Test Demon's Tier+ - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 455 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Editeur
COWCAT
Développeur
Diabolical Mind
Genre
Action / Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  09.06.2020
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
9,99 €

Après Riddled Corpses (Ex) et Xenon Valkyrie (+), Diabolical Mind (Daniel Fernadez Chavez) livre un nouveau jeu, toujours dans le style rogue-like, répondant au doux nom de Demon’s Tier (+). Comme d’habitude, après un passage sur Steam notamment, c’est COWCAT (Fabrice Breton) qui s’est occupé de porter le jeu sur nos consoles. Reste à voir si la descente pour botter les fesses du roi Thosgar vaut le coup…

Tu descends, tu remontes et tu recommences… Encore…



Pour résumer simplement le concept de Demon’s Tier +, on peut dire qu’il s’agit d’un dungeon crawler avec un aspect rogue-like auquel on a greffé une base issue des twin stick shooters. Concrètement, le roi Thosgar est de retour pour anéantir l’humanité et huit héros se liguent pour le renvoyer d’où il vient. Pour cela, ils doivent descendre dans un trou apparu au milieu d’un village et enchaîner les donjons jusqu’à l’occire. Rapidement, on comprend que l’effort de scénarisation (qui bénéficie d’une bonne traduction française) n’est qu’un prétexte pour descendre dans ce fichu trou, même la véritable fin (une fois le tier 3 terminé) n’apporte pas grand-chose de plus à l’intrigue. Bref, une fois dans le trou, on se retrouve à enchaîner quinze niveaux répartis en deux types. Le premier, c’est le niveau classique qui demande simplement d’affronter un boss. Le deuxième, c’est le donjon généré aléatoirement. C’est ce dernier qui est clairement le plus intéressant. On se retrouve donc dans un niveau qui change à chaque partie, tout en conservant un thème de base et quelques structures que l’on finit rapidement par identifier. Pour pimenter un peu l’action, le développeur a intégré un chronomètre, ce qui fait qu’il faut impérativement terminer l’objectif du niveau en moins de cinq minutes, après quoi une faucheuse invincible survient pour nous occire.

Les objectifs ne sont hélas pas très variés puisqu’ils consistent bêtement à tuer l’ennemi caché, ouvrir tous les coffres, faire exploser toutes les bombes ou tuer tous les ennemis, avec la variante demandant même de repousser la faucheuse. En théorie, cela permet de varier un peu les parties. En pratique, ça revient peu ou prou à la même chose puisqu’il faut arpenter au moins la majorité du niveau pour accomplir l’objectif avant d’aller s’échapper par une trappe. Quand bien même on apparaît à côté de l’objectif et que la trappe n’est pas loin, il est vivement conseillé de pousser l’exploration à fond (on fait souvent le tour complet d’un niveau en trois à quatre minutes max si on se sert bien de la carte) pour ouvrir tous les coffres et récupérer toutes les récompenses disponibles, à savoir l’or et les jetons-D. Cela permet également, quand on a la bonne clé, d’ouvrir un coffre verrouillé qui renferme parfois des runes augmentant les caractéristiques du personnage ou de libérer un PNJ qui nous suivra jusqu’à notre mort pour infliger un peu plus de dégâts aux ennemis, du moins quand celui-ci ne se retrouve pas (souvent) bloqué dans le décor.

Pourquoi est-ce donc fortement conseillé ? Simplement parce que l’or permettra à chaque fin de niveau d’augmenter les statistiques de notre personnage (vie, défense, distance de tir, puissance, vitesse, récupération d’énergie, combo), un élément nécessaire pour éviter de se faire atomiser par la suite par des ennemis ultra scriptés aux patterns ultra pauvres qui brillent majoritairement par leur nombre ou les dégâts qu’ils peuvent infliger en cas d’inattention. Certains arrivent même à se déplacer de manière très rapide lorsqu’on les vise, ce qui est vite frustrant, surtout quand ils nous foncent simplement dessus pour nous faire perdre nos PV ou qu’un bug s’en mêle pour les téléporter dans notre dos. Quant aux jetons-D, il faut les accumuler et les conserver précieusement puisqu’ils servent, quand on retourne au village (soit en utilisant une corde pour remonter du trou, soit en sortant gratuitement après le dixième donjons), à débloquer de nouvelles classes de personnages, d’acheter des objets et de nouvelles armes, du moins quand on a récupéré les recettes pour débloquer leur achat.

Attention toutefois, si vous remontez, vous conservez vos jetons-D mais vous perdez vos améliorations du personnage et devez repartir de zéro en redescendant dans le trou, ce qui implique également de se retaper encore la même suite de donjons, à partir du premier. Si vous mourez, vous perdez tout et recommencez à zéro comme si vous n’aviez rien fait auparavant… Ou presque puisque Diabolical Mind vous laisse une chance de retourner au point où vous êtes mort (ou presque puisqu’on reste sur de la génération aléatoire) pour détruire votre tombe et ainsi récupérer les jetons-D. Pour le reste, c’est plutôt simple puisqu’il suffit de parcourir les donjons en se déplaçant avec le stick gauche, en tirant avec le droit, en utilisant sa capacité spéciale avec X (avec un cooldown pour éviter l’abus), en accédant au menu rapide avec Y (pour utiliser la corde ou une potion notamment) et en utilisant une esquive soumise à un délai de rechargement pour éviter là également un abus. Contre le boss de fin, celle-ci permet même de renvoyer l’une de ses attaques. Le gameplay est plutôt simple mais il n’en reste pas moins efficace et assez addictif.

En revanche, les niveaux contre les boss, qui représentent presque la moitié d’un tier (les deux autres tiers demandant simplement de recommencer l’aventure dans une difficulté plus élevée), sont clairement décevants pour la plupart. Les boss n’ont que deux attaques différentes très prévisibles et se présentent juste contre de gros sacs à PV aidés parfois par des ennemis de base invoqués. Pire, la fin d’un tier se finit par une sorte de boss rush dans lequel seul le dernier présente un véritable intérêt. Il remonte d’un coup la difficulté du jeu, du moins sur la première partie du combat, et demande une véritable attention pour éviter de se faire trop régulièrement toucher par des boulettes qui affluent en masse. Même en poussant les caractéristiques du personnage jusqu’au niveau maximum, la mort peut vite survenir. En ce qui concerne les classes, six sont disponibles de base et deux sont à débloquer (en terminant respectivement le premier et le deuxième tier). Concrètement, elles se différencient au niveau de leurs statistiques et de leur attaque spéciale. Or, Demon’s Tier + est un rogue-like, ce qui veut dire que la vie est un élément essentiel dans ce genre de jeu, surtout que les cœurs à récupérer dans les coffres sont donnés aléatoirement. On peut avoir une partie généreuse en cœurs et une autre très pauvre. Du coup, le Clerc, dont l’attaque spéciale consiste justement à se redonner une portion de vie, devient vite un personnage à ne pas négliger, permettant justement aux joueurs de négliger les autres, du moins une fois ledit Clerc débloqué pour le premier tier ou la valkyrie pour les suivants.

Dans tous les cas, un tier se termine en environ une heure mais ne comptez pas forcément terminer le jeu d'une traite en trois heures. Vous allez doubler cette durée de vie à cause des descentes/remontées à faire pour trouver des recettes et ainsi débloquer de meilleures armes, sans parler de bien vous équiper avant de redescendre dans le trou. Le petit plus, c'est que le jeu est jouable à deux en coopération. C’est plus sympa, c’est vrai, mais ça réduit aussi la lisibilité de l’action, pas toujours optimale en solo déjà, et ça augmente les accidents avec les barils explosifs qui font de sacrés dommages lorsqu’ils explosent à proximité d’un joeur. Il en va de même pour les succubes explosifs. Il faut avouer aussi que les niveaux sont assez sombres, ce qui renforce ce souci de lisibilité, quand ce n’est pas un niveau comme celui de la grotte emplie de lave qui pique sévèrement les yeux. Pixel art façon 16 bits oblige, quand les éléments sont presque tons sur tons, cela devient difficile à bien les identifier, surtout dans le feu de l’action (sans mauvais jeu de mots) ou lorsqu’ils sont à trois-quarts camouflés sous un coffre ou derrière un mur. Heureusement que d’autres niveaux sont mieux construits et visuellement plus agréables.

Point complet
Sur les premiers temps, on pourrait penser que Demon’s Tier + est une sorte de jeu ultime mixant comme il faut les éléments de Xenon Valkyrie et de Riddled Corpses… Mais ce n’est pas tout à fait le cas. Avec son gameplay simpliste, le titre est pour le coup assez accessible, tout en demandant d’être toujours attentif pour ne pas mourir bêtement. Ce n’est pas l’IA qui vous mettra à mal, les scripts étant très visibles et les patterns ultra simplistes. Les boss, c’est même pire. Plusieurs défauts sont clairement à pointer du doigt, dont la lisibilité de l’action à plusieurs reprises, sans parler du donjon dans la caverne de lave qui est juste horrible… Mais tout n’est pas à jeter pour autant, bien au contraire. On arrive à éprouver pas mal de plaisir à enchaîner les parties, l’aspect twin stick shooter est agréable et le principe est plutôt addictif. A deux, on passe même un bon moment. Le souci, c’est qu’en voulant faire preuve de générosité, notamment au niveau des personnages, et en voulant offrir un jeu plus accessible, Diabolical Mind l’a mal équilibré. Reste que pour 9,99€, on peut lui pardonner plusieurs impairs pour simplement en profiter puisque ça reste malgré tout un bon dungeon crawler façon twin stick shooter.

On a adoré :
Aspect twin stick shooter fun
Pas mal d’ennemis
Recettes pour débloquer les armes
8 perso jouables, leur design
Certains niveaux agréables
Faut pousser l'exploration
Traduit en français
Les upgrades en fin de donjon
La génération aléatoire
Assez addictif tout de même
Pas très cher (9,99€)
La coop à deux en local…
On n'a pas aimé :
Augmente les soucis de lisibilité
La grotte de lave, horrible
Ultra répétitif
Clerc et Valkyrie fortement avantagées
Les combats contre les boss
Scénario peu inspiré
Prisonniers se bloquant souvent dans les décors


Consulter les commentaires Article publié le 23/08/2020 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020