Test Hunted : The Demon's Forge - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 331 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Hunted : The Demon's Forge



Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  03.06.2011
  01.06.2011
Nombre de joueurs
1 à 2
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
Classification PEGI
Mémoire
256 Ko par sauvegard
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
Dolby Digital

Depuis sa création, le studio InXile Entertainment n’a pas sorti de nombreux titres. On leur doit l’Action-RPG Bard’s Tale sur l’ancienne génération de consoles ainsi que le projet The Heist, annulé par Codemasters. Entre temps, les développeurs ont bossé sur un petit jeu digital, Choplifter HD, ainsi que sur un autre jeu qui sort cette fois au format boite : Hunted : The Demon's Forge. Très ambitieux, le projet se voulait être un mélange de RPG et de TPS, le tout dans un monde médiéval fantastique. Reste alors à voir si le manque d’expérience du studio n’a pas trop coûté à la production de ce titre si particulier…

Un vent de fraîcheur




Il faut le dire, il est plutôt rare de voir qu’un jeu boîte parvient à apporter un peu de fraîcheur sur la scène vidéoludique. Sans être totalement réussi, Hunted : The Demon's Forge est un titre qui parvient à nous surprendre là où on ne s’y attendait pas forcément. Tout d’abord parce qu’il s’agit d’un mélange de genres assez particulier, comprenez par là que les développeurs mixent un univers de RPG et quelques caractéristiques du genre avec un gameplay typé TPS. D’autre part parce que, au final, la recette prend plutôt bien malgré quelques erreurs de jeunesse. Le premier contact avec le jeu est pourtant assez brutal, puisqu’on ne sait rien de l’univers, l’introduction a du mal à nous plonger dans le monde de Demon’s Forge, les héros semblent totalement étrangers, le concept du jeu a du mal à être saisi et le début de l’aventure est vraiment basique. Heureusement, tout cela change assez rapidement. En moins d’une heure de jeu, on saisit la richesse particulière de l’univers qui nous fait parcourir un monde heroic-fantasy sombre et inquiétant. Les héros n’ont d’ailleurs rien de commun avec ceux de la plupart des autres RPG. On incarne ici deux mercenaires, un humain et une elfe. Leur ambition ? Se faire un gros paquet d’argent, en essayant de sauver des vies quand c’est possible… L’impression d’être plongé dans un monde dans lequel on n’est pas grand-chose est grande, d’autant plus que durant plusieurs chapitres, nos personnages évitent même les boss, fuyant comme des couards.

Malheureusement, le résultat c’est que le scénario du jeu n’est pas très développé, malgré plusieurs cinématiques, une bonne mise en scène et des personnages intéressants. Les tenants et aboutissants de cette histoire sont trop mineurs et on a bien du mal à prendre du plaisir à progresser dans l’histoire. En revanche, il est difficile de ne pas craquer pour l’univers très sombre du jeu, ses monstres difformes, ses décors sombres et inquiétants, ses boss. Hunted : The Demon's Forge a de très gros atouts à faire valoir, principalement grâce à son design qui devrait plaire à une grosse majorité de joueurs. Côté gameplay, le jeu est avant tout un TPS plutôt classique dans un univers Heroic Fantasy. En pratique, on se promène dans de longs niveaux linéaires en se planquant régulièrement derrière des abris pour envoyer des flèches à la figure de nos opposants. Le système de tirs rappelle entre autres celui de Gears of War et le soft est finalement assez convaincant de ce côté-là. En outre, il est bien entendu possible d’utiliser des magies et des armes blanches au corps à corps, ce qui ajoute un petit côté stratégique aux combats. Ajoutez à cela une petite gestion de l’inventaire, la possibilité d’échanger son arme, d’améliorer son guerrier avec le butin emmagasiné et de le faire progresser en lui apprenant de nouvelles techniques ou encore en le dotant d’un bouclier, qui joue ici un rôle majeur dans votre défense, et vous obtenez finalement un TPS/Hack & slash plutôt complet qui s’avère en outre assez dynamique, fun et violent. Petite originalité qu’on n’attendait pas forcément, le soft propose son lot d’énigmes fort sympathiques qui permettent de varier les plaisirs.

Une avalanche de petits défauts




A contrario, on regrette que les combats, aussi nerveux soient-ils, manquent un peu de précision au corps à corps et que pas mal de petits bugs viennent gêner la progression. Le switch entre les deux personnages porte également défaut dans la mesure où il est impossible de changer de personnage sans être à un endroit précis du niveau. Changer à tout moment de héros aurait permis de rendre le soft plus intéressant encore, dans la mesure où chaque héros a une spécialité différente (le combat à distance ou rapproché) et qu’on aime avoir le choix à n’importe quel moment. Dommage également qu’il n’y ait aucune réelle interaction entre les deux personnages. Un peu plus d’originalité n’aurait pas fait de mal, notamment au niveau des attaques. A l’inverse, on ne peut qu’applaudir la gestion de l’équipement qui nous oblige à récupérer les armes de nos victimes et à choisir celles qui sont dans le meilleur état d’utilisation, les boucliers se dégradant sous les coups et les armes perdant de leur efficacité ou capacités spéciales. Plutôt frais, original et intéressant, Hunted souffre pourtant de nombreux petits défauts. Outre ceux déjà cités ci-dessus, on soulignera le doublage français catastrophique (préférez le doublage anglais, nettement meilleur), les graphismes utilisant le moteur Unreal Engine 3, étrangement assez moyens, principalement en ce qui concerne les animations, les textures et les modélisations d’objets, sans oublier la répétitivité de l’action. Après tout, ce n’est qu’un TPS et non un vrai RPG.

Seuls quelques petits éléments des jeux de rôle sont présents et le soft s’avère très dirigiste. On aurait donc apprécié avoir plus de possibilités. A la place, les développeurs ont choisi d’opter pour favoriser l’aspect coopératif en permettant aux joueurs de s’entraider à deux en local ou sur le Live, ce qui est plutôt une bonne idée en soi vu que le soft est déjà très agréable en solo. En plus, on retrouve un mode créateur de donjons qui permet de partager ses créations avec la communauté et d’y jouer. Le concept est intéressant mais peu exploité puisqu’il est uniquement possible de choisir le chemin emprunté, les potions, les ennemis et quelques autres éléments qui rendent finalement le mode créateur de niveaux très limité en soi. C’est certainement mieux que rien, et cela permet de rallonger la durée de vie de quelques heures mais, sur le long terme, ce n’est pas suffisant. En revanche, quand tout est pris en compte, on se dit qu’Hunted propose une durée de vie largement supérieure à la moyenne du genre. Il faut compter environ dix heures pour finir la campagne, après quoi vous pouvez toujours y jouer en coopératif ou créer des niveaux. Bien sûr, ceux qui voudront récupérer tous les bonus cachés prendront bien plus de temps, et la durée de vie s’étendra finalement sur dix à vingt-cinq heures de jeu, selon leur intérêt pour le soft et son univers. Dommage qu’au final, même s’il est plutôt complet, Hunted manque cruellement de finitions sur la plupart de ses aspects.

Point complet
Hunted : The Demon's Forge s’impose comme un sympathique TPS médiéval, avec un univers plutôt bien étudié, un design stylé et des combats relativement nerveux. Le tout parvient à se renouveler tout au long de l’aventure grâce à des énigmes fort sympathiques et quelques séquences plus variées. Il offre finalement un divertissement fort agréable, que ce soit en solo ou en coopération. La création de donjons offre également un petit bonus qui permet de prolonger sensiblement le plaisir… Dommage tout de même que le scénario soit aussi simpliste, que les graphismes utilisent juste correctement l’Unreal Engine 3 et que le soft souffre finalement de beaucoup de petits défauts, pas vilains mais rendant le résultat final moins attrayant qu’il aurait pu l’être ; et ce qu’il s’agisse des quelques bugs, du doublage français ou du gameplay assez approximatif dans l’ensemble. Pour un premier essai, InXile Entertainment est tout de même parvenu à créer une nouvelle franchise intéressante, qui fait souffler un petit vent de fraîcheur sur l’univers vidéoludique.

On a adoré :
+ Le design
+ Gameplay sympathique
+ La coopération
+ Enigmes intéressantes
+ La mise en scène
+ La création de donjons
On n'a pas aimé :
- Doublage VF
- Scénario simpliste
- Graphismes moyens
- Gameplay approximatif
- Quelques bugs


Consulter les commentaires Article publié le 17/07/2011 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020