Test Call of Duty : Infinite Warfare - jeux vidéo Xbox 360

XBOX ONE GAMER
145 connectés, 41 090 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Call of Duty : Infinite Warfare



Editeur
Activision
Développeur
Infinity Ward
Genre
Action Tir
Statut
Disponible
Date de sortie
  04.11.2016
  04.11.2016
Nombre de joueurs
1 à 18
Classification PEGI
Thème
Futuriste
Prix de lancement
69,99 €

Vous trouviez Black Ops 3 trop futuriste ? Vous n'aviez encore rien vu ! Call of Duty Infinite Warfare, qui arrive pile à l'heure comme tous les ans, ne se contente pas de vous refiler un jetpack et quelques flingues à laser, il vous emmène carrément dans l'espace à bord de votre vaisseau de combat. Comme tous les ans, la recette est riche : missions principales, secondaires, modes multi et zombie : il y a de quoi faire. Indigestion ou pas ? Telle est la question…

Un solo plutôt sympathique…



S'il n'y avait pas de guerre, il n'y aurait pas de Call of Duty : résolument futuriste, le jeu d'Infinity Ward met en opposition le dernier vaisseau de la flotte terrienne et le SetDef, groupe terroriste dont les motivations restent encore à définir. Vous êtes Reyes, propulsé par les événements à la tête du vaisseau amiral, chargé de faire la peau au grand méchant de service incarné par Kit Harington. On appréciera une nouvelle fois de retrouver des têtes connues dans un jeu vidéo (on se souvient de Kevin Spacey dans Advanced Warfare), mais le scénario n'est ici clairement pas le point fort du jeu. Très manichéen, il ne développe que très peu les personnages dont les motivations restent floues et dont on a beaucoup de mal à s'attacher, malgré une VF qui tient la route et des cinématiques et visages superbes. On s'intéresse donc davantage aux séquences d'action qui font le job. En plus des missions principales, qui restent classiques et sentent parfois le réchauffé malgré quelques virtuosités (la séquence d'attaque terroriste à Genève est particulièrement bien mise en scène et explosive, tout comme certains passages dans l'espace magnifiques), on trouve pas mal de missions secondaires.

Celles-ci sont davantage orientées infiltration (on débute dans l'espace pour s'infiltrer dans un vaisseau ennemi pour le faire péter de l'intérieur) ou mettent en scène des combats spatiaux, très arcades, mais efficaces et jouissifs. A bord de votre Jackal, vous devez dégommer les vaisseaux ennemis en patrouille avant de vous attaquer à de plus gros morceaux, le tout se terminant par des explosions qui feront trembler votre caisson de basse. Les contrôles y sont basiques (on retrouve parfois des sensations entrevues dans Hawx), le tout est relativement dirigiste (atterrir est très basique), mais on s'y croit et l'immersion est renforcée par la mise en scène qui demande au joueur de mettre les gaz pour décoller à toute berzingue. A pied, on n'utilise que rarement ses capacités spéciales (jetpack, wallrun) et certains gunfights manquent un peu de patate, la faute à des armes qui n'ont pas le peps attendu (pourtant nombreuses et disposant de différents modes de tir), surtout après avoir manié les pétoires de Battlefield One.

Classique par certains côtés, mais originale par d'autres, la campagne solo vous occupera une bonne douzaine d'heures (9h pour les missions principales) et réservera quelques séquences dans l'espace vraiment cool, pour peu que vous adhériez au genre. Il est évident que de nombreux joueurs n'attendent pas forcément ce genre d'univers dans un Call of Duty et que les critiques risquent d'être acerbes, mais il serait dommage de faire l'impasse sur ce solo somme toute agréable. On apprécie de se promener dans son vaisseau (le hub du jeu) et accéder à ses missions secondaires via une carte spatiale héritée de Mass Effect, le tout empruntant également pas mal à Destiny, notamment via des panoramas superbes sur certaines planètes. L'ambiance est travaillée, parfois lourde et pesante, le suspense est là et certains passages sentent d'ailleurs plutôt bon l'Alien Isolation de Sega. Notez que des compétences sont à débloquer tout au long de l'aventure (skins pour le vaisseau, meilleurs propulseurs, rechargement plus rapide) et que faire toutes les missions sera un plus pour votre personnage.

Avec un multi peu inspiré et des Zombies toujours fun…



Côté multi, on retrouve évidemment les bases des précédents jeux. Après avoir choisi sa classe de départ, on ira se mettre sur la tronche dans les nombreux modes de jeu disponibles en normal ou hardcore, pour plus de challenge et de pression. On débloque de l'XP au fur et à mesure de ses exploits pour débloquer toutes sortes de skins, armes ou bonus, mais surtout des armures de combat, aux caractéristiques différentes (mais qui ne changeront pas grand chose à vos compétences). Mais là où Black Ops 3 s'en sortait parfaitement bien au niveau du level design, Infinite Warfare fait un peu grise mine. En effet, de nombreuses maps sont peu agréables à jouer, restreintes et disons le clairement mal fichues. Si certaines permettent de mettre à profit les courses contre les murs ou les super sauts, d'autres ne sont qu'une succession de couloirs peu inspirés. Il faudra faire jouer vos réflexes mais entre des respawns mal placés, les campeurs et l'étroitesse de certaines maps, ce sera la crise de nerf assurée.

On avance d'ailleurs souvent au pif, en priant pour shooter en premier le lascar qu'on verra débouler au croisement suivant. On utilise globalement peu les courses contre les murs, celles-ci mettant notre personnage plus en danger qu'autre chose, la faute également à une certaine lourdeur dans les déplacements. Heureusement, certaines maps, plus vastes, sont nettement plus agréables à jouer, sans compter que les nombreux modes de jeu contenteront la majorité d'entre vous. On trouve enfin le mode Zombie, fidèle au poste, qui propose un parc d'attraction comme décor principal. Rappelant évidemment la scène finale de Bienvenue à Zombieland, l'endroit est vraiment excellent, bourré de fan service et techniquement au poil. Même si ce mode de jeu reste classique (on flingue du zombie tout en gagnant de l'argent pour progresser dans le parc et acheter de nouvelles armes), l'ambiance y est vraiment excellente, que ce soit au niveau des couleurs pétantes (bien qu'il fasse nuit) ou de la bande originale orientée années 80.

C'est blindé de clichés, mais c'est super fun, surtout à plusieurs. Graphiquement, le constat est mitigé, comme d'habitude serait-on tenté de dire. Certains décors sont superbes, grâce à des effets de lumière maîtrisés et de nombreux effets de particules, mais d'autres font vraiment cheap et plastique, le tout étant bien trop souvent recouvert de textures brillantes pour cacher la misère. On alterne du très beau au très moyen selon les séquences, mais la direction artistique et l'immersion rattrapent le tout. Les cinématiques restent superbes, tout comme les visages, vraiment détaillés. Variés, les décors vous feront voyager dans l'espace mais aussi sur Terre, en passant par des vaisseaux aux ambiances pesantes. Le tout tourne à 60 images par seconde (avec quelques très légers décrochages) et propose une bande-son évidemment explosive, mais réservant également quelques partitions plus calmes. Globalement, le titre s'avère correct, mais on sent une nouvelle fois un moteur vieillissant planqué derrière plein d'effets.

L’avis perso de Lionel // Un CoD des plus convenables !

Infinite Warfare est sorti il y a peu et les réactions de mes clients se ressemblent beaucoup : "je n'aime pas le futur, je ne l'achète que pour le remaster de COD". Cette phrase est parlante mais triste à la fois. Parlante, car après tous ces épisodes, la série s'essouffle, c'est un fait. Mais triste également, car la campagne solo de cet opus est vraiment cool. Ca reste parfois classique, mais c’est efficace. Les missions secondaires sont vraiment sympathiques, le mode zombies est excellent et seul le mutli m'a pas mal déçu. Pas qu'il soit mauvais, car les bases et le contenu sont là, mais de nombreuses cartes sont peu agréables à pratiquer. Infinite Warfare reste pour moi un bon opus de la saga et j'ai hâte de voir vers quoi Activision va orienter son prochain épisode.


Point complet
Call of Duty Infinite Warfare fait un grand pas en avant dans le futur avec ce dernier opus, mélangeant gunfights traditionnels et phases de shooter spatiales vraiment sympas. C'est orienté arcade, simplifié dans les commandes, mais ça fait son petit effet, pour peu que l'on adhère à l'univers. La campagne solo est suffisamment variée pour vous tenir une bonne douzaine d'heures (9h pour les missions principales) et le mode zombies est toujours efficace et franchement fun. On met en dernier le multijoueur, complet et reprenant des bases établies, mais dont les cartes proposent un level design décevant, certaines étant vraiment peu agréables à jouer. La jouabilité "à la Titanfall" ne sert finalement que très peu et on évite les wallruns pour ne pas se mettre dans des positions délicates. Ce nouveau cru reste donc complet et intéressant, mais pêche par un multi en deçà et un moteur graphique encore à la traîne malgré de jolis paysages. La prise de risque était grande et le pari n'est qu'en partie réussi.

On a adoré :
Solo immersif et prenant
L’espace, immense, très beau
Missions secondaires intéressantes
Jouer avec la gravité
Mode Zombies fun, drôle
Contenu riche
Pilotage du Jackal simple et jouissif…
On n'a pas aimé :
Mais aux contrôles vraiment simplifiés
Scénario en second plan
Persos peu travaillés
Un méchant transparent
Moteur vieillissant plein d'effets cache misère
Maps en multi peu inspirées


Consulter les commentaires Article publié le 20/11/2016 par Lionel B.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017