Test Injustice 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 202 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Injustice 2



Genre
Combat
Statut
Disponible
Date de sortie
  18.05.2017
  2017
Nombre de joueurs
1 à 8
Classification PEGI
Thème
Super Héros
Prix de lancement
69,99 €

Après un Mortal Kombat X et le premier Injustice il y a 4 ans, NetherRealm remet le couvert avec Injustice 2 pour un jeu de combat qui s’annonce épique et explosif. Avec l’ampleur que (re)prend l’univers DC, le studio va-t-il simplement surfer sur la vague et profiter de cette hype pour sortir un jeu de baston sans nouveauté ou à l’inverse l’excitation et l’attente d’avoir le jeu manette en main sont-elles justifiées ? Verdict tout de suite !

Batman vs Superman !



L’histoire d’Injustice 2 fait immédiatement suite au premier épisode : Superman est hors d’état de nuire et Bruce Wayne essaie de redresser le monde comme il le peut… Mais une nouvelle menace se profile à l’horizon. Brainiac veut s’emparer du dernier kryptonien encore en vie et détruire la Terre. L’histoire commence ici, avec la team Batman qui veut empêcher Brainiac de nuire sans l’aide de Superman, quand les anciens compagnons de celui-ci veulent le faire libérer. S’en suit un enchaînement de rebondissements, traîtrises et surtout d’action ! Le thème Batman VS Superman est omniprésent tout au long de la trame de l’histoire. 12 chapitres composent le solo, qui vous occupera entre 4 et 5h, avec un casting titanesque allant de la Ligue des Justiciers à Suicide Squad en passant par des héros provenant des séries DC comme Arrow, Flash, Legend of Tomorrow et autres (il y a 28 combattants au total de base, plus quelques versions alternatives comme Reverse Flash par exemple). A noter que certains chapitres offrent, avant chaque combat, le choix entre les deux protagonistes qui composent cette histoire (Arrow et Black Canary / Catwoman et Cyborg / Firestorm et BlueBeetle / Aquaman et Black Adam / un choix fatidique au final qui déterminera la fin de l’histoire…). Une fin alternative sera débloquée une fois le jeu fini une première fois et les combats « alternatifs » rejoués avec les deuxièmes combattants disponibles. Cela rajoute donc entre une et deux heures de jeu en solo. Pour résumer ce solo en une phrase : Injustice 2 aurait pu être le meilleur film DC depuis un bon moment, rien que cela, et c’est vous qui le jouez !

Techniquement parlant, pas d’Injustice

Ayant pu mettre la main sur une version PS4, je peux vous dire que le rendu Xbox One S vs PS4 Pro, sur notre TV 4K, est très proche, pour ne pas dire égal à l’œil : le jeu se veut tout aussi fluide et nerveux quel que soit le support, chose rare qui mérite d’être noté. Sans être une vitrine technologique, certaines animations étant un poil rigides (ceci depuis Mortal Kombat X) et quelques visages manquant un poil de « vie » ou d’expression, le rendu global est efficace et fait le travail. Les effets lors des transitions d’arène ou des SuperMoves assurent le spectacle et augmentent cet effet cinéma qui souffle cette dimension épique au jeu. Cet effet est d’autant plus accentué par l’absence de temps mort entre les cinématiques, dialogues et combats : tout s’enchaîne et l’action ne s’arrête que très rarement. Les 12 arènes sont variées et proposent des univers différents au travers de mondes vivants, avec des interactions multiples avec les décors et toujours la présence du changement d’arène en plein combat au sein d’un même niveau. Côté bande-son, nous restons sur du classique, parsemé de pistes sonores à l’ambiance héroïque ou dramatique selon la situation. Le doublage VF n’est pas le plus mauvais connu, ni le meilleur, nous restons dans la moyenne. La synchro labiale est, de temps à autre, légèrement décalée.

Les modes pour se fritter !

En plus du mode histoire, nous avons les traditionnels joueur vs joueur, joueur vs IA, jeu en ligne et le multivers. Les VS hors ligne sont des plus classiques mais efficaces. Le mode online propose un VS non classé, le VS classé ainsi que le VS en mode « roi de la colline ». Le matchmaking est rapide, le netcode semble aux petits oignons, que demander de plus ? A noter que le matchmaking vous indiquera avant le match le nom de votre adversaire, son niveau ainsi que le nombre de matchs gagnés/perdus. À vous d’accepter ou non le combat. Un rage-quit comptera le combat comme une défaite. À noter qu’il existe une dimension RPG (décrite plus bas) et que le matchmaking prend en compte cette dimension, faisant un ajustement plus ou moins automatique des combattants pour ne pas créer un déséquilibre entre les deux adversaires. Le mode multivers propose une expérience « nouvelle » qui sera détaillée un peu plus bas également.

Comme pour la technique, pas d’Injustice manette en mains



Gros point fort d’Injustice, son gameplay propose une expérience solide : prise en main et fun immédiat garantis ! Que vous soyez un débutant en jeu de baston comme un gamer aguerri, vous trouverez votre bonheur et les mandales plus ou moins impressionnantes tomberont dès la première partie. Vous disposez d’une palette de coups assez large : légers, moyens et forts / coups spéciaux propres à chaque personnage / projections / SuperMoves, en plus de toute une palette de coups brûle-jauge et d’esquives/parades. Vous disposez d’une jauge en quatre parties qui se recharge au fil du combat selon les coups assenés : vous pouvez la descendre one shot une fois pleine grâce au SuperMove ou bien l’utiliser à bon escient pour vous sortir de la mouise via des supers esquives ou contres (appelés les brûle-jauge). NetherRealm a pris le parti de reprendre les solides bases du premier opus en ajoutant quelques nouveautés, comme les roulades par exemple qui ajoutent de nouvelles possibilités. Un jeu facile à prendre en main mais comme le dit le dicton : easy to use, hard to master. Et c’est en ligne que la différence se fera sentir le plus, entre le joueur casual et celui qui va maîtriser les outils proposés par le jeu, ce qui demandera un certain temps.

Dimension RPG et fan-service !

Vos héros possèdent un niveau qui leur est propre (en plus de votre niveau à vous) et engrangeront de l’expérience à chaque combat. Ces niveaux vous permettront d’équiper les loots débloqués via le multivers ou gagnés dans les coffres de l’œil. Pour les joueurs d’Overwatch, Call of et consorts, ces coffres ne vous sont pas inconnus : ils débloquent des skins, armures ou armes, ainsi que de la monnaie en jeu. Ces armures/armes de différentes raretés (communes, rares, épiques) nécessitent donc un niveau minimum pour être portées et augmenteront vos stats (attaque/défense/vie/capacité) et peuvent également donner des bonus divers comme des bonus EXP sous conditions, pourcentages de réduction des dégâts subits sur un type de damage, pourcentages d’augmentation des dégâts faits sur une attaque ou type de dégâts. Il existe également des sets qui donneront un bonus supplémentaire si le set complet est équipé. Des personnalisations donc infinies qui permettront à chaque joueur d’adapter son style de jeu selon son équipement ou inversement. En ligne, chaque itération d’un personnage rencontré sera différente : Plus rapide ? Plus lent mais plus puissant ? Avec un gameplay basé sur un skill surboosté ? Etc. Le moyen le plus rapide de dropper ces coffres ou loots reste le solo et le multivers. Trois types de coffres peuvent être achetés via crédits mais les deux types de coffres les plus rares doivent être gagnés uniquement en pouvant être achetés.

Pour le moment, la monnaie en jeu, le « crédit », ne permet que d’acheter les trois types de coffres les plus communs. Il existe deux autres monnaies en jeu : une monnaie pour rejouer les stats d’un item (avec mise à niveau de son level d’équipement qui s’aligne sur le niveau de votre perso) et une monnaie pour acheter les skins (celle-ci est également disponible via micro-transactions aujourd’hui). Espérons que NetherRealm ne cède pas à la tentation du cash facile, des DLC étant déjà présents pour débloquer les personnages supplémentaires (Darkseid dispo via préco/édition day one, sinon il est payant, 9 personnages payants annoncés au total) et un cash shop pour les skins (les loots ne sont pour le moment pas accessibles via votre CB, uniquement les skins et persos). Votre niveau à vous montera au fur et mesure des combats, fin de chapitre/multivers, et via le défi du jour (jouer x matchs avec un perso spécifique, faire tel type de dégâts x fois, etc.) et via des défis en dur à la façon de CoD avec les « gagner x parties de telle façon », « faire x transitions sur tel ou tel stage ». Il existe un mode guilde également que je n’ai pu tester ayant joué seul pour le moment.

Le Multivers, autres dimensions, même combat

Nouveau mode de jeu proposé : le Multivers. Connu des fans de DC, ce mode nous plonge dans l’Œil qui analyse les différents univers parallèles et nous demande d’en éradiquer les menaces. Chaque multivers dispose d’une durée de vie limitée dans le temps allant de plusieurs minutes à jours. Une fois la limite de temps imparti écoulée, le multivers en question disparait et un autre prend sa place. Vous avez donc une map où apparait à l’écran les X multivers. Chaque multivers est composé de plusieurs emplacements disponibles, qui proposeront chacun une suite de plusieurs combats avec objectifs, récompenses et pré-requis différents. Ces pré-requis peuvent être d’utiliser un personnage spécifique ou bien que celui-ci ait un niveau minimum prédéterminé, un palier sur une stat minimum à atteindre. Les combats peuvent faire l’objet d’un bonus tel que la vitesse de flash, des cœurs de regen qui tombent par-ci par-là sur la map et bien d’autres. Ce fait change la stratégie et la façon d’appréhender les combats. Les emplacements peuvent donner des récompenses comme des loots prédéfinis ou des coffres selon le score total (votre score cumulé de chaque combat qui compose l’emplacement de quête, sachant qu’une défaite vous pénalise de 5000 points par exemple). Les premiers multivers sont assez triviaux, les récompenses max sont débloquées sans réelle difficulté mais celles-ci augmente rapidement et certains multivers proposent des défis bien corsés. Ce mode propose donc des challenges intéressants et prolonge le contenu solo/hors ligne du jeu bien que celui-ci puisse vite sembler demander un farm intensif pour du loot aléatoire et devenir redondant pour les joueurs occasionnels. Il a tout de même le mérite d’exister et il propose quelque chose de nouveau par rapport à la concurrence.

L’avis d’Aeons // Ca claque, simplement…

NetherRealm joue clairement dans la cours des grands jeux de baston avec Injustice 2. Quand nous voyons le contenu proposé par la concurrence (coucou Street Fighter V), que cela soit solo ou multi, la qualité globale du titre au niveau du gameplay et de la technique, nous ne pouvons qu’approuver le travail effectué par les développeurs. Le scénario est bon, la dimension épique est clairement présente. Il est difficile de lâcher la manette une fois la partie lancée, surtout quand le mode multi est aussi carré niveau optimisation que le mode solo ! Quelques points négatifs viennent obscurcir le tableau, comme la politique douteuse des personnages annexes via DLC payants (qui reste le seul, mais gros, point négatif notable et non-anecdotique) ou une petite rigidité de certaines animations, sans parler d’un solo trop court tellement celui-ci envoie du lourd...


Point complet
Si vous passez outre la politique douteuse des DLC et des micro-transactions, alors vous devriez aimer cet Injustice 2. Les combats envoient du lourd, le solo est impressionnant, à tel point qu’on en veut plus, et le multijoueur est très solide. Il y a encore quelques progrès à faire au niveau des animations mais, dans l’ensemble, c’est un gros travail qu’ont fourni les développeurs. C’est plutôt maîtrisé et, cerise sur le gâteau, ça devrait plaire aussi bien aux joueurs occasionnels qu’aux fans du genre. Quant à ceux qui aiment l’univers DC, il ne faut même pas hésiter, ce jeu doit être dans votre collection !

On a adoré :
Le meilleur film DC est un jeu
Combats surboostés et explosifs
28 personnages de base…
Plusieurs versions alternatives
Contenu global impressionnant
Accessibilité et fun immédiat
Une marge pour le maîtriser
Multivers intéressant
Dimension RPG avec le loot
Mode online aux petits oignons
Netcode optimisé
Graphiquement solide globalement…
On n'a pas aimé :
Malgré quelques animations un poil rigides
Solo court, on en veut plus
9 persos en DLC payants
Les skins dispos via micro-transactions (monnaie dispo via store)


Consulter les commentaires Article publié le 30/05/2017 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018