Test Gears of War 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 327 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Gears of War 2



Développeur
Epic Games
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  07.11.2008
  07.11.2008
  30.07.2009
Nombre de joueurs
1 à 10
Online
- Jeu en ligne
- Contenus
- Classements
Classification PEGI

Mémoire
10 Mo par sauvegarde
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
Dolby Digital
Prix de lancement
64,00 €

Si le premier Gears of War est parvenu à séduire plusieurs millions de joueurs, il n’en souffrait pas moins de quelques défauts. Avec ce second épisode, Epic Games ne souhaitait pas recommencer le travail à zéro mais se contenter de rectifier le tir en rendant le titre plus dynamique, plus sensationnel et plus explosif que jamais. Plus beau, plus long, plus complet et proposant plus de modes de jeu, Gears of War 2 n'allait en aucun cas être une révolution, mais bel et bien une simple évolution. Reste encore à vérifier si le titre d'Epic Games est en mesure de prétendre au titre de Jeu de l'Année annoncé depuis des lustres...

Le même, en beaucoup mieux…




Dès le lancement du jeu, on se rend compte que Gears of War 2 n’est pas une révolution mais une simple évolution. Les développeurs n’ont en effet pas pris beaucoup de risques, tant d’un point de vue scénaristique qu’en ce qui concerne la prise en main du jeu, et ce n’est finalement pas plus mal ! On reprend donc l’aventure là où on l’avait laissée dans le premier volet avec Marcus Phoenix et son petit groupe de Gears qui vont devoir affronter les locustes sur terre, dans les airs et même sur l’eau à travers une bonne vingtaine de missions. Une fois encore, l’originalité n’est pas de rigueur mais il faut cependant reconnaître que le scénario s’avère plus intéressant à suivre que dans le premier opus, les développeurs n’ayant pas hésité à rajouter une petite dimension mélodramatique et quelques scènes plus crues…

A côté de cela, la jouabilité, elle, reste quasiment inchangée. On dirige toujours Marcus Phoenix, un soldat d’élite baraqué qui avance dans des décors post-apocalyptiques ultra linéaires et qui flingue son lot de locustes et autres créatures immondes sorties des entrailles de la Terre. Ce n’est pas original pour deux sous, mais au moins, cette suite s’avère globalement plus fun, dynamique et variée que son prédécesseur. Le Level-Design a en effet bénéficié d’une attention toute particulière, offrant plus de couvertures que jamais et rendant le rythme des affrontements nettement moins mou que dans le premier volet. Du côté des décors aussi, on sent qu’Epic a beaucoup travaillé, avec des villes abandonnées, de gigantesques batailles sous terre, des affrontements dans des décors urbains et de petites épopées dans la nature. Bref, il y a de quoi faire et le jeu vous réserve son lot de surprises, que ce soit au niveau des décors – superbes malgré des textures au sol souvent assez moches - ou en ce qui concerne les combats en général, avec quelques scènes de jeu assez amusantes sur le dos de créatures pour le moins puissantes.

Une claque ?




L’arsenal est également plus volumineux que dans le premier épisode avec plusieurs armes inédites, incluant le fameux lance-flammes, tout simplement jouissif pour semer le chaos dans les rangs ennemis. Pour le reste, on nage en territoire connu à ceci près que le titre est plus permissif en ce qui concerne la couverture. Il n’est plus tout le temps nécessaire de se planquer contre les murs pour éviter les balles et on remercie grandement Epic pour ce détail, tant cette caractéristique du premier épisode était un frein au plaisir de jeu ! Malheureusement, Epic n’a guère rendu les phases en véhicules plus intéressantes, les déplacements manquent toujours de pêche et on aurait apprécié des décors un peu plus ouverts. L’impression d’être sur un rail nous accompagne en effet tout au long de l’aventure et il faut bien reconnaître que cela fait un peu tache dans un jeu à grand spectacle. Dommage. En l’état, reste heureusement un excellent divertissement, beaucoup plus jouissif que le premier volet malgré l’absence de réelles nouveautés. Si le mode solo offre déjà une bonne dizaine d’heures de pur plaisir, pour peu que vous ne jouiez pas en facile, ce n’est encore rien comparé au mode multijoueur qui offre son lot de modes de jeu tous plus funs les uns que les autres. Si les modes Deathmatch, Team Deathmatch et autres jouissances classiques n’apportent rien de très frais, il faut reconnaître que les cartes offrent plus de possibilités que dans le premier épisode. Ajoutez à cela un mode coopératif encore plus jouissif, des passages particulièrement tendus et un mode Horde qui offre à quatre amis de coopérer pour survivre à des vagues d’ennemis de plus en plus puissants et vous vous rendrez très vite compte que Gears of War 2 surclasse largement son prédécesseur.

D’un point de vue technique aussi, Gears of War 2 assure l’essentiel, avec une bande sonore magistrale qui mêle poésie et frénésie et des voix françaises tout simplement excellentes, avec beaucoup d’humour bien gras comme on l’aime… Les bruitages ne sont pas en reste, avec des explosions plus vraies que nature, des cris, des hurlements, des pleurs, des balles qui fusent et des ennemis qui vomissent leurs entrailles devant vous. Bref, si vous disposez d’une bonne installation, vous devriez retirer un plaisir sans égal de cette expérience de jeu… Les graphismes n’ont, en revanche, guère bénéficié d’une réelle amélioration. Le moteur graphique de Gears of War 2 n’est en effet qu’une amélioration de celui du premier volet. Raison pour laquelle les défauts sont plus ou moins identiques. Pour être directs, disons que les textures au sol sont moches, qu’Epic ne semble pas connaître le Bump Maping (cette technique pour donner aux objets, au sol et aux textures un effet de profondeur) et quelques effets visuels sont un peu chiche (le nuage de poussière qui suit les explosions notamment). Bref, ce n’est assurément pas parfait, mais il faut tout de même reconnaître que le titre se situe dans le haut du panier, avec des décors souvent superbes, un design soigné, des modélisations des personnages superbes et des décors qui ne manquent ni de profondeur ni d’éléments décoratifs.

Point complet
Ne nous voilons pas la face : Gears of War 2 est une réussite incontestable et dépasse très largement le premier épisode, tant en matière de Level-Design, de variété ou de dynamisme. Il s’agit ni plus ni moins que d’une superproduction à l’américaine, bourrée de clichés et qui manque cruellement de finesse mais qui n’en demeure pas moins jouissive et parfaitement maîtrisée par l’équipe de développement. Cependant, il faut reconnaître que cette suite souffre toujours de quelques défauts majeurs, à commencer par une trop grande linéarité, des textures parfois hideuses et un scénario qui s’avère juste un poil meilleur que celui du premier volet. Bref, à condition de ne pas s’attendre à l’œuvre artistique du siècle, vous aurez sans doute de quoi passer d’excellents moments en solo et surtout en multijoueur avec vos amis !

On a adoré :
+ Une mise en scène impressionnante
+ Le multijoueur, la Horde, la Coopération
+ La prise en main, toujours aussi efficace
+ Plus fun, varié et dynamique que le 1
+ Level Design soigné
+ La bande sonore
+ Les voix françaises
On n'a pas aimé :
-Les phases en véhicule
-Les textures au sol
-Scénario un peu bancal
-Des héros sans charisme
-Très linéaire


Consulter les commentaires Article publié le 06-12-08 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020