Test Dead Rising 3 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 327 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Dead Rising 3



Editeur
Capcom
Développeur
Capcom Vancouver
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  22.11.2013
  22.11.2013
Nombre de joueurs
1 à 2
Classification PEGI
Thème
Zombies
Prix de lancement
69,00 €

Après deux épisodes de qualité sur nos anciennes machines, Dead Rising revient pour une troisième apocalypse zombiesque, et ce en exclusivité sur la nouvelle machine de Microsoft. Reprenant les bases instaurées par la série depuis ses débuts, la saga vous propose cette fois-ci d'incarner Nick Ramos, dans une aventure se situant chronologiquement après Dead Rising 2. Qui dit nouvelle console, dit encore plus de zombies, d'action, de possibilités et de sang. Le passage à la new-gen est-il réussi ?

Le plein de contenu




Les jeux ou films de zombies se terminent rarement bien, et la situation de ce Dead Rising 3 semble une fois encore bien mal barrée. Los Perdidos est envahie de mangeurs de chairs, de pilleurs et de psychopathes, et l'armée tente tant bien que mal de gérer la situation. Le Zombrex est toujours de la partie, via des injections à l'ancienne ou des puces directement implantées dans les humains, censées réguler la menace. Malheureusement, votre héros n'a que sept jours pour tenter de fuir la ville avec d'autres survivants, car l'armée a prévu, à l'image du Retour des morts-vivants ou plus récemment de Resident Evil, de carrément balancer une ogive nucléaire dans ce bourbier... Radical. Excellente nouvelle pour les joueurs ayant trouvé les deux premiers opus trop "contraignants" : la présence d'un mode de jeu plus simple d'accès, moins difficile, où le joueur est moins pris par le temps et où les sauvegardes auto sont légion. « Ouf », diront certains, « stop à la casualisation », diront les autres. Mais qu'ils se rassurent, un mode cauchemar est présent, et permet de retrouver une difficulté à l'ancienne, où la sauvegarde ne s'effectue que dans les toilettes. A vous également de choisir, en début de partie, si vous souhaitez qu'un autre joueur puisse se joindre à vous en cours de jeu (en la jouant détendue ou acharnée), ou si vous préférez rester seul, bien tranquille. Le principe de Dead Rising reste en tout cas le même. Dans une ville ouverte, vous devez effectuer les missions principales faisant avancer le scénario, assez basiques mais réservant quelques surprises (et aux personnages hauts en couleur), et effectuer des missions secondaires nombreuses.

Bien que la plupart vous demandent d'aller à tel ou tel endroit récupérer une arme ou un objet pour un PNJ en détresse, elles sont très utiles pour gagner de l'expérience et améliorer vos attributs (vie, armement, taille de l'inventaire, vitesse de confection des objets...). Ne négligez d'ailleurs pas vos compatriotes, car ils peuvent s'avérer être d'une aide précieuse, une fois armés, face aux boss et aux tarés de service, toujours aussi barrés et dangereux. Les psychopathes sont donc encore de la partie, et vous avez le choix de vous rendre ou non sur place pour les affronter, sachant que des armes puissantes et des plans de confection sont à récupérer. Il n'est d'ailleurs plus indispensable de se rendre dans un atelier pour fabriquer une arme loufoque, votre personnage pouvant les assembler où bon lui semble. Sachez néanmoins que des casiers sont accessibles dans vos planques, où sont stockés tous les objets utilisés, l'idéal pour aller faire le plein avant d'aller tanner un ennemi un peu balèze. Les objets sont très nombreux (370 armes, 105 plans d'arme, en plus de nombreux objets à collectionner) et leur utilisation souvent marrante, donnant droit à des noms d'armes assez folklo (Zombamite, Heavy Metal, Mécha Dragon, Ecraseur Electrique ou encore Baffeuse). Tuer avec ces armes combinées rapportera des gains d'XP non négligeables. Il y a de quoi s'éclater, et éclater des têtes, dans la joie et la bonne humeur. En plus, vous pouvez évidemment vous servir dans les magasins pour enfiler une superbe minijupe d'écolière avant votre prochain massacre. Des combos peuvent également être effectués avec de la nourriture, pour vous soignez plus copieusement.

Nick McGyver




La ville proposée est grande et vaste, divisée en quatre portions reliées par des ponts ou des autoroutes. Il est d'ailleurs parfois difficile de se repérer, et les erreurs de destination sont fréquentes, la carte n'étant pas optimale et les allers-retours très (trop) fréquents, surtout lors des missions annexes. Des véhicules sont heureusement mis à votre disposition, allant du taxi au rouleau compresseur (jouissif !), en passant par des motos de bikers ou des voitures de police. Leur conduite est très arcade et les collisions super approximatives et peu réalistes, mais le plaisir de rouler à toute berzingue en éclatant des centaines de zombies est bien là. Vos compagnons peuvent également monter avec vous pour une petite balade. A l'image des armes standard, il est aussi possible de mixer des véhicules. Par exemple, une moto bricolée avec un rouleau compresseur donnera un motocompresseur super puissant. Les développeurs ont donc poussé encore plus loin leur système, pour notre plus grand plaisir. Tout n'est malheureusement pas rose, et quelques lourdeurs et rigidités dans le gameplay viennent vous casser les pieds régulièrement. Les sauts tout d'abord sont capricieux, et il n’est pas rare de se vautrer lamentablement au milieu de zombies en en ayant raté un. Bien qu'il soit possible d'améliorer l'agilité du personnage ou sa capacité à se relever plus rapidement après une chute, cela reste problématique. Ensuite, notez qu'il est souvent très difficile de récupérer l'objet que l'on souhaite, ce qui a provoqué chez nous des cris de colère. Comment ne pas rager lorsque, dans un moment chaud, vous vous tournez vers une tronçonneuse et que votre personnage ramasse une pauvre pomme traînant quelques centimètres à côté… Enfin, la caméra fait aussi des siennes, et vous devez la recadrer manuellement très souvent, surtout contre les boss.

On n'a jamais vu autant de zombies que dans ce Dead Rising 3 : les ennemis sont nombreux, très nombreux même, et c'est là le gros point positif du jeu. Les zombies sont partout, tantôt mous, tantôt vifs, et vous allez souvent stresser en cavalant jusqu'à votre destination en passant au milieu d'attroupements de ces monstres. Le jeu reste quasi tout le temps fluide (merci le patch déployé), à une ou deux exceptions près, notamment lorsque vous balancez une roquette dans la foule. Rien de bien méchant ou de bien handicapant en tout cas. On est par contre déçu par de nombreuses textures floues, l'ambiance grisâtre des décors, ou l'aliasing très prononcé, surtout en fond. La distance d'affichage est correcte, mais le jeu abuse de flous en arrière-plan, assez désagréables quand on prend le temps de s'arrêter pour regarder. De très beaux effets de lumière sont présents la nuit, ce qui relève quelque peu le niveau global, qui reste en deçà de ce que l'on était en droit d'attendre. De nombreux bugs sont de la partie, montrant un manque de finition évident du soft (pour coller à la date de sortie probablement), principalement des bugs de collisions, sans parler de personnages ou véhicules plantés dans le décor. Plusieurs plantages avec retour au menu ont même pu être notés, ce qui fait clairement tache ! Niveau sonore, le jeu est en français intégral, textes et voix compris. Celles-ci sont moyennes dans l'ensemble, et Nick manque de charisme, au contraire de certains personnages bien tarés, à la limite du mauvais goût parfois, et il ne faut pas craindre le combo pipi/caca/vomi. Les musiques sont discrètes, mais montent en puissance lors des passages plus tendus.

Point complet
Dead Rising 3 reste fidèle à lui-même, et ne change pas de formule. Aux sept chapitres de la quête principale (d'une douzaine d'heures) s'ajoutent des quêtes secondaires, des combats contre les psychopathes et des tonnes de choses à collectionner et à bricoler, juste pour le plaisir. Le fun est bien là, surtout après avoir construit un véhicule de la mort, mais la joie de retrouver ce bac à sable est quelque peu gâchée par un gameplay souvent approximatif et un manque de finition flagrant. Le jeu est plus souvent décevant graphiquement qu'étonnant, bien trop terne et aliasé, et souffre de bugs embarrassants. Heureusement, les différents modes de difficulté adaptés à tous, la coop à deux et les centaines de zombies à l'écran remontent le niveau. Il manque tout de même quelques mois de développement pour chasser les vilains bugs et proposer quelques missions un peu plus variées. Pour le prochain opus sans doute…

On a adoré :
+ Plein de zombies à l'écran
+ Fun et souvent jouissif
+ Plein de combinaisons
+ Le retour des psychopathes
+ Durée de vie très correcte
+ Le jeu en coop
+ Modes de difficulté variés
+ Aire de jeu plutôt vaste…
On n'a pas aimé :
- Mais trop d'allers-retours
- La caméra fait des siennes
- Pas mal d’imprécisions
- Encore trop de bugs
- C'est gris et terne
- Aliasing prononcé
- Doublages très moyens
- Certaines quêtes ennuyeuses
- Héros peu charismatique


Consulter les commentaires Article publié le 19/07/2014 par Lionel B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020