Test Halo : Reach - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 305 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Halo : Reach



Développeur
Bungie Software
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  14.09.2010
  14.09.2010
Nombre de joueurs
1 à 16
Online
- Jeu en ligne
- Contenus
Classification PEGI
Thème
Futuriste
Prix de lancement
69,00 €

Halo : Reach étant le dernier Halo de Bungie Software, qui a récemment signé un accord d’édition avec Activision pour dix ans, le studio de développement devait se surpasser pour laisser une expérience inoubliable aux fans. Même si Reach peut être considéré comme un Halo 4, si on omet le spin-off Wars qui est un RTS, il n’en reste pas moins qu’une préquelle à la série, l’histoire se déroulant avant celle du premier opus. Reste donc à voir si les développeurs ont fait du bon travail et si les amateurs de la franchise peuvent se le procurer les yeux fermés…

Une Noble tâche




Plutôt que de poursuivre l’histoire de la trilogie principale, Bungie Software a jugé bon de proposer un scénario nous amenant sur la Planète Reach quelque peu avant les événements de Halo : Combat Evolved. Ceux qui s’intéressent aux produits dérivés, savent certainement qu’Eric Nylund s’est déjà attaqué à cette partie de l’histoire en sortant un roman fort intéressant nommé Halo : La Chute de Reach. Toutefois, les développeurs ne sont pas tombés dans la facilité de s’appuyer sur ce dernier pour construire l’histoire de Reach. Ceux qui ont lu le roman pourront être dans un sens quelque peu déçus tant le récit du livre est plus intéressant. Toutefois, cela permet à tout le monde de découvrir les événements sans forcément avoir un air de « déjà connu ». Un peu à l’image de ce qui a été fait avec ODST, les développeurs nous proposent d’incarner un soldat qui n’est pas le fameux Master Chief (présent d’une certaine façon sur la galette en tant qu’easter egg). On se met donc dans la peau de Noble Six qui vient tout juste d’intégrer la Noble Team.

La petite particularité fort sympathique, c’est qu’il est possible de personnaliser son personnage en choisissant son sexe (féminin ou masculin), en modifiant le logo, les deux couleurs de l’armure, etc. Bien entendu, en montant en grade et en récupérant des crédits, il est possible d’acheter par la suite de nouveaux éléments d’armure qui sont purement esthétiques. Il est difficile de vraiment parler du scénario du jeu sans émettre de spoiler mais il faut avouer que l’on a un certain plaisir à suivre la petite équipe du début jusqu’à la fin. Cette dernière est d’ailleurs plutôt bien amenée et beaucoup devraient l’apprécier. Malgré tout, les cordes qu’utilisent les développeurs pour jouer sur la sensibilité des joueurs sont assez visibles, ce qui pourrait en laisser quelques uns de marbre. En règle générale, il en va de même pour certaines cinématiques. Qu’on se laisse prendre ou non dans l’aventure, il faut reconnaître que Bungie a tout de même fait du très bon travail en nous proposant de nous intégrer au conflit par le biais d’une équipe qui fait son maximum à son niveau.

Un bel au revoir




Parfois dépassée par les événements, parfois au cœur de l’action avec des gunfights dynamiques, transportée dans plusieurs endroits de la planète, ce qui permet au passage de varier les décors, notre équipe arrive à avoir une sorte de personnalité, résultat de l’équilibre entre les personnalités des membres en son sein. Là encore, les joueurs ne sont pas épargnés par certains clichés mais, globalement, elle reste attachante. Dommage tout de même que les doublages vacillent entre le correct, le moyen et le moins bon. Enfin, si la campagne est relativement courte en solo (environ une demi-douzaine d’heures en normal jusqu’à une dizaine à une douzaine en Légendaire selon ses aptitudes), le rythme reste quant à lui soutenu et maîtrisé de bout en bout. Il n’y a pas de grandes surprises, c’est du Halo, mais du très bon Halo, plus mature, voire même plus « humain ». Histoire d’intensifier le plaisir, on peut aussi parcourir la campagne en coopération avec un, deux ou trois autres joueurs humains. La difficulté est automatiquement adaptée à la situation et le plaisir est décuplé, surtout que l’I.A. alliée n’est pas des plus performantes.

En revanche, l’I.A. des Covenants a été travaillée, ces derniers n’hésitant pas à se cacher, à se mettre en mouvement pour ne pas être une cible facile, à se protéger et même à s’organiser pour essayer de surprendre le joueur. La difficulté, même en Légendaire, n’est pas insurmontable mais nul doute que tout le monde réussira à trouver une certaine dose de challenge par rapport à son niveau. D’ailleurs, il arrive souvent que l’on se retrouve à court de munitions et que l’on soit obligé de jongler avec les armes des ennemis tombés pour continuer à progresser. Le gameplay en lui-même se rapproche assez de celui du premier volet et il en résulte des gunfights dynamiques et franchement jouissifs. Un peu d’infiltration, de la protection, etc., les mécaniques de progression sont en plus assez renouvelées au long de l’aventure pour éviter une certaine monotonie.

Tout est dans la finesse ?




La conduite des véhicules est quant à elle toujours aussi spéciale, ce qui pourrait surprendre les joueurs qui n’ont pas goûté aux précédents opus. Dans le même ordre d’esprit, mieux vaut éviter de laisser un coéquipier contrôlé par l’I.A. conduire, sans quoi c’est à vos risques et périls. Niveau réalisation, Halo : Reach jouit d’une bande sonore d’excellente facture et d’un moteur graphique amélioré. Dans l’ensemble, le soft paraît très correct mais sans forcément plus. Certains pouvaient s’attendre à mieux et à juste titre. Toutefois, il faut quand même reconnaître que Bungie a travaillé sur les jeux de lumière, que les cartes sont plus étendues, que les modélisations des personnages sont vraiment bien faites et que les décors, en plus d’être variés, sont plus fins. En regardant de près, certaines textures sont en deçà et quelques saccades se font sentir de temps à autres, mais dans l’ensemble, le tout reste satisfaisant.

Au niveau des nouveautés, on note principalement l’utilisation de capacités (sept au total, non cumulables mais interchangeables), comme l’utilisation d’un jetpack, la possibilité de sprinter, d’utiliser un hologramme, de profiter d’une carapace, etc. qui permettent de quelque peu spécialiser notre personnage. Chacune d’elle est temporaire mais offre une spécialité qui s’intègre parfaitement à un groupe. Appréciables en solo, celles-ci sont surtout intéressantes en multijoueur, surtout au sein d’une équipe qui pourra user des capacités de chacun pour établir quelques stratégies. On note aussi que le mode forge a été retravaillé pour offrir une meilleure modularité tout en intégrant de nouvelles fonctions. Il est donc possible de créer des variantes intéressantes et assez originales des cartes pour peu que l’on maîtrise tout cela. Ce n’est pas un mal puisque les cartes multijoueurs de base sont de qualités inégales. En revanche, les modes de jeu abondent (Baptème du Feu, Invasion, Chasseur de Têtes, etc.) et, s’il n’y a aucune véritable surprise, ils permettent de prolonger l’expérience pendant des heures durant.

Il suffit juste d’espérer que l’on ne tombe pas toujours sur les mêmes modes et mêmes cartes suite au hasard couplé aux votes des autres joueurs. Le choix ne manque pas entre les modes principaux et les variantes et de multiples paramètres se calquent sur le tout pour offrir une modularité exemplaire. Le mode multijoueur est de qualité et si toutes les parties ne sont pas des plus stables ou certaines entachées par le comportement de quelques joueurs (comme sur beaucoup d’autres titres), il faut reconnaître que l’on prend un certain plaisir à y revenir. Enfin, les quelques fonctions du mode théâtre comme l’outil pour prendre des screenshots et des vidéos sont très appréciables et fort utiles pour faire le coq devant ses amis ou garder une trace de quelques bons souvenirs.

Point complet
Pour son dernier Halo, Bungie Software s’est secoué les puces pour nous proposer un très bon opus. Les fans de la licence apprécieront certainement ce Halo : Reach qui arrive à nous plonger dans une histoire bien construite renforcée par un rythme soutenu. Certaines ficelles sont assez grosses, l’I.A. alliée n’est pas des plus futées, mais la sauce prend bien et le plaisir de jeu est là. C’est du Halo, mais de l’excellent Halo. Nous n’en demandions pas forcément plus. On regrette simplement que les doublages ne soient pas meilleurs et que les cartes du multi soient de qualités inégales, mais en règle générale on est satisfait. L’I.A. ennemie réagit bien, le mode Légendaire offre un bon petit challenge (pas insurmontable pour autant), la coopération intensifie le plaisir, les gunfights sont dynamiques, le mode Forge a bien été amélioré, le multi est solide, etc. Les qualités sont nombreuses, tous n’y seront pas autant sensibles les uns que les autres mais le constat est là : le contrat est rempli pour les développeurs !

On a adoré :
+ Décors variés plus grands
+ Le mode Théâtre
+ Rythme soutenu
+ Gunfights jouissifs
+ Bande sonore de qualité
+ Beaucoup de modes de jeu et de variantes
+ Un tas de paramètres
+ Personnalisation de son perso
+ Mode Forge amélioré
+ Multijoueur solide
+ Du challenge…
+ Notamment en Légendaire
+ La coopération jusqu’à quatre
+ I.A. ennemie de bonne facture
+ Histoire bien construite…
On n'a pas aimé :
- Malgré quelques grosses ficelles
- Campagne relativement courte
- Doublages un peu décevants
- Certaines cartes du multi
- I.A. alliée pas optimale
- Peu de vraies nouveautés


Consulter les commentaires Article publié le 25/10/2010 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020