Test I am Bread - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 305 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

I am Bread



Développeur
Bossa Studios
Statut
Disponible
Date de sortie
  20.01.2017
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
12,99 €

Être un studio indépendant n'a pas que des mauvais côtés, si on fait abstraction des diverses galères pour trouver un financement ou encore un éditeur, cela permet d'avoir une certaine liberté dans ses jeux, quitte à partir dans des délires complets. C'est le cas avec I am Bread qui nous propose ni plus ni moins que de jouer un pain sous différentes formes. Loin des schémas habituels des jeux vidéo, le jeu des Anglais Bossa Studios a du pain sur la planche pour convaincre un grand nombre de joueurs habitués à se prendre pour le sauveur de l'humanité...

No pain, no gain



Dans I am Bread il va falloir revoir ses prétentions à la baisse, ici point de belle princesse à sauver ou encore d'alliance alien à combattre. Le mode histoire raconte la tranche de vie d'un pain qui souhaite tout simplement se faire griller et qui, en parallèle, chamboulera la santé mentale de l'humain chez qui il habite. Bon avouons-le, le scénario n'est qu'une excuse pour se mettre dans la "croute" de la tranche de pain et partir à la recherche du toaster le plus proche. Pour faire avancer sa tranche de pain, le joueur devra s'accoutumer à une maniabilité originale et légèrement déstabilisante. En effet, chaque coin de la tranche de pain est contrôlé par les gâchettes et les touches hautes de la manette. Pour se mouvoir il faut donc maintenir un ou plusieurs coins qui s'accrochent sur la surface présente sous le pain, puis orienter le joystick pour retourner la tranche comme une crêpe en se servant de son pivot, et ainsi de suite.

De cette manière, il est possible de s'accrocher quasiment partout, du sol au plafond, à la recherche d'une source de chaleur pour "se dorer la mie" tout en évitant de trop se salir. En effet, plus le pain sera maculé de saletés, moins il sera bon à manger. En plus d'une maniabilité difficile, le pain ne peut s'accrocher que pendant un laps de temps. Il est donc primordial de faire vite pour rejoindre un endroit stable et ainsi éviter une chute sur le sol, qui se soldera rapidement par un game over. Les développeurs ont cependant eu la bonne idée de filer un coup de pouce après plusieurs échecs en faisant apparaitre une confiture magique protégeant de la saleté et procurant du grip infini. Avec cette précieuse aide, il n'y a plus vraiment d'excuses pour ne pas aller au bout de l'histoire.

Les co"pains" d'abord…



Tous les lieux visités dans le mode histoire seront également le théâtre d'autres challenges plus ou moins difficiles avec d'autres types de pain. Une course de bagel qu'il faut faire rouler le plus vite en passant par des checkpoints ? Un crackers à la recherche de morceaux de fromage bien odorants ? Ou encore une baguette devenue folle qui tente de détruire le maximum de choses… Il faut avouer que les développeurs ont fait preuve de créativité, allant jusqu'à proposer un mode "Apesanteur" dans lequel le but est de traverser les lieux maintenant bien connus mais en l'absence de gravité. On peut noter une certaine inégalité entre les modes, qui sont parfois laborieux ou au contraire trop peu exploités (les courses de bagels). Sans réel scénario autre que le mode histoire, I am Bread peine à accrocher le joueur et lasse assez rapidement. On y jouera par petite touche. Pas grand-chose à signaler côté graphismes, c'est simple et propre.

Les divers lieux sont assez détaillés et fournis pour être crédibles. C'est surtout la caméra peu avantageuse qui pose problème, bien qu'elle soit orientable à volonté il est fréquent de devoir se contenter d'une vue approximative dans les endroits exigus. Au final la durée de vie du soft est assez longue et difficilement quantifiable, le temps de s'habituer à la maniabilité, de découvrir les nombreux modes et de s'y améliorer afin d'obtenir une bonne note. Un jeu long certes mais peu intéressant sur la durée. Il faudra vraiment s'accrocher pour tout faire. Quelques surprises plus ou moins délirantes attendent les joueurs qui iront au bout.

L’avis perso de Bruce // On ne s’en paie qu’une tranche !

Difficile d'imaginer qu'un jour un mec a dit pendant un brainstorming "Hey les gars ! On va faire un jeu dans lequel on sera un pain qui cherche un toaster… Ça va être délire !". Voilà une blague de développeur qu'ils auraient pu s'abstenir de mettre en œuvre. J’avoue que l'idée peut sembler marrante sur le papier mais une fois manette en main c'est une autre paire de manches. Le choix de cette maniabilité plombe littéralement le trip, c'est mou et chiant à souhait. Pourquoi rajouter tous ces modes à part pour "meubler" ? Le seul qui m'a vraiment convaincu c'est "course de bagels"… vraiment fun.


Point complet
Avec son gameplay contraignant, son attrait limité et sa difficulté rébarbative, I am Bread peinera à convaincre un large public qui ne mange probablement pas de ce pain-là. Pas que le jeu soit mauvais ou techniquement inabouti, mais on s'ennuie rapidement. À réserver aux curieux en manque d'originalité qui n’ont pas peur de débourser 12,99 euros pour ça.

On a adoré :
Idée originale
Les courses de Bagels
On n'a pas aimé :
La maniabilité
Long comme un jour sans pain
Manque d'attrait, de rythme


Consulter les commentaires Article publié le 18/02/2017 par Bruce S.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020