Test HoPiKo - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 143 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

HoPikO



Genre
Plateformes
Statut
Disponible
Date de sortie
  19.10.2016
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
6,99 €

Pour un premier test, je ne m’attendais pas à galérer autant. Ecrire un texte pour un jeu très simple et presque sans histoire, ce n’est pas évident. HoPiKo est un jeu de plateforme « old school » développé par LaserDogGames. Il fait partie de la famille des « die and retry » et, vous allez voir, il est vraiment infernal.

Mourir, encore et toujours, pour sauver le jeu vidéo



Tout se passe bien dans le monde des Hopikos. Les Hopikos sont de petits personnages qui peuplent nos consoles et nous permettent de jouer aux jeux vidéo. Un jour, tout s’écroule avec l’apparition d’un virus qui décime les Hopikos. Le monde des jeux vidéo est menacé, les consoles ne fonctionnent plus. Mais il reste un espoir, un Hopiko « anti-virus » part à la chasse du virus pour le détruire. Le principe d’HoPiKo est simple. Il faut traverser des mondes constitués chacun de 10 segments, eux-mêmes demandant de réussir cinq étapes. Chaque étape doit être traversée en faisant progresser un Hopiko en le projetant de plateforme en plateforme ou de canon en canon pour atteindre le virus et le détruire. On ne déplace pas le petit personnage, il reste collé aux plateformes, on l’oriente avec le joystick droit et on le projette avec la gâchette droite. Pour corser le tout, chaque plateforme a une existence limitée dans le temps, on doit donc se déplacer très vite sous peine de mourir.

Pour compliquer encore les choses, de nouvelles plateformes apparaissent avec des propriétés différentes au fur et à mesure de notre progression dans les mondes. Cela crée de véritables casse-tête, alliant réflexes et rapidité, qui deviennent vraiment infernaux. Jusque-là, il y aurait déjà de quoi déstabiliser le premier moine zen venu, car le jeu est sacrement corsé. Mais non, les développeurs ne se sont pas arrêtés là ! Il faut savoir que si vous mourrez à l’étape 3 d’un segment par exemple, ce n’est pas cette étape qu’il faut recommencer mais toutes depuis le début. Je peux vous dire que les oreilles des développeurs ont dû bien siffler tant ma patience a été mise à rude épreuve… Je me suis redécouvert un langage bien fleuri. Enfin, il faut savoir que pour valider une étape, il suffit de la finir, et cela va très vite, environ 30 secondes. Par contre pour entrer dans les classements mondiaux, il faut finir les segments en-dessous d’un certain temps (très court !) et en ayant récupéré un item facultatif en forme de Xbox (bien galère à récupérer !).

Le jeu est logique avec son propos dans sa représentation graphique. Les graphismes sont en pixel art, et chaque monde se pare de couleurs différentes avec de bons gros carrés qui sont assez plaisants pour l’ancien du jeu vidéo que je suis et qui a connu l’Atari 2600. Les musiques suivent le même rythme, on en gagne de nouvelles à chaque niveau. Mais attention, elles ont tendance à tourner en boucle, ce qui finit par nous faire baisser le son. Au début on peste beaucoup, mais il y a une véritable courbe d’apprentissage. Ce challenge basé sur les réflexes et la rapidité finit par prendre. Certes, on n’y jouera pas des heures d’affilée, mais une petite séance tous les jours est stimulante. Le jeu à une bonne durée de vie avec ses 50 courses à parcourir. Je n’ai pas réussi à le finir, la toute fin étant extrêmement difficile, je l’avoue (je tiens à ma santé mentale !). Si j’avais dû attendre jusque-là, je vous aurais fait part de mon avis au mois de janvier (mais je ne sais pas de quelle année). Je vous ferai une mise à jour du texte si nécessaire, quand le graal sera atteint.
Critique rédigée par OPHILIPPOS - Membre XG+


Point complet
Pour conclure, HoPiKo m’a fait passer un bon moment. Frustrant au début, on est rapidement pris par le jeu et on est fier quand on a réussi à passer un segment qu’on vient de recommencer pour la quinzième fois. Vous êtes prévenu, ce n’est pas un jeu à mettre entre toutes les mains. Il faut apprécier un challenge relevé et ce principe d’apprentissage par la mort du « die and retry ».

On a adoré :
Patte graphique (pixel art)
Jeu propre et bien réalisé
Défi constamment renouvelé
Bonne durée de vie
On n'a pas aimé :
Musiques vite fatigantes
Répétitif (c’est lié au concept)
Difficulté élevée le réservant à un public averti
Des morts parfois difficiles à comprendre


Consulter les commentaires Article publié le 11/11/2016 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017