excuses pour ne pas l'essayer. En plus, il est très léger à télécharger. Que demande le peuple ? A part la fibre pour tous bien sûr...

On a adoré :
Idéal pour tuer 15 mins
DA sympa
Gameplay fun, simple, addictif
Difficulté donnant du fil à retordre
Contenu plutôt fourni pour les acharnés des défis
Courbe de progression bien gérée
Très léger sur le disque dur
On n'a pas aimé :
Peut-être un poil corsé pour un joueur occasionnel…
Qui ne débloquera pas forcément tout le contenu


Consulter les commentaires Article publié le 10/11/2019 par Damien



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019