Test Kill The Bad Guy - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 458 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Kill The Bad Guy



Développeur
Exkee
Genre
Réflexion
Statut
Disponible
Date de sortie
  31.01.2017
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
6,99 €

Imaginez que les plus grands criminels portés par la terre, du magnat de la drogue au plus sanglant des bouchers, vaquent à leurs "occupations" en toute impunité. Marchant dans la rue au nez et à la barbe d'une police aussi utile qu'un parachute dans un sous-marin. Peu rassurant hein ? Hé bien c'est sans compter sur l'organisation secrète dont vous faites partie. Votre mission est de rétablir un peu d'ordre en éliminant vos "clients" sans vous faire repérer par la population.

Le plaisir de tuer



C'est donc lors des déplacements routiniers de vos cibles qu'il faudra œuvrer, ce qui implique de d'abord mémoriser le trajet qu'elles empruntent quotidiennement dans les niveaux modélisés en vue isométrique, puis d’utiliser l'environnement à des fins punitives. Le jeu étant majoritairement en noir et blanc, il est facile de discerner les éléments utilisables (noirs) de ceux faisant partie du décor. Qu'ils soient là pour appâter ou tuer, les objets devront être utilisés au bon moment pour ne pas faire fuir la cible. On peut noter une certaine liberté prise par les développeurs qui ont intégré quelques objets WTF dans la liste des outils disponibles, revue de charme, vidéo plus qu'érotique ou chien écrasé qui servira de munitions à une bonne vieille catapulte improvisée. Si la cible réussit à faire son parcours sans tomber dans votre piège, la journée se termine et on recommence le jour suivant. La difficulté du soft est pensée pour que le challenge soit attrayant pour un large public, si les joueurs moins habiles se contenteront d'éliminer le "bad guy", certains seront tentés de gagner plus d'étoiles en réalisant divers objectifs secondaires. Toutes ces étoiles durement gagnées serviront à débloquer des niveaux parodiques (comme angry bird par exemple).

Le gros souci de Kill The Bad Guy, hormis une répétitivité constante, vient surtout de l'agacement qu'il procure. Le comportement des "bonshommes" (il n'y a que des hommes dans les rues) est parfois aléatoire et oblige à recommencer un bon nombre de fois. Si on ajoute quelques bugs de collisions injustes ou encore d'autres qui n'affichent carrément pas le billet de banque nécessaire à la résolution du niveau (le joueur devra faire un reload pour se rendre compte qu'il lui manquait cet objet) on arrive à un jeu bien pensé, décalé mais manquant cruellement de finition. Il faut s'accrocher pour arriver au bout sans pester sur le jeu. C'est dommage car Kill The Bad Guy a une touche qui lui est propre, un humour (bien que douteux) assez plaisant et une bande-son rap qui reste bien en tête. Esthétiquement épuré mais parfaitement lisible, on regrette juste que les environnements se ressemblent tous, puisque le jeu nous fait voyager dans le monde on aurait apprécié une plus grande diversité dans les 60 niveaux.

L’avis perso de Bruce // Un vrai bonbon au poivre !

Ouais, on se dit super on va se marrer et tout mais en fait non, au lieu d'être le théâtre d'exécutions jouissives, Kill The Bad Guy prend la tête. Trop de bugs, pas assez de variété dans les mises à mort, les décors, manque de précision enfin bref… Ça se joue quand même (j’ai connu pire) mais y a franchement pas de quoi se relever la nuit.


Point complet
Au final, Kill The Bad Guy peut amuser au début mais se montre assez gonflant à la longue pénalisé par ses défauts techniques. Dans l'état, il y a peu de chances que le jeu passionne plus que ça. En attendant une éventuelle mise à jour, Kill The Bad Guy est un petit jeu à consommer avec modération.

On a adoré :
La musique du menu
La touche graphique
L'humour noir
On n'a pas aimé :
La répétitivité
Les bugs


Consulter les commentaires Article publié le 04/04/2017 par Bruce S.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021