Test Dreamfall Chapters - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 173 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Nombre de joueurs
1

Dreamfall Chapters vient clôturer une saga débutant en 1999 sur PC avec The Longest Journey, suivie en 2006 avec Dreamfall : The Longest Journey. Aventures narratives acclamées par la critique pour leur scénario et leurs dialogues, certains d’entre-vous se souviendront peut-être de Zoë Castillo et des mondes de Stark et d’Arcadia. Replongez dans l’univers de Dreamfall !

Un rêve en partie bloqué dans le passé



D’abord financé indépendamment sur Kickstarter pour une version PC épisodique, Dreamfall Chapters est récemment arrivé sur Xbox dans une version réunissant l’ensemble des cinq épisodes et quelques bonus. L’aventure est une suite directe des événements de Dreamfall : The Longest Journey (2006). Petit rappel du contexte… Vous retrouvez les deux mondes en balance de Stark, dystopie cyberpunk de notre monde actuel où règnent l’ordre et la science, et d’Arcadia, monde de magie et de chaos. Dans cet univers existent des « Shifters », capables de naviguer librement d’un monde à l’autre et des « Dreamers », capables de vivre dans les deux mondes à la fois, au travers de leurs rêves. A Stark, la seule « dreamer » connue, Zoë Castillo, fut laissée pour morte après avoir découvert les plans de la société Waticorp, qui utilise ses machines à rêves sur l’humanité pour remodeler la réalité. Aujourd’hui dans le coma et coincée dans l’étrange monde de Storytime, elle doit apprendre à contrôler les rêves et affronter son passé pour retrouver sa vie. En parallèle, à Arcadia, nous étions témoins du meurtre d’Arpil Ryan, une « shifter », assassinée par un tueur à la charge des Azadis, peuple d’envahisseurs éradiquant les magiciens d’Arcadia et récoltant les rêves des habitants. Kian Alvane, un assassin Azadi était condamné à mort pour trahison et enfermé dans la prison de Friar’s Keep. Compliqué donc même pour ceux ayant joué aux épisodes précédents de se projeter à nouveau facilement dans cet univers complexe aux nombreux personnages. Il faut dire que 11 ans après le dernier épisode, vous avez eu le temps d’oublier !

L’éditeur a eu la bonne idée d’intégrer dans les extras du jeu un récapitulatif vidéo des épisodes précédents, permettant au moins de commencer cet épisode avec quelques connaissances des faits précédents… Néanmoins il reste assez difficile de bien saisir les motivations derrière les actions des personnages sans avoir préalablement baigné dans l’univers. Les protagonistes ne sont pas mémorables, mais ils ont le mérite de chacun posséder une histoire que vous pourrez consulter. Bien qu’inégale, l’écriture derrière les personnages principaux est globalement réussie et correspond à ce que nous sommes en droit d’attendre dans un bon jeu d’aventure narratif. Celle-ci insuffle de la vie dans cet univers et leur confère une réelle personnalité, les rendant plus réalistes. Les échanges sont majoritairement intéressants, les dialogues remplis d’options de réponse et les moindres choix du joueur auront un impact direct sur l’histoire et sur la direction que prendront les protagonistes, bien qu’au final, les différentes branches mènent toutes à une conclusion similaire. L’un des tout premiers choix par exemple déterminera l’état d’esprit dans lequel vous commencerez votre aventure avec Zoë, renforçant au passage la connexion avec le personnage. Un peu à l’image des récentes productions Telltale, l’impact de vos choix est transparent dans Dreamfall Chapters. Une notification viendra vous avertir que votre choix, aussi mineur soit-il, vient d’impacter le reste de l’aventure et, à la fin de chaque chapitre, vous retrouverez un récapitulatif de vos actions et un comparatif avec les choix effectués par les autres joueurs. Quand certaines actions vous paraissent évidentes, vous découvrirez parfois que la majorité des joueurs a agi à l’inverse de vous. Vous jonglerez donc entre deux histoires bien différentes qui se préciseront au fur et à mesure de votre avancée pour venir éclaircir les zones d’ombre posées au début. Le jeu regorge aussi de sous intrigues, mais celles-ci ne sont pas toujours très développées, ni achevées, ce qui peut devenir décevant une fois la conclusion finale atteinte.

Là où Dreamfall Chapters pèche, c’est dans le gameplay en lui-même. En vue à la troisième personne, il se concentre principalement sur l’exploration d’environnements semi-ouverts (la ville d’Europolis et celle de Marcuria) et sur la résolution de différentes énigmes. Une bonne moitié du jeu est consacrée aux dialogues avec les PNJ, ne vous attendez donc pas à d’intenses scènes d’action ou de combat. Bien qu’il ne soit pas désagréable de parcourir librement les environnements, on ne peut pas dire qu’ils soient très vivants. Vous aurez vite fait le tour des villes qui n’offrent pas beaucoup d’opportunités d’interactions et vous en aurez vite marre d’entendre toujours les mêmes phrases débitées lors de votre passage. L’aspect ouvert de l’environnement n’apporte au final pas grand-chose au jeu, si ce n’est rallonger sa durée de vie en vous forçant à parcourir des dizaines de fois les mêmes itinéraires… Le jeu peut aussi devenir frustrant dans la gestion des énigmes, dont le design n’est pas toujours intuitif ni logique. Ladite résolution relève parfois d’un minuscule détail à dénicher dans l’environnement, du pur hasard, voire même aux informations liées aux précédents épisodes, sortis jusqu’à 17 ans plus tôt ! C’est un contraste assez important avec les aventures narratives actuelles, comme les jeux Telltale ou encore des titres comme Life is Strange, qui misent clairement sur une manière différente d’aborder le déroulement de leur histoire. Au final Dreamfall : Chapters cherche à être moderne, mais reste un peu enfermé dans les codes des point-and-click des années 90, ce qui ne fonctionne finalement plus très bien aujourd’hui. Ensuite, le moteur graphique n’est pas franchement impressionnant et même si le chara-design est plutôt réussi, les animations ont clairement une génération de retard. Il arrive aussi que le jeu souffre de chutes de framerate, parfois dans des environnements qui ne les expliquent pas.
Article rédigé par Arnaud/moshi


Point complet
Dreamfall Chapters tente de mélanger les codes des productions modernes et des anciens point-and-click… Le succès est finalement mitigé. Le jeu présente deux personnages intéressants mais son scénario jonglant entre deux personnages est tellement dense qu’il faudra s’accrocher pour suivre, même pour ceux qui sont familiers avec les épisodes précédents. Le titre opte également pour un parti pris étrange, ignorant des années d’évolution dans le genre du jeu d’aventure narratif, pour utiliser des mécanismes datés qui ont du mal à convaincre aujourd’hui. A réserver aux fans de la première heure qui cherchent une conclusion à cette histoire !

On a adoré :
La conclusion après de longues années d’attente
Entre science-fiction et fantastique
Deux personnages bien différents
Narration et dialogues réussis
Récapitulatif vidéo des épisodes précédents
On n'a pas aimé :
Une réelle connaissance de l’univers est souhaitable
Monde semi ouvert n’apportant rien
Gameplay un peu coincé dans les années 90
Moteur parfois à bout de souffle


Consulter les commentaires Article publié le 13/01/2018 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018