Test Far Cry Primal - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 220 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Far Cry Primal



Editeur
Ubisoft
Développeur
Ubisoft Canada
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  23.02.2016
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
69,00 €

On ne peut pas dire que l'ère préhistorique soit courante dans le jeu vidéo. Du coup, lorsque Ubisoft annonce que son nouveau Far Cry va se dérouler à l'époque des homo sapiens, on ne peut que se réjouir, tout en ayant une certaine crainte du skin bête et méchant. Accompagnée de vidéos prometteuses mettant en scène les nouveautés de cet opus, la campagne marketing du jeu nous a mis l'eau à la bouche. Le résultat comble-t-il nos attentes ?

Une époque peu courante…




Far Cry Primal est un jeu solo et uniquement solo. Ici, impossible de tâter le gourdin d'un camarade en coop, il faut faire ça tout seul. Takkar, c'est votre nom, est le seul survivant d'une chasse au Mammouth ayant mal tournée, un tigre à dents de sabre s'étant invité à la fête. Et c'est immédiatement après ce bref prologue que vous allez vous retrouver seul, en pleine nature, à la recherche de vos semblables pour faire grandir une nouvelle tribu. Disons-le tout de suite, l'histoire de Far Cry Primal est décevante. Loin des missions scénarisées des précédents jeux, celui-ci misera davantage sur l'exploration et l'évolution, afin de faire augmenter la population de votre tribu, en recrutant de nouveaux éléments chez vos ennemis ou en pleine nature, certains disposant de compétences uniques. Une fois sur place, il faut leur construire des huttes et les faire évoluer afin de progresser dans leurs histoires respectives et débloquer des compétences et de l'équipement. Il y a bien une trame principale, un fil rouge, mais celui-ci n'est pas suffisamment mis en avant et souvent perdu au milieu de tous les autres objectifs. De ce côté-là par contre, et au niveau du contenu, le jeu est très complet. Les missions secondaires, la chasse et le crafting sont autant d'éléments de gameplay et de contenus qui trouvent ici tout leur intérêt, l'époque s'y prétend parfaitement bien. Car en -10.000 avant J.C., l'armement était plus que précaire et artisanal.

La recherche de matériaux et autres plantes ou peaux de bêtes n'a jamais été aussi importante. Vous allez être servi car la nature de Far Cry Primal est vaste et inquiétante. Les grognements, cris et bruits étranges permanents vous maintiendront constamment au taquet. Les premières minutes/heures de jeu sont vraiment ultra prenantes, mêlant envie de découverte et crainte des menaces perpétuelles. Heureusement, après quelques missions et passages dans le menu confection, vous pourrez vous fabriquer de puissants gourdins, sagaies (des sortes de lances très puissantes que vous pourrez même enflammer), arcs et même des pseudo grenades pour cramer vos ennemis. Chaque arme est améliorable, ce que nous vous conseillons de faire assez rapidement pour ne pas trop galérer face à des tribus équipées et mieux protégées. Les headshots à l'arc s'enchaînent et le corps à corps prend une place importante dans les combats. Fracasser du crâne à coup de gourdin est particulièrement jouissif. Mais si le bourrinage est efficace, la discrétion est une nouvelle fois au coeur du jeu, de nombreuses missions secondaires vous demandant de ne pas mettre trop le boxon.

Infiltrer un camp ennemi pour en prendre le contrôle et les ressources ou brûler un bûcher (synonyme de point de déplacement rapide) sera synonyme de bonus (souvent un point de compétence ou davantage d'XP), et les meurtres discrets par le haut ou par derrière seront à favoriser, tout comme la progression planquée dans des buissons, en veillant à tuer en premier les ennemis susceptibles d'appeler des renforts. Pour les joueurs souhaitant avoir un aperçu de ce qui les attend, votre chouette sera là pour survoler la zone et éventuellement marquer ou bombarder les ennemis, une nouveauté sympathique mais qui facilite trop la progression à notre goût. Autre nouveauté : il est désormais possible d'appâter et d'apprivoiser des bêtes (tigres, ours, loups) qu'il faudra soigner et nourrir, avant de pouvoir les chevaucher (certaines seulement), comme les Mammouths, à la puissance capable d'envoyer valser n'importe quel poilu de passage. Un guépard sera fort utile pour faire le ménage avec vous dans un camp adverse avec une grande discrétion, tandis qu'un ours puissant sera plus à même de vous aider à mettre à terre d'autres animaux imposants. Face à la dangerosité du monde traversé, un peu de compagnie ne fait pas de mal, mais la présence de ces animaux poilus vous causera parfois quelques soucis à cause d'une I.A. pas toujours au point et de comportements surprenants (dans le mauvais sens du terme).

Un recyclage avec de la légitimité




N'oublions pas que la chasse est également au coeur du jeu et trouve un intérêt légitime (notamment dans les confections et améliorations), contrairement à Far Cry 3 et 4 où le joueur avait plutôt l'impression de massacrer gratuitement des animaux. Ici, c'est bel et bien votre survie qui en dépend. Vaste et variée, la map de Far Cry Primal propose bon nombre d'activités. On retrouve, pour le meilleur et pour le pire, le "style" Ubisoft. Les missions sont nombreuses mais beaucoup s'avèrent répétitives et sont moins intéressantes (comme les nombreux événements aléatoires). Heureusement, certaines missions habituellement pénibles ont disparu (comme les tours de Far Cry 4 pour dévoiler la carte) et les missions spéciales de chasse sont vraiment prenantes, bien que se ressemblant toutes elles aussi (pister, puis poser des pièges et attaquer). Mais comme nous le disions précédemment, nombre de ces missions trouvent ici une certaine légitimité due à l'époque concernée. Il est toutefois conseillé d'en terminer un minimum pour faire grimper l'XP de votre personnage. Les compétences d'amélioration sont en effet très nombreuses (survie, cueillette, dressage, chasse, combat, confection) et surtout très utiles dans votre progression. Chaque point de compétence gagné pourra donc être investi pour faciliter l'avancement.

Au niveau du level design, le jeu reprend énormément d'éléments des précédents titres (montagnes, plaines, grottes), ainsi que tous les problèmes habituels, notamment cette pénible frustration de devoir contourner pendant de longues minutes une montagne, tout ça parce que notre grappin ne peut être utilisé qu'à des endroits précis. Dans les défauts, on cite également l'I.A. ennemie vraiment limitée, en tenant en compte que les hommes de cro-magnon n'étaient pas des stratèges de guerre, mais tout de même. Il nous est par exemple arrivé de faire sortir d'un camp tous les ennemis pour les tuer à tour de rôle, à l'arc, de loin. Aucun ennemi n'a eu la moindre réaction défensive et tous marchaient bêtement vers nous attendant une mort certaine. En ce qui concerne le gameplay, on est en terrain connu, notre personnage pouvant se baisser, sprinter ou encore grimper (avec parfois des petits soucis de précision). On note quelques soucis de lisibilité au corps à corps lors d'affrontements un peu trop soutenus. Graphiquement, le titre d'Ubisoft est vraiment réussi et propose une identité propre. Même si les teintes marron/orange/jaune sont parfois trop présentes (surtout à certaines heures de la journée), le jeu offre des panoramas magnifiques, des textures vraiment chouettes (roche, eau, fourrure animale, armes) et des effets de lumière superbes.

Se promener dans la forêt à l'aube donne lieu à des effets magnifiques et certaines missions entraîneront le joueur dans des trips visuels (comme toujours dans les Far Cry) vraiment chouettes. Les personnages, que l'on peut voir de très près lors des cut-scenes, sont détaillés et ont leur propre folie et caractère, bien que certains fassent un poil trop "modernes" physiquement. Que l'on soit dans les plaines, les forêts (enneigées ou arides) ou sous l'eau, le jeu est vraiment très beau (l'effet de flou de Far Cry 4 dès que l'on bougeait le stick droit a disparu) et l'aliasing se fait très discret. On note simplement un chouia de clipping et quelques animations un peu raides. Niveau sonore, le titre est également une réussite, créant à de nombreuses reprises une atmosphère angoissante et prenante. L'immersion est parfaite, aidée également par le dialecte des personnages, créé pour l'occasion. Le travail effectué est à saluer. Concernant la durée de vie, celle-ci est très convenable, le jeu nous a pris environ 16h pour les quêtes principales et quelques à-côtés, le tout affichant 45% de complétion. A vous de vous de voir si vous êtes prêt à fouiner partout pour trouver les centaines d'objets cachés pour faire augmenter ce pourcentage.

Point complet
Far Cry Primal reprend de nombreux éléments des anciens épisodes, et c'est un peu ce que l'on craignait. Néanmoins, la plupart des éléments de gameplay trouvent ici une certaine légitimité. Chasser, fouiner et looter a une importance capitale pour crafter un maximum d'objets (sacoches, armes, flèches, potions) pour vous-même ou votre village. Les améliorations sont nombreuses et intéressantes, permettant de partir à l'action avec plus de sûreté, en profitant de nouveautés sympathiques (utiliser sa chouette, dresser des animaux). Si les activités sont nombreuses, variées et la map plutôt grande, on regrette une certaine répétitivité et un mode histoire en retrait, aux missions s'éparpillant parfois un peu trop. Far Cry Primal propose tout de même une belle brochette de personnages, dont pas mal de sales tronches, et une ambiance ainsi qu’une immersion excellentes, grâce à un parti pris graphique différent (principalement au niveau de la colorimétrie) et une partie sonore géniale. Si vous souhaitez vous mettre dans la peau d'un homme des cavernes, ce jeu est fait pour vous.

On a adoré :
+ Oros, vaste et riche en activités
+ Immersion totale
+ Le loot et le craft trouvent tout leur intérêt
+ Améliorations nombreuses (perso et village)
+ Le gourdin au corps à corps
+ Bonne durée de vie
+ Nouveautés intéressantes (dressage)
+ Action ou infiltration au choix
+ Se balader à dos de Mammouth
+ Ambiances sonore et graphique au top
+ Effets de lumière superbes
On n'a pas aimé :
- Mode histoire en retrait
- Pas mal de recyclage
- Des soucis de lisibilité au corps à corps
- I.A. ennemie vraiment limitée
- Le grappin, trop limité
- Une certaine répétitivité des activités
- Quelques bugs de collisions


Consulter les commentaires Article publié le 04/03/2016 par Lionel B.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019