Test FaceBreaker - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 231 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

FaceBreaker



Développeur
EA Canada
Distributeur
Electronic Arts
Genre
Sport
Statut
Disponible
Date de sortie
  03.09.2008
  04.09.2008
Nombre de joueurs
1
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Thème
Boxe
Prix de lancement
49,00 €

Après avoir ravi tous les fans de simulations de boxe avec la licence des Fight Night, Electronic Arts est remonté sur le ring pour s’attaquer cette fois-ci à la boxe arcade avec une toute nouvelle franchise : FaceBreaker. 100% arcade, 100% fun et surtout 100% accessible, voilà les promesses que nous avaient faites les développeurs. Mais à l’heure du verdict final, le titre est-il en mesure de « casser la figure » aux ténors du genre dont on ne citera que Ready 2 Rumble ? Toutes les promesses ont-elles été tenues ?

Obama vs Bush ou Rocky vs le Joker ou…




L’élément principal de FaceBreaker, qui a séduit bon nombre de joueurs lors de la promotion du titre, c’est sans nul doute l’outil de personnalisation des personnages. Une option extrêmement travaillée qui permet de régler tous les détails de son poulain afin qu’il ressemble à son créateur ou à toute autre personne souhaitée. Mieux encore, il est possible, lorsqu’on possède une caméra Xbox Live Vision, de se prendre en photo pour modéliser le visage de son avatar afin d’avoir sa copie conforme (ou presque) dans le jeu. Si cela est déjà bien satisfaisant, les développeurs ont voulu aller encore plus loin en permettant aux joueurs de télécharger n’importe quelle photographie pour créer un boxeur en assemblant la tête de l’image récupérée et le corps d’un personnage déjà existant, tout en sachant qu’il est encore possible d’ajuster certains éléments pour pousser la ressemblance au maximum. Même si le résultat dépend fortement de l’image de départ, il faut bien reconnaître qu’il est fort appréciable de pouvoir jouer avec la réplique d’Obama, celle du Joker, celle de Rocky ou encore celle d’un de ses proches ou d’un de ses anciens professeurs. Il y a du choix et il ne faut que quelques secondes pour mettre en ligne une création ou en récupérer une déjà toute prête selon, entre autres, les nouveautés ou leur popularité. A cela, il faut bien entendu ajouter douze personnages charismatiques dont bien souvent le nom révèle leur personnalité et dix environnements.

Le casting est complet et on s’apprête enfin à monter sur le ring pour disputer quelques rencontres. On se jette alors sur le mode solo, nommé Bagarres en Barres et on tombe de haut. Même si la théorie voudrait que l’on termine le mode avec chaque personnage, la pratique est telle, qu’après l’avoir achevé une fois l’envie d’y revenir ne se fait guère sentir. A cela deux problèmes majeurs : le mode manque réellement de profondeur, puisqu’il ne demande que de gagner une poignée de ceintures en enchaînant les combats, et l’intelligence artificielle est vraiment très mal équilibrée, surtout que le gameplay n’aide pas forcément le joueur. En effet, les développeurs nous avaient promis que chaque combattant aurait ses propres techniques et qu’il faudrait réagir en conséquence, ce qui ajouterait un petit côté stratégique aux combats. Mais nous sommes bien loin de tout cela puisque dans la pratique, il suffit d’appuyer très rapidement sur les boutons de la manette pour enchaîner des coups hauts et des coups bas.

Mauvais coup




Quand la jauge sur le côté commence à grimper (pour cela il ne faut surtout pas se faire contrer), on peut tenter un coup spécial en appuyant sur le bouton permettant de briser la garde. Si cette jauge est complète, cela a pour effet de déclencher un facebreaker, une sorte de coup ultime mettant automatiquement l’adversaire K.O. Sans cela, pour gagner, il faut nécessairement l’envoyer trois fois au tapis ou remporter l’épreuve de la mort subite si cela n’est pas fait au bout de trois rounds. Mais les néophytes déchanteront rapidement puisque l’I.A. ne se laisse pas faire, bien au contraire, elle a même tendance à retourner la situation au bon moment pour voler la victoire sur le fil du rasoir. Du coup, le principe du jeu se résume à : « on alterne rapidement des attaques hautes et basses, on évite de se prendre des coups et, quand l’adversaire attaque, on essaie de parer ou de le contrer dans un timing parfait ». Pas facile quand on débute et que l’on désire juste s’amuser.

Résultat la prise en main est rapide, mais le titre, en solo du moins, n’est pas si facile d’accès que cela. Heureusement quelques variantes viennent briser quelque peu la monotonie, comme le coup pour repousser son adversaire dans un coin du ring ou celui de l’étourdissement qui est différent selon chaque personnage. Certains permettent d’ailleurs de le sortir plus facilement que d’autres. Reste alors à chercher un adversaire sur le Xbox Live ou à inviter des amis pour profiter du Royal Sofa et passer tout de même une agréable soirée. Dommage que le titre ne dépasse pas au final le stade de la soirée entre amis. Il reste donc bien fun à petite dose mais il relève plus du « bourrinage » que de la boxe arcade. Les amateurs du genre pourront tout de même apprécier le divertissement en se procurant le titre à moindre coût, surtout que la réalisation technique est tout à fait correcte et que la bande-son, comme pour bien des jeux signés Electronic Arts est simplement excellente. Il fallait tout de même le souligner.

Point complet
Avec un outil de personnalisation plus que convaincant, des graphismes des plus corrects, une excellente bande-son et une communauté qui fournit de beaux personnages en tous genres, FaceBreaker a de quoi séduire. Néanmoins, les développeurs n’ont pas tenu les belles promesses qu’ils nous faisaient il y a encore quelques semaines et le titre se révèle au final décevant. Le mode solo n’a que peu d’intérêt et l’intelligence artificielle est tellement mal équilibrée que les néophytes risquent bien de vite abandonner. Au final nous avons donc le droit à un bon défouloir procurant une bonne dose de fun mais ça s’arrête là. Un titre que l’on apprécie le temps d’une soirée avec des amis dans son canapé ou le temps de quelques combats sur le Xbox Live afin de tester la résistance de sa manette avant de passer à autre chose.

On a adoré :
+ Le casting
+ L’outil de personnalisation
+ Les créations de la communauté
+ La bande-son
+ Fun et défoulant
On n'a pas aimé :
- Juste le temps d’une soirée
- I.A. mal équilibrée
- Mode solo décevant
- Trop bourrin au final


Consulter les commentaires Article publié le 22-09-08 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019