Test Firewatch - jeux vidéo Xbox 360

XBOX ONE GAMER
127 connectés, 41 090 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Firewatch



Editeur
Panic Inc.
Développeur
Campo Santo
Genre
Aventure FPS Puzzle
Statut
Disponible
Date de sortie
  30.09.2016
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
19,99 €

Retour dans les années 1980 et départ pour le Wyoming pour découvrir Firewatch, un jeu d’aventure narratif à la première personne, développé par Campo Santo et disponible sur Xbox One depuis le 30 septembre.

Dans les bois, tout peut se passer…



Pour vous accompagner dans cette entreprise, Henry, protagoniste tourmenté par les démons de son passé, décide de tout plaquer pour devenir garde forestier au beau milieu du parc de Yellowstone. Pour seul contact, Delilah, votre superviseuse et collègue, installée elle aussi dans sa propre tour de garde, avec qui vous discuterez en permanence par radio. C’est d’ailleurs elle qui se charge de vous confier vos premières missions : surveiller une colonne de fumée, enquêter sur la présence de feux d’artifices sur le site… le quotidien d’un ranger. Campo Santo arrive à rapidement vous mettre à la place d’Henry, notamment via différents choix que vous devrez faire dès le début du jeu et qui construiront le background de votre personnage pour le reste de l’histoire. Bien que ces choix n’aient aucun réel impact sur la conduite de l’histoire, ils servent parfaitement à humaniser le personnage et à attacher le joueur. Le jeu vous propose d’évoluer dans un monde semi-ouvert, que vous pourrez parcourir et explorer librement, en prenant soin de surveiller l’activité des campeurs de passage et de vous occuper de la nature environnante. Un monde « semi-ouvert » car bien que le soft propose une exploration libre, les environnements sont souvent des couloirs relativement petits, ponctués par quelques plus grandes zones plus ouvertes, généralement exploitées pour un objectif, mais vers lesquelles vous n’aurez que peu d’occasion de revenir une fois celles-ci terminées.

Pour vous donner une idée, il vous faudra une vingtaine de minutes pour traverser l’intégralité de la carte, voire moins une fois que vous connaîtrez votre chemin dans le parc. Bien que les graphismes, et notamment les textures, ne soient pas toujours très fins, l’ambiance est particulièrement réussie : entre les ravins et autres formations rocheuses, les peupliers et les pins, les étangs et les grottes, Firewatch est enchanteur et est un plaisir à découvrir, on s’y croirait ! Le jeu retransmet parfaitement la solitude d’Henry au cœur de ce grand domaine, troublé seulement par quelques animaux sauvages. Le gameplay est très simple et vous pourrez donc randonner librement sur les sentiers, sauter par-dessus les troncs ou escalader des parois rocheuses, ainsi que ramasser et utiliser différents items qui vous seront utiles dans votre exploration et qu’il vous faudra trouver pour pouvoir avancer : carte, boussole, torche, hache... Si vous cherchez un réel challenge ou un titre rempli d’action et de combats, passez votre chemin, vous n’en trouverez pas dans Firewatch, qui mise presque intégralement sur ses dialogues et sur l’exploration pour construire son histoire. Des dialogues avec quelques PNJ, mais principalement avec Delilah, personnalité énigmatique et très attachante, à qui vous ferez des rapports constants sur votre situation, et avec qui vous partagerez bientôt toutes vos pensées, vos fous rires et vos tracas.

C’est aussi elle qui s’occupe de la narration, le point essentiel du soft. Jamais lourde, celle-ci dégage une authenticité et une conviction comme peu de jeux vidéo savent le faire, et c’est cet aspect qui confère à Firewatch toute son unicité. Nos deux héros ne sont finalement rien de plus que des gens ordinaires, avec leurs doutes et leurs peines et le soft parvient à leur donner une humanité étonnante… C’est d’ailleurs Sean Vanaman, scénariste de talent du premier jeu Telltale The Walking Dead qui se charge de l’histoire, et ça se sent ! Malgré cette apparente tranquillité, Henry aura beaucoup à faire : un mystère plane sur ces bois et c’est bien malgré lui que notre héros ordinaire va devenir le principal enquêteur dans cette affaire. C’est rapidement que vos simples tâches prennent une tournure étrange : disparitions, radios sur écoute, saccage de votre logement… la paranoïa s’installe vite et le joueur se prend rapidement à imaginer l’improbable pour expliquer ces phénomènes. On ne va pas s’attarder davantage pour éviter les spoilers, c’est à vous de découvrir le fin mot de l’histoire. Véritable « page-turner » vidéoludique, cette histoire vous tiendra en haleine pendant 4 à 6 heures, en fonction du temps qu’il vous faudra pour explorer les lieux et résoudre les différents puzzles. Comme dans tous les bons thrillers, c’est seulement dans les dernières minutes que les pièces du puzzle viendront s’emboîter pour vous aider à comprendre la vérité.

L’avis perso de Moshi

Le studio Campo Santo propose un titre original et satisfaisant qui saura vous tenir impliqué pendant quelques heures, tout en abordant des thèmes très matures. Personnellement, je l’ai bouclé en deux soirées, en prenant mon temps pour bien explorer l’environnement. J’ai beaucoup apprécié la narration du soft, les choix possibles dans les dialogues et je me suis rapidement attaché aux personnages et à leurs histoires respectives. Les échanges entre Henry et Delilah sont particulièrement réussis et impliquent le joueur efficacement. Sans spoilers, je regrette néanmoins le dénouement de l’histoire, que je ne trouve pas à la hauteur, j’attendais simplement davantage…
Critique rédigée par Moshi - Membre XG+


Point complet
En conclusion, si vous cherchez un titre bourré d’action pour dézinguer toute une forêt avec votre .44, passez votre chemin… Si vous aimez les jeux Telltale proposant une aventure narrative, foncez !

On a adoré :
Ambiance particulièrement réussie
Narration et écriture des persos parfaite
2 héros ordinaires très attachants
Dialogues agréables, parfois sérieux, parfois pleins d’humour
Véritable thriller avec une histoire montant en intensité
On n'a pas aimé :
Durée de vie limitée
Rejouabilité quasi inexistante
Graphismes parfois faiblards
Uniquement en VOST


Consulter les commentaires Article publié le 29/11/2016 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017