Test James Bond : Quantum of Solace - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 326 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

James Bond : Quantum of Solace



Editeur
Activision
Développeur
Treyarch
Genre
Infiltration FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  31.10.2008
  04.11.2008
Nombre de joueurs
1 à 12
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Thème
Espionnage
Mémoire
1,5 Mo minimum
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p

Abandonnée par Electronic Arts depuis quelques années déjà, la licence James Bond a enfin droit à une nouvelle adaptation en jeu vidéo. Et pour l’occasion, c’est Treyarch qui s’y est collé. Bien décidé à ressusciter le mythe de Goldeneye 007, le studio à l’origine de Call of Duty 3 et 5 nous avait fait de bien belles promesses, nous assurant que Quantum of Solace ne serait pas une adaptation bas de gamme… Mais Treyarch était-il réellement en mesure de nous offrir un divertissement digne de ce nom ?

Made in Treyarch




Ceux qui ont goûté aux productions de Treyarch le savent : la plupart du temps, leurs jeux sont bâclés, courts et scriptés à outrance. Raison pour laquelle on était en droit de remettre en question leurs affirmations sur ce projet… Heureusement, les développeurs ont misé sur deux valeurs sûres pour le développement de ce James Bond en utilisant d’une part le moteur graphique de Call of Duty 4 et en basant la jouabilité sur l’excellent Goldeneye 007, véritable mythe en matière de jeux de tir sur consoles. Mais avant de poursuivre, il est important de rappeler aux quelques têtes en l’air que depuis deux films déjà, la série James Bond a changé d’orientation, devenant beaucoup plus sombre et réaliste que dans le passé… Adieu les scènes d’action grand guignol et place à une sorte de thriller sur fond de vengeance. Globalement, le scénario du jeu reprend la même histoire, mélangeant allègrement celle du Quantum of Solace et de Casino Royale. En pratique malheureusement, chaque mission n’est entrecoupée que par des discussions sur un écran statique, expliquant ce qui se passe dans le scénario. C’est ennuyant à mourir et ceux qui ont déjà vu les deux films auront tôt fait de les zapper… Une fois la partie lancée, on se rend très vite compte que Treyarch a de nouveau repris ses mauvaises habitudes en matière de level design. Si l’aventure solo se rapproche en effet de ce qu’on a pu découvrir dans Goldeneye, avec une prise en main immédiate, des ennemis très nombreux et des niveaux relativement linéaires, le titre de Treyarch sort avec plusieurs années de retard vis-à-vis de son illustre prédécesseur et inclut également bon nombre de vices dont on se serait bien passé, les scripts en tête de liste.

Tout d’abord, il y a tous les côtés positifs avec un nombre d’armes assez impressionnant, des décors plutôt variés qui vous emmèneront aux quatre coins du monde et qui retranscrivent plutôt bien l’ambiance des films ou encore une mise en scène dynamique, grâce notamment à la présence de courses-poursuites à la troisième personne. Vous vous rappelez cette scène merveilleuse dans Casino Royale où James poursuivait un type dans une ambassade ? Hé bien les développeurs ont eu l’excellente idée de nous la proposer ici et de rajouter quelques passages particulièrement prenants. L’un dans l’autre, Quantum of Solace est un jeu agréable à prendre en main et particulièrement fun à parcourir. Néanmoins, si l’on prend un plaisir démesuré à massacrer des dizaines d’ennemis qui sortent de tous les côtés, on ne peut que regretter que l’aventure solo s’expédie aussi vite. Il ne vous faudra guère plus de quatre petites heures pour en venir à bout, et ce aussi bien en normal que difficile. En sachant que les décors sont ultra linéaires (de longs couloirs fermés) et que le soft ne propose aucun mode coopératif, on se dit très vite que ce Quantum of Solace propose une expérience de jeu beaucoup plus proche de ce qu’on trouve dans un jeu budget que dans un jeu vendu au prix plein…

Du côté de la prise en main, il faut savoir que là aussi c’est loin d’être parfait. Quantum of Solace n’a pas la finesse d’un Goldeneye et ne propose aucune phase de jeu différente de gunfights ou de courses-poursuites incluant des Quick Time Events. Dites également adieu aux gadgets, à l’humour et aux belles demoiselles… Le gameplay de ce Quantum of Solace se limite à une forme de tir au pigeon assez primitive. Pour être clairs, vous avancez toujours tout droit, actionnez une porte, massacrez tous vos ennemis, aussi stupides que ridicules et ainsi de suite. L’avantage de ce système de jeu, c’est que la prise en main est immédiate et que l’on prend un plaisir non dissimulé à massacrer des hordes d’ennemis. Néanmoins, force est de constater qu’il s’agit plus d’une longue balade meurtrière qu’une véritable expérience de jeu. Pour donner un peu de substance à son titre, Treyarch a également introduit des phases de jeu à la troisième personne, notamment lorsque vous devez prendre une couverture pour flinguer vos adversaires, poursuivre un ennemi ou combattre au corps à corps en appuyant sur les touches qui apparaissent à l’écran. Sur le papier, l’idée était plutôt sympathique, mais encore une fois, la pratique nous démontre qu’il ne suffit pas d’avoir de bonnes idées pour faire un bon soft. En réalité, le système de jeu à la troisième personne est beaucoup trop simple et anecdotique pour marquer les esprits. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il est raté.

Divertissement Pop Corn




La bonne surprise dans tout ça, c’est que si le mode solo est court, bancal et bourré de QTE, le mode multijoueur lui, parvient à nous surprendre. Ne vous attendez néanmoins pas à la surprise du siècle puisque tout cela demeure assez conventionnel… Néanmoins, il faut reconnaître que les amateurs de gunfights en ligne passeront de bons moments grâce aux nombreuses armes disponibles et aux quelques modes de jeu présents. Tout est là pour vous tenir scotché à votre pad pendant plusieurs heures d’affilée : un level design réussi, une prise en main simple et efficace et des modes de jeu incluant du Deathmatch, Team Deathmatch, une variante de VIP, l’homme au Pistolet d’or, Seul contre tous, l’inévitable mode contrôle de zones et tout un tas de variantes plus sympathiques les unes que les autres. Aucune originalité certes, mais un contenu plus que satisfaisant tout de même. On regrettera juste que les développeurs n’aient pas inclus de mode coopératif… encore que vu la linéarité de l’aventure, cela n’aurait pas apporté grand-chose !

Lorsqu’on a appris que Quantum of Solace bénéficierait du moteur graphique de Call of Duty 4, beaucoup de joueurs se sont mis à rêver d’un jeu fun, beau et magnifiquement mis en scène. Mais c’était sans compter sur le manque de talent des développeurs de Treyarch qui se contentent encore et toujours du minimum syndical. Visuellement, Quantum of Solace est un jeu commun. A vrai dire, on a même souvent du mal à reconnaître le moteur graphique de Modern Warfare… La pilule serait passée si seulement Treyarch nous avait offert une aventure solo moins linéaire et offrant des environnements plus larges. En l’état, on a une fois de plus l’impression de se retrouver face à un FPS « Pop-Corn » développé en 6 mois et sorti au prix fort. Quantum of Solace rappelle indubitablement Soldier of Fortune Payback de ce côté-là. Le titre souffre exactement des mêmes défauts, à ceci près qu’il est encore moins beau et surtout moins gore… A contrario, il dispose d’un mode multijoueur fort sympathique. Du côté de la bande sonore, le constat est le même : on retrouve toutes les musiques de la saga, exception faite de celle de Quantum of Solace, mais les voix françaises sont tout simplement exécrables. Les acteurs ne mettent aucune conviction dans leurs intonations et on a plus souvent l’impression d’écouter une sorte de parodie que d’assister à la prestation du siècle… Difficile donc de retrouver l’esprit de Bond dans tout cela, d’autant que les interludes sont limités à de simples écrans statiques affichant les conversations entre Bond et ses supérieurs…

Point complet
Quantum of Solace est très clairement le genre de jeu qui aurait dû être vendu en gamme budget : pas nécessairement joli, excessivement court (4 heures de solo), bourré de lacunes et souffrant d’une trop grande linéarité, le FPS de Treyarch nous fait tout juste passer un agréable moment, qu’on aura néanmoins tôt fait d’oublier. Avec deux fois plus de contenu, le soft aurait sans doute pu s’imposer comme un jeu très honnête, mais en l’état, seul le mode multijoueur est à la hauteur de nos espérances grâce à la multitude de modes différents qu’il propose. Inutile donc de dire que vous en aurez rapidement fait le tour… S’il avait été vendu 30€, Quantum of Solace aurait sans doute été une bonne affaire. Dommage, car le potentiel était là.

On a adoré :
+ Fun à prendre en mains
+ Des graphismes honnêtes
+ Plusieurs modes multijoueurs
+ Les musiques
+ Les armes disponibles
+ Des décors variés
+ Une mise en scène dynamique
On n'a pas aimé :
- Beaucoup trop linéaire
- Durée de vie rikiki
- Graphismes tout juste honnêtes
- Les Quick Time Events
- Les voix françaises
- Une IA lamentable
- Pas de véhicule
- Pas de coopération
- Le scénario, malmené


Consulter les commentaires Article publié le 19-11-08 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020