Test Chernobylite - jeux vidéo Xbox

XBOX GAMER
connect�, 41 489 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
The Farm 51
Genre
Survival Horror
Statut
Disponible
Date de sortie
  28.09.2021
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
29,99 €
Acheter ce jeu sur
Eneba.com

Il y a un mois, nous vous avons livré un premier avis Day One de Chernobylite, sorti le 21 avril dernier dans une version remaniée pour Xbox Series X. Il est maintenant l’heure du bilan final et le moins que l’on puisse dire c’est que notre avis a pas mal évolué après un peu plus de 20h de jeu…

Un mélange de genres réussi



Nous n’allons évidemment pas répéter ce qui a été dit dans l’avis day one mais un élément essentiel persiste après avoir pu poncer Chernobylite en long, en large et en travers : le mélange des genres est réussi. Attention, nous sommes bien sûr dans un jeu de survie et en aucun cas dans un survival-horror, mais l’ensemble est cohérent, dans certains cas stressant (même si les ombres manquent de diversité) et le Stalker Sinistre est un antagoniste intéressant et bien plus complexe qu’il n’y paraît. Même constat concernant la partie plus « RPG » avec la gestion des compétences qui fonctionne plutôt bien (chaque action rapportant de l’expérience) ou la partie gestion des ressources et de son QG qui oblige le joueur à chercher un maximum d’herbes ou de carburant afin de faire le plein de munitions et de soins.

Des choix ? Oui, des choix !

Contrairement à ce que nous indiquions lors de l’avis Day One, si un élément est plutôt maîtrisé sur le titre, il s’agit bien évidemment de l’impact de nos choix. L’ensemble est intéressant et la mort joue son rôle à la perfection dans le titre : à chacune de vos morts, après une séquence que nous vous laissons découvrir, vous aurez l’occasion de modifier vos choix et par conséquent l’impact de ceux-ci sur vos compagnons et sur votre histoire ou « timeline ». Vous souhaitez modifier une décision afin de ne pas perdre un allié ? Profitez-en, cela vous coûtera quelques fragments de Chernobylite mais c’est tout à fait possible. En effet, si vous ne l’aviez pas compris, vos choix influencent vos relations avec vos compagnons, et de la relation avec ces derniers dépendent leur fidélité et leur acceptation des conséquences de ces choix. Nous avons appris, à nos dépends, que certains compagnons n’acceptent pas de subir vos choix et que leur relation avec eux est un élément clé pour qu’ils vous accompagnent jusqu’au bout du chemin.

Finalement, il n’y a qu’un seul objectif en tête, que nous avions assez peu évoqué lors de l’avis Day One puisque nous n’avions pas (encore) tenté le coup : l’assaut final de la Centrale afin de récupérer Tatyana. Vous découvrirez que chaque Affaires Résolues, chaque Outils en votre possession ainsi que chaque Compagnons/Alliés recruté auront un rôle très important à jouer lors de cet assaut, plutôt scripté, mais finalement diablement agréable à parcourir, que vous réussirez rarement du premier coup d’ailleurs (sauf en étant très bien préparé). Vous devrez en effet à chaque mort faire bouger vos décisions, comprendre ce qui n’a pas été dans l’assaut précédent, pour enfin arriver au dénouement. Libre à vous de tenter l’assaut final dès le début de l’aventure (dans les premiers jours in-game), sans outil, sans allié et sans avoir résolu l’enquête. Et vous comprendrez aisément tout l’intérêt de progresser dans l’histoire, de compléter l’ensemble des quêtes, du recrutement et de la récupération de l’équipement afin de réussir cet assaut.

Stalker toi-même !

Sans vous dévoiler les éléments principaux de l’intrigue, il s’avère que celle-ci est réussie et qu’elle donne clairement envie d’en savoir plus. Qui est le Stalker Sinistre ? Pourquoi le NAR s’intéresse-t-il autant à notre femme ? Qui est le héros et qui sont certains personnages rencontrés ? Le fil conducteur global de l’histoire s’éclaircit au fur et à mesure que les enquêtes se résolvent et, surtout, on prend réellement plaisir à lire les indices, les faits et à comprendre pourquoi les événements se déroulent et quel est notre rôle dans tout ça. Il y a aussi quelques révélations finales intéressantes et surprenantes que nous n’avions pas anticipées.

Framerate, quand tu nous tiens !

Nous devons aborder quelques corrections et rectifications après un peu plus de 23h de jeu, temps nécessaire pour venir à bout de l’ensemble des quatre affaires et de l’assaut final, avec l’une des fins obtenue. Il convient de préciser que côté technique, le bilan n’est pas aussi satisfaisant qu’initialement. Le framerate prend un coup lors de certaines phases et surtout dans la base au fur et à mesure que l’on développe celle-ci. Nous avons aussi eu plusieurs freezes et quelques bugs de collisions (mais qui ne gênent pas le jeu contrairement à la chute du framerate). Et comme indiqué un peu plus haut, lors de nos dix premières heures, nous n’avions pas (clairement à tort) pris conscience de l’importance de certains choix et de leur impact, et surtout, la mort n’est qu’une occasion de plus de modifier, tester et vérifier quel choix vous semble le plus intéressant. Dommage cependant qu’il n’y ait aucun contenu annexe (missions hors histoire pouvant compléter le lore du titre par exemple) et que la rejouabilité soit finalement assez limitée, si ce n’est peut-être pour tester les différentes fins. On reprécise aussi que l’I.A. en combat est plutôt efficace et précise tandis qu’en infiltration, elle est malheureusement inexistante et incapable de réagir « normalement ». Il est plutôt simple de s’en défaire et de contourner les ennemis humains et leur mémoire est proche du zéro absolu.

Point complet
Pour reprendre notre avis day one, « nous n’attendions rien de Chernobylite » et pourtant l’ensemble est intéressant à jouer et nous avons eu à cœur de découvrir le fin mot de l’histoire, ou en tout cas l’une des fins. Il est plaisant de jouer avec la mort, de découvrir les possibilités lors des changements dans l’histoire et dans notre timeline, d’en comprendre les tenants et aboutissants, de résoudre les différentes enquêtes en récoltant faits et indices. Et le mélange des genres fonctionne plutôt bien, avec une ambiance oppressante à certains moments (notamment lors des attaques du Stalker Sinistre), tandis que nous sommes immergés dans une Russie apocalyptique. L’ensemble est cependant trop répétitif avec des structures de mission très proches, même constat concernant les décors et les environnements, l’IA en infiltration est ultra passive, avec quelques errances techniques et le titre propose un contenu finalement un poil trop léger (quoiqu’avec une vingtaine d’heures de jeu…). Le jeu des Polonais de The Farm 51 a cependant fait mouche à la rédaction et Chernobylite nous semble être une découverte intéressante.

On a adoré :
L’ambiance Stalker
Le mélange des genres
La partie survie intéressante
Le doublage russe de qualité
Tchernobyl crédible
L’histoire est intéressante
Le Stalker Sinistre
Certains persos (Mikhail !)
Des choix, des conséquences !
Environnement sonore
I.A assez précise en combat
Bonne durée de vie (20h)
On n'a pas aimé :
Pas de vraie(s) conséquence(s) d’une mauvaise gestion des ressources
Contenu annexe inexistant
I.A. en mode discret
Bestiaire très limité
Le moteur physique
Level design trop simpliste
Répétitivité des actions/situations
Pas du tout un survival horror


Consulter les commentaires Article publié le 20/05/2022 par Patrick C.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2022