Test Dead or Alive 4 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 329 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Dead or Alive 4



Editeur
Tecmo
Développeur
Team Ninja
Genre
Combat
Statut
Disponible
Date de sortie
  27.01.2006
  29.12.2005
  29.12.2005
Nombre de joueurs
1 à 16
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1
Prix de lancement
59,00 €

Attendu depuis belle lurette et sans cesse repoussé, le Dead or Alive nouveau est enfin arrivé. Cinquième véritable opus si l’on considère l’Ultimate comme tel, Dead or Alive 4 a la lourde tache de débarquer sur un tout nouveau support, maintes fois vanté pour ses capacités techniques hors du commun. La Team Ninja nous offre ainsi les toutes premières combattantes de l’ère Next-Gen, physiquement plus intelligentes que jamais.

The legend is alive




Genre plutôt jeune si l’on compare sa genèse à celle des jeux de plate-forme ou d’aventure, le combat aura attendu un certain Street Fighter II pour s’attaquer aux gamers. Objet d’un véritable culte pour certains, à l’image des RPG, le jeu de combat est avant tout un gameplay à l’opposé des titres où l’évolution se fait en même temps que l’histoire. Finir le jeu avec un personnage n’étant pas vraiment une finalité en soit, le véritable intérêt réside dans la maîtrise des nombreux coups et techniques du (et des) personnage en question. La prise en main, tout comme la marge de progression, est donc un facteur primordial pour un tel titre. Bonne nouvelle pour les fans, Dead or Alive 4 est à la fois plus facile à appréhender et bien plus complexe à maîtriser entièrement. Même les plus habitués des anciens opus auront besoin d’un temps d’adaptation tant certaines techniques ont été modifiées voir carrément ajoutées.

Le passage par le mode Sparring est ainsi indispensable pour apprendre les dizaines de coups de tous les personnages. Un mode qui dans les faits se révèle honnête sans pour autant tutoyer les sommets que l’on peut trouver chez la concurrence. Le joueur retrouve également dans ce Dead or Alive 4 les désormais classiques modes Story, qui permet de débloquer costumes et personnages, Time Attack, sorte de Story chronométré où, à l’inverse du mode précédent, la victoire se joue en deux rounds gagnants. Bien entendu les modes Versus, Survival, et Team Battle ont également été conservés. Au rayon des nouveautés, c’est l’apparition d’un mode photo que les fans noteront ainsi que de trois nouveaux personnages : La Mariposa, Kokoro, et Eliot. Le nombre de combattant est ainsi porté à seize, sans compter Gen Fu, Ein, Leon, Tengu, Helena, et Nicole (alias Spartan 458) qui sont à débloquer.

En bikini et contre tous




Depuis quelques épisodes maintenant, les contres sont devenus la quintessence du gameplay de la série. Tout coups porté par l’adversaire peut être contré avant l’impact afin de renvoyer les dégâts à l’émetteur. Pour cela rien de plus simple, il faut combiner la touche X dite de “contre” en plus d’une direction. C’est clair et simple mais ça l’est beaucoup moins une fois en combat. DoA Ultimate avait déjà compliqué les choses en passant le nombre de directions à maîtriser de trois à cinq, mais ce quatrième épisode va encore plus loin dans le masochisme avec une exécution des coups plus rapide. Le timing pour placer un contre est donc devenu plus court et le nombre de contres par personnage a augmenté. Certains en possèdent désormais une grosse dizaine.

Il est aussi désormais possible d’effectuer des charges pour sortir des coups spéciaux. Concrètement, en combinant la gachette LT avec certaines directions il est possible de faire des coups puissants mais en contrepartie demandant un certain temps de “chargement”. En définitif, Dead or Alive 4 repose plus encore que ses aînés sur le principe des attaques plus ou moins efficaces contre d'autres attaques. Si l’on n’atteint pas encore la complexité d’un Virtua Fighter, le jeu de la Team Ninja s’en approche peu à peu tout en restant dans son registre. Concernant les arènes, on retrouve certains décors des précédents opus avec tout de même ce qu’il faut de nouveautés pour renouveler la curiosité du joueur. Globalement, la dimension des arènes a été réduite et que les combats s’enchaînent plus rapidement. Dans le même ordre d’idée, des obstacles ont fait leur apparition et permettent par moment d’enchaîner un coup après avoir sauté par dessus, ce qui hélas se révèle finalement assez peu utile.

Parce que je le vaux bien



Autant le dire d’emblée, la claque technique attendue n’a pas vraiment lieu. La faute sans doute à un Ultimate déjà fabuleux dans son domaine. Dead or Alive 4 est donc un cran au-dessus (surtout en HD soit dit en passant) mais ne donne en rien la baffe que l’on attend d’une console Next-Gen. La Team Ninja s’est contentée de rendre les combattants plus lisses et plus propres tout en laissant le style “plastique” qui ne plaira pas à tous. Heureusement, on retrouve tout de même des arènes bien plus travaillées que sur Xbox avec un soucis du détail assez impressionnant. Est-ce pour autant ce à quoi doit se limiter un titre 360 ? Surtout que Dead or Alive 4 fait aussi dans les défauts assez impardonnables, entre des bugs de collisions aussi gros que les veines de Jann Lee et des cheveux qui ont tendance à se fondre dans les épaules des protagonistes.

On ne peut cependant rien reprocher à la durée de vie du soft, tant maîtriser à un bon niveau ne serait-ce qu’un personnage prend un temps fou. L’IA se révèle en plus de ça extrêmement redoutable, ne laissant quasiment aucune chance au joueur qui tenterait de se lancer à l’aveugle. Une difficulté qui peut lasser une partie des joueurs mais qui se révèle jouissive pour les autres, tant le plaisir n’en est que décuplé après chaque victoire. En parallèle, les nombreux modes de jeux ainsi que les costumes à débloquer représentent un challenge intéressant pour se laisser aller à une énième partie. Niveau bande-son, Dead or Alive 4 se résume en une variante agréable de genres mettant parfaitement dans l’ambiance. Les bruitages sont du même acabit et l’impression de porter des coups puissants se fait bien sentir, tout comme la destruction d’éléments du décor. Enfin, les voix japonaises sont très agréables, mais mieux vaut ne pas prêter attention à la “philosophie” de certains dialogues.

Sex(y) on Live




Arrivé en fanfare avec DoA Ultimate, le mode Live reprend une nouvelle fois du service. La nouveauté étant cette fois l’apparition des lobby. Après avoir choisi un avatar, le joueur peut chatter avec une quinzaine d’autres personnes dans ce que l’on peut qualifier de salon, regarder le match en cours sur l'écran, le commenter, ce qu'il se dit n'étant bien sur pas retransmis aux combattants. En plus des lobby, on note également une refonte du code réseau puisque le lag qui gâchait certaines parties de l’Ultimate, surtout en Tag, se fait quasiment imperceptible avec une bonne connexion chez les deux parties. Le contenu n’a en revanche pas changé et on retrouve les mêmes modes et statistiques.

Point complet
Dead or Alive 4 ne déçoit pas mais marque moins que les précédents. La Team Ninja signe encore une fois une réussite admirable dans le domaine des jeux de combat. Hélas seuls les fans seront vraiment en mesure d’apprécier les ajouts en terme de gameplay, laissant aux autres l’image d’un jeu de combat finalement pas si Next-Gen que ça. Ils n’auront pas vraiment tord puisque ce quatrième opus reste dans la continuité – certes, de qualité – de la série sans vraiment faire preuve de véritable innovation propre au nouveau hardware.

On a adoré :
+ Dead or Alive 4, enfin
+ La marge de progression
+ Le mode Xbox Live
+ Beau…
On n'a pas aimé :
- …mais on s’attendait à mieux
- Un gameplay sans réelle prise de risque


Consulter les commentaires Article publié le 28-01-06 par Aurélien B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020