Test Divinity II : The Dragon Knight Saga - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 245 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Divinity II : The Dragon Knight Saga



Développeur
Larian Studios
Genre
Action Jeu de rôle (RPG)
Statut
Disponible
Date de sortie
  05.11.2010
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI

En cette fin d’année, le petit studio de développement belge de Larian Studios a tenu à nous proposer une réédition de son RPG phare Divinity 2, agrémentée de quelques modifications notables, de graphismes améliorés et surtout d’un add-on, Flames of Vengeance. Le tout étant vendu à 40€ et faisant suite à l’un des meilleurs RPG de 2009, nous ne pouvions que nous réjouir de pouvoir goûter à la bête… A raison ?

Le RPG de l’année ?




Divinity 2 était parvenu à s’illustrer l’année dernière grâce à son habile mélange de jeu de rôle et d’action. A mi-chemin entre un Fable et un Sacred 2, le jeu de Larian Studios souffrait pourtant de nombreuses petites imperfections qui l’empêchaient de devenir un titre mythique. Bien décidés à les corriger, les belges de Larian ont travaillé dur pour nous faire changer d’avis. Ainsi, cette nouvelle édition, qui fait un peu office de GOTY, intègre de nombreuses corrections de bugs, de nouvelles textures, des graphismes améliorés sans oublier une vitesse de jeu qui a été corrigée dans la version console. Pour 40€, les amateurs de RPG ont donc droit à l’un des meilleurs RPG de la génération actuelle, entièrement remanié, et agrémenté de son add-on, Flames of Vengeance, qui apporte lui aussi son lot de petites nouveautés. Avant de poursuivre, il faut quand même signaler que cela représente une durée de vie plutôt monumentale dans la mesure où le joueur qui va droit au but pourra boucler le jeu en une cinquantaine d’heures, jusqu’à une centaine pour peu qu’il prenne son temps pour exploiter tout son univers et ses quêtes annexes. L’add-on en lui-même peut se boucler en une vingtaine d’heures, mais il ajoute tout de même quelques passages épiques et surtout des quêtes secondaires nettement plus passionnantes que celles du jeu original.

Néanmoins, on aurait aimé avoir la possibilité de l’acheter séparément, surtout pour les fans disposant déjà du second volet qui souhaitaient sans doute mettre la main dessus. De plus, ceux n’ayant pas terminé la quête du second volet seront déçus de constater que leur sauvegarde ne peut être utilisée dans l’add-on. Mais cela est-il vraiment un mal ? Pas vraiment dans la mesure où Flames of Vengeance est d’un tout autre niveau. Vous devez en effet débuter l’aventure avec le niveau 35, accessible d’entrée de jeu pour tous ceux qui n’ont pas bouclé le second volet. L’un dans l’autre, nul besoin de crier au scandale puisqu’il s’agit d’un impératif pour pouvoir progresser dans le monde brutal de cet add-on. En outre, le prix de vente déjà très bas de cette édition et le fait qu’il s’agisse finalement plus d’une version remasterisée que d’une réédition excuse également le prix de 40€, qu’on pourrait juger très abordable, même pour un joueur disposant déjà du second volet. Niveau scénario, il est difficile de parler des caractéristiques du jeu sans spoiler la fin du second volet, raison pour laquelle nous nous contenterons d’ajouter que le gros du scénario repose sur une histoire de manipulation dans un univers heroic-fantasy maîtrisé et extrêmement riche. Ceux qui ont déjà parcouru Divinity 2 ne seront pas surpris, et ceux qui ont fait Divine Divinity sur PC seront ravis de pouvoir redécouvrir la cité d’Aleroth, au design si particulier.

Des corrections en pagaille




Au niveau des surprises, on soulignera tout de même que le scénario s’avère beaucoup plus sombre que celui du second volet, que les quêtes annexes sont plus intrigantes et que le jeu commence d’entrée de jeu sur les chapeaux de roue. On remarque également que le joueur est littéralement agressé par l’univers de Divinity cette fois puisque les quêtes en cours s’accumulent à un rythme surprenant et que l’on se retrouve un poil perdu dans cet univers qui semble si vaste. Heureusement, Larian a pensé à tout. La progression, très bien pensée, nous mène par le bout du nez et nous fait réaliser plusieurs missions à la fois. Les dialogues ont une nouvelle fois une importance capitale et, même si les quelques choix à opérer au cours de l’aventure n’ont pas une grande incidence, on apprécie la liberté dont le joueur dispose dans cet univers si riche et si bien conçu. Au niveau des gros ajouts, on remarque que le rythme est nettement mieux maîtrisé puisqu’on commence d’entrée de jeu avec un personnage surpuissant qui doit évoluer de manière très régulée pour vaincre ses adversaires. La progression est très bien pensée et corrige le principal défaut de son aîné qui nous obligeait à faire des allers-retours incessants pour améliorer son personnage afin de vaincre un ennemi trop puissant.

Cette fois, le joueur est mieux aiguillé et le rythme beaucoup plus régulier. Pour le reste, le coeur du jeu n'a pas changé : la création du personnage demeure ultra complète, les compétences sont nombreuses, les sorts très puissants et la possibilité de se transformer en dragon pour des combats aériens ajoute un plus non négligeable par rapport à la concurrence. Le jeu est également dépourvu de lag, les textures beaucoup plus fines et les affrontements s’avèrent plus funs que dans le second volet. Dommage que quelques bugs restent présents et que le moteur graphique commence à montrer des faiblesses. Vu son âge vétuste, il faut tout de même reconnaître que Larian a fait du beau boulot, d’autant plus que le second volet a été assez bien amélioré techniquement et que l’add-on s’avère même nettement plus joli. Dans l’ensemble, Dragon Knight Saga n’est donc pas une claque, mais une sérieuse amélioration portée au second volet, une édition GOTY qui prend tout son sens et qui devrait ravir tous les amateurs du genre. L’add-on fourni en « bonus » devrait sans aucun doute satisfaire les fans, même si sa durée de vie n’est pas phénoménale.

Point complet
Comme son prédécesseur, Divinity 2 : The Dragon Knight Saga devrait satisfaire tous les amateurs d’A-RPG avec son gameplay au poil, sa durée de vie titanesque et les nombreuses améliorations qu’il apporte pour un prix plus qu’abordable. Certes, le moteur a un peu vieilli et il reste quelques bugs mais il est vraiment difficile de passer à côté de ce petit bijou qui devrait plaire à tous ceux qui apprécient un minimum le genre.

On a adoré :
+ Une durée de vie conséquente
+ Seulement 40€
+ Un excellent scénario
+ Des graphismes améliorés
+ Un add-on de qualité
+ Un gameplay au poil
On n'a pas aimé :
- Encore quelques bugs…
- Le moteur vieillit un peu


Consulter les commentaires Article publié le 26/12/2010 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019