Test Greg Hastings Paintball 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 315 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Greg Hastings Paintball 2



Editeur
Majesco
Genre
FPS Sport
Statut
Disponible aux Etats-Unis
Date de sortie
  09.2010
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI

Après un premier passage pas totalement satisfaisant sur la précédente génération de consoles, Greg Hastings nous revient avec un second opus cette fois édité par Majesco, le roi du paintball ayant retiré la franchise des mains d’Activision pour la poursuivre en partenariat avec un développeur indépendant. Reste alors à voir quels changements ont été apportés depuis le temps, et surtout si cette version import US de Greg Hastings Paintball 2 mérite l’investissement.

Un beau gâchis




Vendu à un tarif légèrement avantageux (une poignée de dollars de moins que les titres classiques), Greg Hastings Paintball 2 est un titre réalisé par des fans pour des fans. Et de fait, le jeu s’appuie sur la communauté d’amis du champion de paintball. Ainsi, on remarque que la plupart des licences officielles sont de la partie, de même que les joueurs officiels, représentés par des photos à leur image dans le jeu, et de diverses anecdotes, offertes avec courtoisies par les associations de paintball. Les acheteurs du jeu ont d’ailleurs également droit à un pass gratuit pour deux joueurs sur l’un des six terrains de renommée internationale présents sur le feuillet accompagnant le DVD du jeu. Un petit plus sympathique pour nos cousins d’outre-Atlantique. Niveau contenu à proprement parler, le soft s’avère également très complet avec des leaderboads, du multijoueur jusqu’à vingt en ligne et en system link, le tout sans ralentissement et avec la présence de bots, sans oublier un gros mode solo offrant des challenges sur de nombreuses cartes. Trois « disciplines » sont représentées : le Speedball (du paintball en arène), le Woodball (du paintball dans la nature) et le Rec-Ball (variante du Speedball). Chacun de ces trois sous-modes offre son lot de cartes et challenges, avec généralement plusieurs épreuves à enchaîner. Globalement il y a de quoi faire, d’autant plus qu’il est possible d’améliorer son armement et équipement et de gérer son équipe via une interface malheureusement très lourde. En progressant, on peut également débloquer de nouveaux joueurs qu’il faut ensuite se procurer avec les crédits gagnés. Le problème, c’est que ces derniers sont excessivement chers, que le jeu devient rapidement assez difficile et qu’en investissant mal on perd toutes ses chances de progresser dans le mode solo. L’ensemble est plutôt mal conçu donc et très mal expliqué aux débutants.

En revanche, il faut bien avouer que le jeu demeure fun, rapide et assez précis. On prend du plaisir grâce au gameplay qui offre de multiples possibilités, avec du sprint forcé, la possibilité de glisser au sol, de se pencher sur les côtés, de changer l’arme de côté ou encore de lancer des grenades. Le tout est assez pointu, élitiste et technique. En revanche, on regrette que l’I.A. ne soit pas toujours excellente, même si elle se défend correctement dans l’ensemble. Les nombreuses armes et améliorations disponibles, les différentes cartes et le gameplay aux petits oignons rendent cependant le soft très agréable à parcourir, même si beaucoup lâcheront l’affaire avant la fin, tant la difficulté parait parfois surhumaine si on effectue les mauvais choix. En revanche, carton rouge pour la finalisation du titre. Les bugs sont légion et rendent certaines parties agaçantes et surtout, la victoire tient trop souvent du hasard et de l’habileté de vos alliés à se faire descendre ou à descendre l’adversaire. En résulte parfois une série d’échecs avant une victoire « haut la main » sur une seule et même épreuve. En outre, la réalisation technique du titre fait tout simplement honte au support puisqu’il s’agit ni plus ni moins que d’un titre qui aurait été considéré comme moyen sur la précédente génération de consoles. En d’autres termes, les graphismes sont outrageusement laids, les bugs graphiques se comptent par dizaines et les bruitages sont d’une pauvreté à faire peur. On ne peut donc s’empêcher de penser qu’avec un peu plus de moyens, Greg Hastings Paintball 2 aurait pu être une bonne surprise. En l’état, il demeure un FPS honnête, plutôt réaliste, mais souffrant de trop nombreux défauts majeurs pour justifier l’investissement au prix quasi plein. A 20 dollars, la pilule serait sans doute plus facilement passée. Au-delà, mieux vaut éviter de s’y risquer.

Point complet
Greg Hastings Paintball 2 est plutôt une bonne surprise vu son statut de jeu budget, mais le soft demeure vendu à un tarif beaucoup trop élevé et souffre d’un manque flagrant de finition ainsi que d’un moteur graphique à peine digne de la précédente génération de consoles. Cela dit, les amateurs de paintball devraient y trouver leur compte : le jeu est plutôt complet, assez technique et offre une durée de vie très honnête. Dommage tout de même que Majesco n’ait pas davantage investi dans la franchise, ce qui aurait pu éviter ses trop nombreux défauts, ou d’une moins une grosse partie d’entre eux.

On a adoré :
+ Pas mal de cartes
+ Plutôt fun
+ Un gameplay complet
+ Jouable à 20
+ Plutôt technique
+ Des bots et pas de lag en ligne
On n'a pas aimé :
- Que c’est moche !
- Quelques bugs
- Le système d’évolution
- Assez cher pour un jeu budget
- Bruitages pauvres
- Victoires très hasardeuses


Consulter les commentaires Article publié le 30/11/2010 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020