Test F.E.A.R. - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 242 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

F.E.A.R.



Développeur
Day 1 Studios
Distributeur
Vivendi Games
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  10.11.2006
  31.10.2006
Nombre de joueurs
1 à 16
Online
- Jeu en ligne
- Réseau local
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1

Sorti il y a plus d’un an sur PC, le FPS de Monolith Productions revient dans une version nouvelle génération. Un portage intéressant qui mettra tous les joueurs sur un même pied d’égalité, surtout lorsqu’on sait que le soft demandait une grosse configuration que tous ne pouvaient pas s’offrir. Après avoir fait trembler des millions de joueurs sur ordinateurs, F.E.A.R. arrive-t-il encore à surprendre ? Peut-il être considéré comme l’un des FPS incontournables de la Xbox 360 qui en compte déjà beaucoup ? Voilà tant de questions qui trouveront réponses dans notre test complet.

La poupée des ténèbres




F, E, A et R qui signifient la peur en anglais, ne sont que les initiales du First Encounter Assault Recon, une unité d’élite chargée d’étranges enquêtes. Celle-ci a été créée en 2002 par l’US Army pour combattre les menaces paranormales. Dès le début du jeu, le joueur incarne donc une nouvelle recrue affectée au poste d’éclaireur. La mission semble simple, il suffit d’avancer pour ouvrir la voie à ses collègues tout en éliminant les menaces ennemies. Enfin en théorie… En effet, sur le terrain il en est tout autre. Nous sommes l’élite de l’élite, un soldat surentraîné capable de faire face, normalement, à toutes les situations. Et pourtant, l’une des grandes force de F.E.A.R. est de réussir à amener le personnage, et par la même occasion le joueur, dans un univers complètement surréaliste. A tout moment, la mise en scène réalisée de main de maître nous fait vaciller entre deux mondes radicalement opposés. Alors que notre esprit tend à garder la raison, nos yeux, eux, nous plongent dans un univers fantastique.

Vous l’aurez compris, le titre de Monolith Productions est l’un de ces rares jeux où le scénario est aussi, si ce n’est plus, important que le gameplay. Pour éviter de gâcher la surprise de tous ceux qui ne possèdent pas ou qui n’ont toujours pas terminer le titre, nous pourrons seulement dire que le scénario est extrêmement intéressant. L’intrigue est sans cesse relancée par de nouvelles questions qui tiendront tout joueur, un peu attentif, en haleine jusqu’à la fin. Dommage tout de même, que la grande majorité des réponses ne soient divulguées que dans la dernière heure de jeu. Dans tous les cas, le soft jouit d’un mode campagne intriguant et intéressant. Celui-ci est agrémenté de quelques bonus dont un mode action instantanée et un mode en ligne. Alors que le premier s’avère être amusant cinq minutes mais largement indispensable, le dernier constitue un plus indéniable. En effet, il est possible de jouer dans des modes classiques, tels que le deathmatch, la capture du drapeau, etc., jusqu’à seize joueurs. Ceci promet de longues parties endiablées pour tous les possesseurs d’un compte Gold.

Le regard revolver




Même si le scénario est extrêmement important pour le jeu, F.E.A.R. est avant tout un FPS. De ce fait, il propose un gameplay assez classique mais fortement efficace. Notre agent peut porter jusqu’à trois armes différentes et peut utiliser des doublons pour augmenter sa puissance de feu. Il est normal qu’un super soldat comme celui-ci possède un équipement approprié. Enfin, on pourra toujours remarquer que la lampe torche dont nous sommes équipés s’éteint toutes les trente secondes. Un petit défaut déjà perçu dans la version PC qui n’a toujours pas été corrigé. Dommage, bien que ce soit un détail, ça enlève tout de même un peu de crédibilité au titre. Cette petite déception passée, nous pouvons faire notre inventaire pour constater que les développeurs ont tenu leur promesse en incorporant une nouvelle arme. Face à des ennemis à l’intelligence artificielle travaillée, la seule force physique ne suffira plus et nos capacités surhumaines pourront alors rentrer en action.

Dotés d’une sorte de bullet time nous conférant une plus grande vitesse, nous avons le pouvoir de « ralentir le temps » pour nous permettre de viser la tête de nos ennemis. Une capacité forte utile, voire un peu trop, qui confère un avantage certain pour passer plus facilement une zone à risque. En effet, la barre servant d’indicateur se remplit trop vite. Il devient alors beaucoup plus facile de battre les bosses et les quelques ennemis, peu variés, allant du simple soldat au guerrier sophistiqué (invisible et rapide). Il faut tout de même relativiser puisque la difficulté est accrue et seul le joueur vraiment expérimenté peut relever le défi que propose la campagne « extrême ». Celle-ci ne fait que masquer la courte durée de vie du FPS qui se termine en sept ou huit heures selon votre niveau. Les petits défauts de l’épisode PC ont malheureusement été conservés. Même s’ils ne sont que futiles, ils sont bels et biens présents. Mais les fans du genre les oublieront vite puisque F.E.A.R. est avant tout un jeu qui mise énormément sur son ambiance.

Bouh ! Vous avez eu peur ? C'est normal




Alors que beaucoup de jeux se sont contentés de proposer des ambiances glauques dans lesquels tout se termine dans des bains de sang, le titre de Sierra, lui, instaure une réelle peur. Assez inqualifiable, cette sensation étrange à mi chemin entre l’angoisse et la peur joue sur nos sens pour nous tromper. Tout d’abord visuellement, le mal est incarné par une petite fille démoniaque. Le joueur est victime de sortes d’hallucinations dans lesquels il côtoie la mort. Les soldats meurent dans d’atroces souffrances et beaucoup de sang recouvrent les murs sans même pouvoir trouver un impact de balle. En acceptant le poste d’éclaireur, nous nous sommes donc aventurés dans un univers intriguant qui nous fait douter. Dommage que la réalisation technique très prenante à l’époque, n’ait pas été plus travaillée. Les textures proviennent directement de l’épisode PC, le rendu est donc assez moche. Et oui, les développeurs n’ont pas compris qu’en un an les moteurs graphiques évoluent, et que le leur était déjà bien trop vieux pour être représenté sur une console nouvelle génération. Heureusement tout de même que les effets de ralenti, les projections de particules et les jeux de lumières sont du plus bel effet. Ceux-ci préservent donc l’ambiance si spéciale du soft pour une immersion complète, ou presque…

Oui, nous y voilà ! F.E.A.R. n’aurait jamais pu connaître le succès escompté sans sa sublime ambiance sonore. Cette dernière représente plus de 60% de l’intérêt du titre. Les bruitages sont d’excellente facture et donnent le rythme au jeu. Ceux-ci sont accompagnés de musiques électriques en tous genres qui immergent complètement le joueur. Pour profiter pleinement de l’expérience il ne vous reste plus qu’une solution : fermer les stores, monter au maximum le son de vos baffles et surtout éteindre la lumière. Vous ne serez plus alors devant un jeu, mais bel et bien embarqué dans une aventure extraordinaire à la limite entre réalité et fantastique. La bande sonore d’une exceptionnelle qualité jouera avec vos sens pour vous faire perdre pied à tout moment. Que les âmes sensibles s’abstiennent, le titre est déconseillé aux moins de dix huit ans et on comprend pourquoi ! Pourtant une question se pose encore : Aurez-vous la force mentale suffisante pour résister à l’expérience F.E.A.R. ? Pour une fois, la réponse c’est vous qui la détenez.

Point complet
Véritable expérience vidéo ludique, F.E.A.R. reprend toutes les qualités, mais aussi, malheureusement, tous les défauts de la version PC. Pourtant, malgré des textures vieilles d’un an, des petits défauts qui enlèvent une légère crédibilité au jeu et un nouveau mode inutile, le titre de Sierra n’a rien perdu de son charme. Avec un gameplay en béton et une ambiance incomparable, F.E.A.R. est une réelle expérience à vivre au moins une fois dans sa vie. Avec en plus une intelligence artificielle digne de ce nom, il ne faut surtout pas hésiter. Même si ce n’est pas le FPS de l’année, il reste tout de même un excellent titre pour tous ceux qui n’ont jamais terminé la version PC. Pour les autres, passer votre chemin sur le mode campagne pour vous jeter directement dans des parties endiablées sur le Xbox Live. Voila enfin un titre qui donnera quelques sueurs froides aux moins peureux d’entre nous.

On a adoré :
+ Les effets de lumière
+ Le jeu en ligne
+ Le scénario et sa mise en scène
+ L’ambiance sonore
+ L’intelligence artificielle
+ F.E.A.R. sur 360…
On n'a pas aimé :
- Après plus d’un an d’attente
- Défauts récurrents de la version PC
- Certaines textures indigne de la nouvelle génération
- Trop court
- Mode « action instantanée » inutile


Consulter les commentaires Article publié le 19-01-07 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019