Test Cars 3 : Course vers la victoire - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 132 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Cars 3 : Course vers la victoire



Développeur
Avalanche Software
Statut
Disponible
Date de sortie
  12.07.2017
Nombre de joueurs
1 à 4
Classification PEGI
Prix de lancement
59,99 €

Quoi de mieux pour préparer l’arrivée du nouveau long-métrage Cars que de balancer un nouvel opus en jeu vidéo quelques semaines avant son passage au cinéma en France ? Disney n’a pas manqué l’occasion et c’est Avalanche Studio qui s’y est collé. D’entrée de jeu, nous pouvons préciser que le titre ne risque pas de vous spoiler quoi que ce soit du prochain film… Reste à voir si Flash McQueen est prêt à en découdre…

En voiture Simone, on prend le petit !



Au lancement du jeu, une petite cinématique se montre. Vous voilà au volant de McQueen, accompagné des différents protagonistes de la série (avec un petit bonhomme de 3 ans aujourd’hui, on connait un minimum le sujet), pour une petite course qui sert de tutorial. On constate alors la prise en main basique du titre : accélération, dérapage, saut, turbo. On sent de suite la maniabilité arcade à la Mario Kart. Vous découvrirez plus tard la possibilité de faire des vrilles, flips ou autres barrel-rolls, quand vous ne roulez pas en marche arrière ou sur deux roues par exemple ! Le turbo se recharge via les figures ou autres dérapages que vous effectuez. Une fois ce tutorial fini et une nouvelle mini cinématique passée, nous voici sur le menu principal du jeu. Le premier point qui saute aux yeux : pas de mode histoire ! Vous faites face à un tableau de « défis » à compléter pour marquer des points et ainsi remplir votre objectif : montrer au Doc Hudson que vous pouvez toujours courir la Piston Cup ! Pas d’histoire ou point scénaristique central et donc pas de spoil du film (vérifications faites). Cette grille de défis intègre vos « missions » à remplir comme finir une course, faire xx mètres en marche arrière, utiliser x fois le turbo en une seule course, faire x acrobaties réussies, etc. Plus vous réussirez de défis, plus vous serez à même de démontrer au Doc que vous êtes toujours dans la course !

Il vous sera proposé trois modes de difficulté, le facile étant bien entendu destiné aux plus jeunes. En normal vous commencez déjà à vous dire que vos jeunes bambins n’y trouveront par leur compte. A vrai dire, même moi, en tant qu’adulte, j’ai sué à plusieurs reprises. Dans le mode de difficulté plus élevé, vous allez prendre assez cher. Il y a plusieurs modes de jeu disponibles, dont la course standard et la course combat dans laquelle vous devez ramasser des armes comme dans Mario Kart. Vous aurez également un mode chrono des plus basiques. Vient ensuite le mode terrain de jeu où vous vous baladerez où bon vous semble dans Thomasville pour y faire ce que vous voulez ! Pour finir, le mode démonstration de cascades demande de marquer le plus de points possible en un temps donné via les figures, tandis que le dernier mode, le défi stock car, demande d’éliminer le plus de monde possible dans le temps imparti. Vous l’aurez donc compris : vous êtes libre de jouer comme bon vous semble pour compléter vos défis, pas de ligne directrice ou de minima tracé ou scénarisé, vous êtes libre ! Le jeu est très familier et fidèle à la licence, avec ses différents personnages connus disponibles et jouables, Thomasville, la présence de nombreux décors et circuits tirés du film. La magie prend de suite chez les plus jeunes et cela a été confirmé quand mon petit a vu le jeu : « ooouuuaaah, papa c’est Caaaaars. On joue à la console ? ».

En parlant des circuits et du contenu en général, il est bon de noter qu’il est des plus honnêtes : les 6 modes indiqués plus haut, une vingtaine de circuits dont la majorité sont issus directement de la licence (proposant d’ailleurs pas mal de petits passages cachés et autres raccourcis) et plusieurs véhicules disponibles. Les 136 défis vous demanderont pas mal de temps pour être complétés, le temps total dépendant pleinement de votre façon de jouer et de les aborder. Au niveau de la difficulté, il y en a pour tous les goûts : le mode facile conviendra aux plus jeunes (tout comme le mode « libre » dans Thomasville), en course et en difficulté normale cela sera une autre histoire selon l’âge du joueur (mon fils n’a joué qu’en mode libre, il était déjà tout content et n’aurait de toute façon pas réussi le reste). Niveau technique, le jeu tourne convenablement. Le rendu est assez coloré et ressemblant à ce qu’on a pu voir dans les films. C’est fluide et les animations sont de bonne facture. Quelques décors ou rendus un peu légers sont notables mais, vu le public visé, ce n’est clairement pas l’argument vitrine technologique qui était recherché. Face à un Mario Kart, le jeu se montre plus facile à prendre en main et se montre moins complexe au final, les petites subtilités telles que les figures étant un plus sympa. Les différents modes présents ajoutent également du contenu, ce qui est toujours bon à prendre. Du côté du multijoueur, vous pouvez jouer jusqu’à quatre sur un même écran, par contre il n’y a point de mode en ligne disponible !

L’avis perso d’Aeons // Avec le petit, c’est top !

Je n’attendais pas grand-chose du titre mais je ne regrette pas le choix d’y avoir joué. Même s’il n’égale pas un Mario Kart, bien qu’il s’en inspire, ce Cars 3 reste un jeu auquel j’ai pu jouer avec mon petit bonhomme. Rien que pour ça l’expérience a été sympathique. Même seul, j’ai apprécié le moment. Le but du studio était clairement de viser en premier lieu les fans de la licence et je pense que cet objectif est clairement rempli. Même pour les non fans de Cars, le soft reste plus qu’agréable à faire.


Point complet
Cars 3 s’est montré sympa à jouer. Le contenu est plus que correct, le gameplay respecte le cahier des charges, il est moins exigeant que celui de la concurrence, et la difficulté est bien ajustable pour les jeunes joueurs. En normal ou plus par contre, le jeu devient vite corsé. Le rendu du titre est plus qu’honorable et fidèle à la licence, tout comme les décors, circuits et personnages jouables. L’absence d’un vrai mode solo de type « histoire » et celle d’un mode online pénalisent le soft qui aurait eu tout à y gagner en les proposant. En l’état, le rendu final est plutôt bon. Les plus jeunes apprécieront assurément, tandis que les parents passeront un bon moment en compagnie de leurs progénitures, d’autant qu’il y a suffisamment de contenu pour enchaîner les sessions de jeu.

On a adoré :
Fidèle à la licence
La magie opère sur les petits
Flash McQueen, of course
6 modes, une vingtaine de courses
Amusant
Coloré, fluide, rendu global satisfaisant
Mode facile et Thomasville pour les jeunes joueurs !
On n'a pas aimé :
Pas de vrai solo via une histoire scénarisée
Pas de multi en ligne
Quelques décors un peu légers niveau rendu
Hors mode facile, difficulté un peu trop corsée pour le public visé


Consulter les commentaires Article publié le 28/07/2017 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017