Test FIFA 17 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 119 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

FIFA 17



Développeur
EA Vancouver
Genre
Sport
Statut
Disponible
Date de sortie
  29.09.2017
Nombre de joueurs
1 à 22
Classification PEGI
Thème
Football
Prix de lancement
69,00 €

François l'avait dit, le changement, c'est maintenant, et pour FIFA 17, c'est vraiment le cas. Nouveau moteur graphique, nouvelle physique de balle et nouveau mode de jeu, la licence phare aux millions d'exemplaires annuels a mis les petits plats dans les grands. Après des cuvées 2015 et 2016 qui se contentaient de quelques améliorations, voyons si le virage emprunté par ce nouvel opus s'avère gagnant.

On lui refait une beauté !



Qui dit changement de moteur graphique (dans le cas présent, le Frostbite), dit améliorations. Pour ce FIFA 17, on peut affirmer que le jeu est plus beau sans pour autant révolutionner sa plastique. Les gros plans laissent apparaître de nombreux détails, aussi bien sur les visages des joueurs (expressions faciles, sueur) que sur leurs maillots, encore plus réalistes. La pelouse n'est pas en reste et s'abîme à mesure que les tacles s'accumulent, encore plus lorsque la météo se gâte. Dans le même ordre d'idées, on remarquera que les joueurs se salissent et se retrouvent avec des traces de terre ou d'herbe sur les bras ou les jambes. Les stades sont également bourrés de détails, l'ambiance est explosive et on ressent parfaitement la vie et l'effervescence des grands événements (cameraman, stadiers, public aux animations de plus en plus variées). Du côté des animations des joueurs, il y a également du mieux : moins robotiques, celles-ci s'enchaînent mieux et les transitions se font plus discrètes, pour davantage de réalisme et de fluidité. Sans arriver à un rendu aussi fluide que dans Pro Evolution Soccer, les progrès sont indéniables et font vraiment plaisir à voir. Les collisions ont été grandement améliorées et sont beaucoup moins absurdes. On n'échappera évidemment pas à des contacts grotesques où les joueurs se retrouvent bloqués au sol, mais le tout est nettement plus cohérent et les bugs moins nombreux.

Maintenant que nous avons une idée du visuel de ce nouveau FIFA, lançons-nous dans le mode Aventure, grosse nouveauté de cette édition. Comme vous le savez déjà si vous avez suivi les trailers du jeu, ce mode vous met dans la peau d'Alex Hunter, jeune espoir de 17 ans dont la carrière va s'accélérer rapidement. Alors que tout commence par un tir au but alors que vous n'êtes encore qu'enfant, le jeu enchaîne sur des séquences de repérage où les plus grands clubs vont vous remarquer. A vous de choisir votre équipe de Premier League (et le coach modélisé qui va avec) et de tenter l'aventure professionnelle. Il y aura bien sûr des hauts et des bas, des rencontres plus ou moins amicales ou importantes, des tensions, des déceptions et des moments de gloire. Mais arriver au sommet se mérite et il faut passer par de nombreux entraînements pour monter en niveau et débloquer des aptitudes (tir, défense, vitesse, contrôle de balle) pour faire de votre poulain un tueur devant le but ou au milieu du terrain. Parfois rébarbatifs et évidemment répétitifs à la longue, ces entraînements pourront être simulés pour gagner du temps mais le gain d'expérience sera moindre. Puis vient le moment d'entrer dans la danse, et de débuter son premier match... ou plutôt ses premières 15 minutes. Vous n'aurez que peu de temps au départ pour faire vos preuves et montrer à l'entraîneur que vous méritez votre place de titulaire.

A vous de choisir si vous souhaitez contrôler l'équipe entière ou seulement votre joueur, cette dernière option étant nettement plus immersive. Un poil frileux au départ pour ne pas voir sa note de match chuter, on prendra plus de risques match après match, allant des frappes lointaines aux appels de balle à la limite du hors jeu. L'IA alliée s'en sort plutôt bien et vos coéquipiers font preuve d'initiatives, qu'elles soient offensives ou défensives. Un défenseur n'hésitera pas à effectuer un tacle glissé pour intercepter une balle dans la surface et effectuer une relance de qualité. Vos collègues en attaque sont également tout à fait capables de marquer des buts et vous pourrez tenter des centres ou des balles en profondeur pour les mettre dans de bonnes conditions. Attention toutefois, les milieux de terrain se la jouent parfois un peu perso et une simple pression sur la touche de passe les motivera à vous donner la balle, au lieu de la perdre bêtement en tricotant. Une petit mot sur les gardiens, moins portés sur les boulettes, qui se laissent encore berner assez souvent par le combo centre/tête mais qui se révèlent performants sur les tirs de près, pour des arrêts réflexes de toute beauté. Tout n'est pas parfait, mais suffisamment réaliste pour que l'on ressente la pression des matchs importants.

Puis on part à l’Aventure…



Le scénario du mode Aventure n'évite pas les clichés habituels et reste bien trop dans le politiquement correct, que l'on ressent notamment dans les interviews d'après match. Même si on peut faire preuve d'arrogance, le tout reste bien trop lisse et on alterne les discours neutres avec ceux caressant le coach dans le sens du poil pour améliorer à la fois sa popularité au sein du club ou sur les réseaux sociaux (avec lesquels on ne peut pas interagir). Tout ceci ne sert pas à grand-chose mais reste sympathique. Malheureusement, la trame principale est tout ce qu'il y a de plus scriptée et on sent bien que le jeu ne nous laisse pas le choix. Même si vos premiers résultats sont excellents, vous serez prêté par votre club. Dans le même ordre d'idées, il semblerait que notre joueur soit bien peu en forme dans certains matchs et rate toutes ses tentatives de frappe. Vous comprendrez que le scénario a décidé que votre équipe devait perdre et qu'une autre issue est impossible. Mais qu'importe, on joue le jeu dans l'ensemble et, pour une première tentative, le tout est suffisamment accrocheur et très correct. Espérons que la prochaine tentative soit un poil plus développée et propose, pourquoi pas, divers embranchements scénaristiques. On regrette également des cut-scenes moins jolies que le jeu lui-même, avec pas mal de flou et d'aliasing.

Heureusement, les visages sont très réalistes, malgré certains moins détaillés. Question sensations de jeu, ce nouveau FIFA a également beaucoup progressé. On ressent davantage le poids des joueurs et de la balle, et les frappes sont nettement moins scriptées qu'auparavant. Plus difficile à maîtriser, la jauge de puissance permet de varier les frappes, que l'on pourra piquer ou encore enrouler. Les dribbles sont beaucoup moins pétés qu'avant et le jeu plus équilibré, bien qu'on remarque rapidement un avantage à l'attaque, avec notamment des appels de balle plus fréquents et plus tranchants des attaquants. Bien défendre est difficile et demande un timing parfait. On ne vous demande pas ici de laisser appuyer sur un bouton pour presser un joueur, mais de contrer l'attaquant au bon moment. Une fois maîtrisées, les bases défensives permettent des gestes de grande classe, bien qu'arrêter les attaquants les plus puissants du jeu reste difficile. En plus, à part les grosses pointures à ce poste, la plupart des défenseurs resteront les pieds cloués au sol en cas de timing raté. Le toucher de balle est en tout cas plus réaliste, même si la protection de balle et les amortis souvent réussis empêchent la plupart du temps de rater un contrôle. Autre nouveauté, mais moins à ranger du côté des réussites : les coups de pied arrêtés. Si les coups francs gardent un système cohérent (on place son joueur, on vise, on jauge, puis on met de l'effet), les corners et les tirs au but sont nettement moins réussis.

Dans les premiers, on bougera une cible au sol pour choisir où envoyer son ballon (les joueurs pouvant lancer des appels), tandis que les seconds vous demanderont de pousser le stick gauche pour lancer la course du joueur et de gérer en même temps la visée, vraiment difficile à appréhender. Drôles de changements en tout cas. En plus du mode Aventure et des compétitions habituelles (championnats, coupes, jeu en ligne), on retrouve les habituels modes carrière (aux objectifs plus ou moins tendus suivant le club choisi), dans lequel on fera progresser son joueur et où il sera également possible de devenir sélectionneur, et Ultimate Team, qui vous occupera encore une fois une bonne partie de l'année, avec ses nombreux défis et la possibilité d'importer son équipe pour l'utiliser hors ligne. Des modes de jeu bien connus des acheteurs annuels qui gardent leur base déjà bien ancrée. Terminons avec un mot sur l'ambiance sonore, toujours aussi excellente dans les stades et nettement meilleure au niveau des commentaires. Pierre Ménès rejoint Hervé Matoux derrière les micros pour envoyer quelques pics et anecdotes. Même s’il est moins virulent que dans la vraie vie, sa présence apporte un peu de fraîcheur et les commentaires s'avèrent plutôt synchro avec l'action.

L’avis perso de Lionel // Une cuvée qui innove et s’améliore

Moi qui suis très PES depuis la version 2015, j'ai été convaincu par ce FIFA 17. J'ai tout d'abord bien accroché au mode Aventure, malgré son scénario dirigiste et cliché, mais à l'immersion vraiment réussie. Mais la plus grosse progression de cet opus n'est pas graphique, malgré le Frostbite, mais bel et bien au niveau de la jouabilité et du toucher de balle. Les animations sont bien plus agréables, tout comme les frappes moins scriptées. Le jeu fait la part belle à l'attaque avec les nombreux appels de balle des coéquipiers et la défense est plus difficile à maîtriser, mais on ne tombe pas non plus dans le hourra football. L'ambiance dans les stades est excellente, les modes de jeu nombreux et la physique de balle bien meilleure. FIFA 17 montre donc de gros progrès, reste un poil déséquilibré, mais procure beaucoup de fun. Et c'est ce qu'on lui demande.


Point complet
Après plusieurs années à proposer des améliorations « légères », Electronic Arts nous offre un FIFA 17 nettement plus travaillé. Chouette graphiquement, le titre est nettement plus agréable à jouer et procure des sensations plus réalistes et moins scriptées que par le passé, que ce soit au niveau des frappes ou des animations des joueurs. Apportant un mode « histoire » encore perfectible mais néanmoins accrocheur, et un contenu conséquent (mode carrière, FUT, online seul ou en club), le titre pourra vous occuper un sacré moment. Le meilleur FIFA sur current-gen, sans aucun doute.

On a adoré :
Très chouette graphiquement
Ambiance dans les stades…
Avec de nombreux détails
Meilleure physique de balle
Animations moins robotiques
Frappes plus subtiles, moins scriptées
Nombreux modes de jeu
Les appels de balle des attaquants
La défense, une fois maîtrisée
Mode Aventure accrocheur…
On n'a pas aimé :
Malgré pas mal de défauts de jeunesse
Corners et tirs au but manquant de précision
Encore pas mal de visages ratés
Un peu trop porté vers l'attaque
Des collisions encore assez drôles


Consulter les commentaires Article publié le 16/10/2016 par Lionel B.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
 Super Mega Baseball 2 a une fenêtre de sortie
L'EA Play va mettre l'ambiance
Guardians of the Galaxy date l'épisode 2
Far Cry 5 vous souhaite la bienvenue
   26/05  -  [JdS] RiME
   26/05  -  [JdS] Spellspire
   25/05  -  Far Cry 5 entre en Cène
   25/05  -  Le Xbox Game Pass daté
   24/05  -  [JdS] Embers of Mirrim
   24/05  -  [JdS] Unit 4
Toutes les news
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017