Test In Sound Mind - jeux vidéo Xbox One

XBOX GAMER
connect�, 41 471 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Editeur
Modus Games
Développeur
We Crate Stuff
Genre
Survival-horror
Statut
Disponible
Date de sortie
  28.09.2021
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
34,99 €

We Create Stuff, ce nom ne vous dit rien ? Pourtant cette petite équipe de développeurs a su se faire une petite réputation grâce à Nightmare House 2, un mod de jeu pour Halo 2 sorti en 2010. Cette fois-ci, l’équipe ne s’attaque pas un mod mais bel et bien à un jeu complet ! Il s’agit d’In Sound Mind, un survival-horror en vue à la première personne. Un jeu basé sur l’horreur psychologique avec notamment quelques pointes d’humour ! Vous allez devoir explorer des souvenirs terrifiants afin d’élucider un grand mystère. Est-ce que le soft n’est qu’un énième jeu d’horreur sans saveur ? Ou arrive-t-il à nous surprendre ?

C’est drôle d’avoir peur !



Nous sommes en 1997 (conseil de joueur, retenez bien cette date), vous incarnez Desmond Wales, un thérapeute de renommée, vous vous réveillez dans la cave d’un immeuble lugubre, la ville est à la limite de l’inondation et une étrange menace rôde dans les environs. Rajoutez à cela que votre personnage est devenu amnésique, le décor est planté, bienvenue dans In Sound Mind ! Le concept du jeu se déroule de cette manière, il vous faudra trouver des cassettes audio de vos patients afin de replonger dans leurs souvenirs et retrouver la mémoire. Vous allez devoir donc arpenter cet immeuble à la recherche de ces fameuses cassettes. Bien évidemment il y aura un ordre prédéfini afin d’avancer dans votre quête. L’immeuble est en quelque sorte le HUB central du jeu, c’est ici que vous trouverez principalement votre équipement et depuis votre bureau vous pourrez lire les casettes afin de replonger dans le passé. Il y aura des chemins inaccessibles, dans l’esprit d’un MetroidVania ou (si l’on reste dans le thème du Survival Horror) à la manière d’un Resident Evil 8. Le système de progression est donc bien pensé.

Vous ne serez pas seul dans votre périple, du moins dans l’immeuble. En effet, un petit chat tout mignon viendra commenter votre avancée et parfois vous donner un coup de… patte ! A noter que la personnalité de celui-ci est très bien développée car ce chat a une sacrée particularité, il parle ! En plus d’avoir une bonne culture, il a aussi un grand sens de l’humour, de quoi bien décompresser après avoir stressé pendant des heures ! Car oui, In sound Mind est avant tout un survival-horror basé sur l’aspect horreur-psychologique mais pas que, le jeu vous fera frissonner plus d’une fois mais vous aurez aussi des moments vraiment drôles, parfois même les deux en même temps ! Pareil du côté des JumpScares, qui cassent les « codes » qui ont été longuement utilisés (à tort) depuis tant d’années.

Un exemple pour vous mettre dans l’ambiance : nous devions chercher un objet pour avancer dans un des souvenirs, après avoir tourné en rond pendant quelques minutes, un mannequin est apparu derrière nous, grand sourire aux lèvres avec ledit objet dans les mains. Il est bien gentil ce mannequin à vouloir nous aider, mais nous avons frôlé la crise cardiaque ! Par moments vous aurez aussi le droit de subir un « harcèlement » téléphonique de la part de l’antagoniste du jeu. Celui-ci a des dialogues tantôt angoissants tantôt drôles, mais justement méfiez-vous, car généralement si celui-ci se comporte de cette façon, cela n’annonce rien de bon… De même attendez-vous à des « apparitions » lorsque vous vous y attendez le moins, c’est un sacré farceur et il n’hésitera pas à vous « barrer » la route plus d’une fois ! Autant vous dire que nous avons adoré ce parti pris qui certes ne révolutionne pas le genre mais apporte un vrai plus tant c’est totalement maîtrisé !

« Quand la musique est bonne ! »

Autre point fort du jeu, son scénario. Intrigant des les premières minutes, la qualité d’écriture est au rendez-vous, We Create Stuff maîtrise parfaitement son sujet et les thématiques (principalement liées aux problèmes psychologiques) choisies. Nous avons été absorbés du début à la fin, l’intrigue est bien ficelée, bien rythmée et certain passages nous ont vraiment scotchés ! Il en va de même pour les personnages que vous allez rencontrer, touchants au possible… Difficile de donner plus de détails, l’histoire étant tres plaisante à parcourir nous ne souhaitons pas vous gâcher l’effet de surprise !

Du côté de son ambiance en générale, là encore le soft s’en tire avec les honneurs, il a un style assez unique en son genre, certes il puise ses idées dans des franchises bien connues du grand public (Condemned , Alan Wake , Outlast , Amnesia, etc.) mais cela reste un savoureux melting pot de ce qui a déjà été aperçu dans le genre. Rassurez-vous, le soft ne se repose pas sur ses lauriers, il arrive à apporter son propre ADN via la musique ! En effet celle-ci a un rôle majeur dans ce que l’atmosphère dégage, surtout que la B.O. signée « The Living TombStone » est en parfaite harmonie avec les thématiques du jeu.

Mais qui est cette personne ? Il s’agit d’un musicien s’étant fait une réputation sur Youtube, principalement compositeur de musiques du type Electro (rien à voir avec le méchant dans Spider Man !), l’artiste a accepté de relever le défi de composer des musiques de types horrifiques et quand on voit le résultat, il a bien fait ! De plus il y a six vinyles à trouver, vinyles que vous pourrez écouter dans votre bureau. La performance des chanteurs et chanteuses force le respect ! Et ce n’est pas le Chat qui nous dira le contraire… A noter que le jeu est en VOSTFR, la prestation des comédiens et comédiennes est vraiment de bonne facture.

« C’est de toute beauté ! » Non, pas vraiment…

La direction artistique est convaincante sans forcément proposer quelque chose de nouveau. Parfois, nous sentons que les développeurs ont fait preuve d’audace, notamment sur les antagonistes qui pour le coup bénéficient d’un character design très travaillé se référant à des œuvres comme « La guerre des mondes » ou des personnages tristement célèbres comme Elisabeth Báthory. Malheureusement, côté bestiaire, quel que soit le souvenir sélectionné ou même dans l’immeuble, il n’existe que trois types d’ennemis différents, cela reste bien trop timide ! Les lieux à visiter restent des classiques du survival horror (supermarché, forêt, etc.) mais ils sont variés et plaisants à parcourir grâce à un level design plutôt bien pensé.

Malheureusement, même s’il faut prendre en compte que We Create Stuff est un petit studio indé créant son véritable premier jeu et ne disposant pas d’un budget conséquent, du côté de la technique disons-le clairement le jeu ne fait pas éloge aux machines new-gen. En effet le jeu est loin d’être beau, de plus le framerate en extérieur est plutôt instable. De même pour les effets de particules comme la poussière traversant un rayon lumineux ou certaines sources de lumière qui laissent à désirer. Il en va de même pour certaines textures qui viennent tout droit d’une autre ère… Pour compenser ce déboire technique, il faut souligner que le jeu est proposé à prix doux, à 34,99€.

Compilation n°4 « Le Gameplay »

Attardons-nous désormais sur le gameplay qui est ancré dans la tradition des survival horror : gunfights, explorations et énigmes. Les objectifs sont clairs et variés même si nous retrouvons des mécaniques déjà connues, par exemple trouver des fusibles pour alimenter un ascenseur ou, comme pour Alan Wake, utiliser des fusées éclairantes pour se débarrasser d’une « ombre » qui bloque notre avancée. Fort heureusement, le jeu arrive parfois à nous surprendre en proposant des objectifs qui sortent de l’ordinaire ! Au fil de l’aventure, nous débloquerons une lampe-torche, un pistolet (qu’il faudra fabriquer soi-même), un miroir tranchant nous servant à couper tout types de matériaux mais faisant aussi office d’indicateurs d’objets à ramasser impossibles à voir à l’œil nu, d’un masque à gaz, etc. L’équipement est plutôt varié et est à utiliser constamment afin de progresser. En appuyant sur LB/RB vous pourrez switcher d’un équipement à un autre mais dans les moments « délicats » nous vous conseillons d’utiliser la flèche directionnelle du haut afin de choisir manuellement l’objet qui vous intéresse.

Les gunfights sont un poil anecdotiques, manquant un peu de « challenge » , la faute à un bestiaire bien trop limité et pas forcément « dangereux ». Si vous êtes un habitué du genre, vous viendrez très vite à bout de ces « monstres ». Le feeling des armes à feu reste convenable mais il faut souligner l’effort du sound design qui reste néanmoins remarquable ! Du côté des « antagonistes » à affronter, les combats sont variés et intéressants, chaque boss a sa façon originale d’être vaincu cassant le côté classique des montres basiques. Nous n’en dirons pas plus afin de vous laisser l’effet de surprise !

Les énigmes quant à elles ne sont pas infaisables (coucou Song of Horror !), elles demandent un petit temps de réflexion sachant qu’il y a des indices / notes qui vous aident à trouver la solution… à vous d’en tirer vos déductions. In Sound Mind est un survival horror vraiment agréable à parcourir, la frustration ne pointant jamais le bout de son nez ! Rajoutez à cela que notre personnage dispose de quatre compétences différentes, que vous pouvez augmenter en ramassant des upgrades qui sont plutôt bien cachées pour l’endurance, la vitalité et la furtivité. Cette dernière ne sert pas vraiment à grand-chose car on utilise très majoritairement la manière forte pour avancer… Sauf si vous avez mal géré vos munitions durant tout le long de votre périple ? Chose qui n’a pas été le cas pour nous !

Même si l’idée est intéressante sur le papier, nous trouvons que cet élément ne change pas vraiment la donne, vous pouvez parfaitement finir le jeu sans forcément améliorer votre personnage, bonne ou mauvaise chose ? Vous êtes seul juge ! In Sound Mind est vraiment généreux sur sa durée de vie, il faut compter 10h à 12h pour terminer l’histoire, comptez 15h-20h si vous souhaitez ramasser tout les collectibles. Bref, c’est solide, surtout pour le genre.

L’avis perso de Yoann // Un vrai coup de cœur !

Vous le savez je suis un grand amoureux des survival horror. Celles et ceux qui commencent à me « connaître » savent que je suis du genre intransigeant sur ce genre ! J’ai vraiment été agréablement surpris par cet In Sound Mind, même si le soft comporte quelques petit défauts et qu’il ne révolutionne pas le genre… Mais il n’a aucunement la prétention de le faire, il a ce « quelque chose » que les autres jeux ne possèdent pas. Je trouve qu’il a un côté plutôt original dans sa manière de nous proposer sa vision du survival horror, jouant avec des codes déjà mis en place depuis de nombreuses années. Très agréable à parcourir, j’ai été captivé par cette ambiance, la preuve étant que ma première session a duré plus de 5h ! Le scénario m’a beaucoup plu, mettant en avant des problèmes psychologiques criants de réalisme avec de belles métaphores à la clé, me rappelant un certain Silent Hill. De plus, il est plutôt rare de voir des jeux d’horreur basés sur la psychologie jouant aussi sur l’humour, je me suis surpris à passer du rire au stress pendant tout le long de l’aventure, mais pas seulement. Attendez-vous à ressentir des émotions un peu plus tristes car comme dit dans ma critique, certains personnages m’ont littéralement brisé le cœur, me rappelant qu’il suffit d’un événement pour qu’une personne sombre dans la folie. Le scénario flirte sans arrêt avec le côté SF et le fait de se questionner sur la santé mentale des personnages jusqu'à arriver à une conclusion qui prend tout son sens. Une fin qui au passage laisse envisager une éventuelle suite et, si tel est le cas, pour ma part c’est un grand oui ! J’aimerais aussi me faire passer pour l’avocat du Diable, en effet même si le jeu souffre d’un moteur graphique vieillot et d’une technique qui est dépassée, la force du titre vous fera clairement oublier cet aspect, il a beaucoup à proposer et nous sentons clairement que les devs ont fait avec le peu de moyens qu’ils disposaient. Je peux parfaitement comprendre la déception des joueurs qui cherchent avant tout une « claque graphique » avec les nouvelles consoles, ce qui est légitime, mais les graphismes ne font pas un jeu. Tout comme un certain Deadly Premonition, In Sound Mind ne cherche pas à bluffer par sa beauté, il cherche avant tout à proposer quelque chose qui sort de l’ordinaire et il le fait bien. Laissez-lui une chance !


Point complet
Pour son premier jeu, We Create Stuff délivre un survival horror vraiment original. Le soft ne réinvente pas le genre mais il arrive parfois à nous surprendre grâce à un savoureux mélange de bonnes idées, certes déjà-vu, mais qui sont bien associées. Bien évidemment In Sound Mind dispose aussi de son propre ADN, à savoir un jeu basé sur la peur et le rire. De plus la bande originale vient harmoniser le tout, la musique étant un élément important qui crée cette atmosphère si particulière. La qualité du scénario est remarquable, le joueur voudra connaître le fin mot de cette histoire, les thématiques sur les problèmes psychologiques sont intéressantes et il en va de même pour les antagonistes qui ont subi un traitement de faveur au niveau du character design et des affrontements. Malheureusement du côté du bestiaire et des gunfights c’est un cran en dessous. Loin d’être mauvais au niveau du feeling des armes, la faute vient d’un bestiaire bien trop limité n’offrant pas assez de challenge. Là où le bât blesse c’est quand on s’intéresse à la technique, le jeu souffrant d’un retard graphique qui ne flatte pas la rétine, ainsi que d’un framerate un poil instable dans certains lieux. Malgré cette légère déception visuelle, In Sound Mind nous a fait passer outre cet aspect grâce à ses qualités indéniables. C’est un survival horror vraiment plaisant à parcourir, chaque cassette audio dispose de son propre univers. Les situations sont variées : explorations, énigmes à résoudre, combats de boss, etc. De quoi retenir l’attention du joueur ! Rajoutez à cela un prix plutôt doux (34,99€) ainsi qu’une très bonne durée de vie et vous obtenez un jeu qui vaut réellement le coup d’œil !

On a adoré :
Univers saisissant et original !
Le mélange humour et peur
Des thématiques maîtrisées
Scénario intrigant bien ficelé
Situations variées
Le chara design des antagonistes
La B.O. de The Living Tombstone
Gameplay simpliste mais efficace
Très bonne durée de vie
Le chat !
On n'a pas aimé :
Technique inégale
Framerate instable en extérieur
Bestiaire limité facile à éliminer
Système de points de compétence anecdotique


Consulter les commentaires Article publié le 28/09/2021 par Yoann L.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021