Test INSIDE - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 305 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

INSIDE



Editeur
PLAYDEAD
Développeur
PLAYDEAD
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  29.06.2016
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
19,99 €

On peut dire que les développeurs de Playdead prennent leur temps. Six ans après l'excellent Limbo nous arrive enfin leur nouveau titre, INSIDE, après plusieurs reports. Les trailers diffusés étant particulièrement étranges, nous avions hâte de mettre la main sur le jeu pour voir de quoi il en retournait. Voyons si notre attente est récompensée…

Une fois dedans, on en sort vite… plutôt marqué…



Une forêt inquiétante, lugubre, un petit garçon traqué par des hommes dont les lampes torches déchirent l'obscurité, des chiens sans pitié qui vous arracheront la gorge à chaque erreur : le décor est planté. Vous ne savez pas qui vous êtes, ce que vous faites là, mais vous êtes traqué, poursuivi, l'angoisse et la tension sont à leur comble. On progresse donc dans l'espoir de voir tout ceci s'éclaircir et les premières énigmes se mettent en place. À l'image d'un Limbo, il s'agit dans un premier temps de pousser une caisse pour atteindre un endroit inaccessible, puis les choses vont se corser... mais pas tant que ça. En effet, contrairement à son prédécesseur, le jeu est beaucoup plus facile, à tel point que nous n'avons jamais été bloqués face à un mécanisme trop complexe. On meurt toutefois à plusieurs reprises avant de bien comprendre comment éviter un chien enragé ou comment passer au dessus du vide sans se rompre le cou, mais le côté "die and retry" de Limbo n'est quasi plus d'actualité, malgré une violence toujours bien présente. Le jeu se trouve être du coup moins frustrant, mais il laissera de nombreux joueurs sur leur faim, d'autant que la durée de vie est très courte par rapport au prix proposé (3h en ligne droite pour 20 euros).

On peut rajouter une à deux heures pour trouver tous les secrets, mais cela reste un peu juste. Métaphorique, le jeu l'est assurément. INSIDE traite en effet de sujets forts, en laissant toujours planer un doute ambiant. Des thèmes forts sont mis en avant (passage à l'âge adulte, accouchement et transformation humaine), mis en image par une représentation de la société qui fait froid dans le dos. Les humains de INSIDE ne le sont plus vraiment, zombifiés par une société qui les cloître sur un rail de leur naissance à leur mort. Une excellente idée de gameplay a d'ailleurs été intégrée et il est possible de contrôler à distance (via un mécanisme spécifique), à certains moments, ces "humains". Certaines énigmes s'avèrent donc davantage travaillées, mais la difficulté reste toujours relativement basse. On regrette en définitive certaines zones laissées floues. Sans demander des explications concrètes (nous aimons bien nous faire nos propres interprétations), quelques indices supplémentaires n'auraient pas été de refus.

La direction artistique devrait en revanche mettre tout le monde d'accord. INSIDE est sublime dans sa simplicité. Légèrement plus coloré que Limbo (qui était intégralement en noir, blanc et gris), il reste sombre mais offre des décors souvent superbes et originaux, misant également sur la verticalité et la profondeur. Les décors traversés peuvent sembler simplistes, mais ils dégagent un charme fou. Dommage une nouvelle fois qu'ils ne soient pas plus variés du fait de la courte durée de vie du jeu. Les animations des personnages (et du jeune garçon que l'on incarne en particulier) sont superbement décomposées et vraiment réalistes, nous ayant laissés la même sensation que lorsque nous avions découvert (il y a bien longtemps) le premier Prince of Persia ou encore Flashback sur Megadrive. L'ambiance sonore, elle, est toujours assez discrète, mais parfaitement dans le ton, parfois lourde et pesante, et toujours immersive.

L’avis perso de Lionel // Plongez dedans... à petit prix !

J'ai mis très exactement 3h07 pour terminer le jeu une première fois, sans aucune difficulté. Je n'ai jamais été bloqué par une énigme ou un ennemi. Je suis bien évidemment mort à plusieurs reprises, mais les solutions pour progresser sautent vite aux yeux. J'ai adoré les graphismes du titre, sa DA, son ambiance sonore, la représentation de notre société et les messages qui l'entourent, mais je reste sur ma faim. C'est court, certes, mais ça manque un poil d'explications. Je n'aime pas forcément qu'on me livre la solution sur un plateau, au contraire, mais être dans l'extrême inverse peut également être déconcertant. Un peu comme un film de Lynch peut laisser perplexe, INSIDE vous laissera avec pas mal de questions en tête, et ce sentiment que les développeurs vous laissent vous débrouiller avec tout ça. Un jeu terriblement prenant, mais qui m'aura laissé un arrière-goût d'inachevé après toutes ces années.


Point complet
INSIDE est le digne successeur de Limbo. Le jeu progresse sur de nombreux points : graphismes plus aboutis et plus travaillés, jouabilité précise, animations parfaites, thèmes abordés intéressants. Mais si l'enrobage gagne en qualité et développement, le jeu s'avère trop court et finalement avare en explications. On reste du coup un peu sur notre faim et les 20 euros demandés peuvent sembler un peu excessifs. Après toutes ces années, on aurait aimé un jeu un poil plus long, mais surtout plus difficile dans ses énigmes. Certaines mécaniques de gameplay sont intéressantes, mais le tout reste basique. INSIDE est un très bon jeu certes, mais il lui manque un petit quelque chose pour en faire un incontournable.

On a adoré :
Direction artistique superbe
Angoisse et tension maîtrisées
Ambiance sonore au poil
Animations incroyables
Thèmes abordés profonds et travaillés
Quelques énigmes originales…
On n'a pas aimé :
Mais le tout reste trop facile
Seulement 3h en ligne droite
On reste sur notre faim (durée de vie, fin, explications)


Consulter les commentaires Article publié le 18/07/2016 par Lionel B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020