Test Burnout 3 : Takedown - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 327 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Burnout 3 : Takedown



Développeur
Criterion Games
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  09.09.2004
  07.09.2004
Nombre de joueurs
1 à 8
Online
- Jeu en ligne
Classification PEGI
Son
5.1

Après deux épisodes au succès croissant, Criterion nous offre un troisième opus qui surclasse littéralement les autres et ce, sur tous les plans ! Pourtant, Burnout 2 avait déjà mis la barre très haute mais c'est avec une grâce certaine que cet épisode nommé Takedown explose les records de ses prédécesseurs… Mais grâce à quoi ? La réponse dans ce test ! Un mélange explosif qui pourrait encore évoluer !

C'est limité à 50 en ville !




On le sait très bien, Criterion mise tout sur Burnout et son célèbre moteur graphique nommé Renderware. Un moteur graphique très impressionnant comme vous pourrez le voir dans la vrxg qui sera très prochaînement disponible. Ce qu'il convient avant tout de dire, c'est l'exception de la situation ! Burnout 2 était sorti il y a plus ou moins un an de cela, et en un an ils ont réussi non seulement à égaler leur précédente prestation mais aussi à la dépasser par la bande de droite. Tout ici rappelle aux opus précédents leur âge : graphismes sublimes, fun incroyable, durée de vie revue à la hausse, modes de jeu plus nombreux, bref la totale. Mais l'énorme nouveauté vient bien entendu du mode Live qui constitue la grosse évolution de cet épisode. Certes Burnout 2 offrait déjà des classements en ligne mais ici, les ptits gars de Criterion ne se sont pas contentés de si peu, loin de là puisque Burnout 3 se révèle être tout simplement inépuisable à plusieurs, au point qu'il en deviendrait une… drogue.

La théorie du chaos...



Comme dit dans l'introduction, Burnout 3 se révèle bien plus long que ses prédécesseurs, ce qui montre bien l'attention donnée aux gamers par l'équipe de développement qui s'est démenée pour nous offrir un titre qui flirte non seulement avec le chrono mais aussi avec la perfection. Tout le mode solo s'architecturera autour du mode "Tour du monde Burnout 3". On commence avec une course aux States, laquelle une fois terminée en débloque d'autres sur le continent américain bien entendu mais aussi en Asie et chez nous, sur notre bonne vieille Europe. Sur ces continents on retrouve de nombreuses courses mais aussi d'autres modes de jeu moins classiques. Tout d'abord le mode Crash qui n'est en fait qu'une succession de zones où vous devrez abattre le chaos à force de crashs en tous genres. Un mode très fun constitué de pas moins de 100 zones, rien que ça, lesquelles, une fois bouclées sont bien entendu disponibles en multijoueur.

Passé ces deux modes, on retrouve des épreuves spéciales qui vous demanderont d'exploser les chronos sur certains circuits, des duels histoire de débloquer quelques véhicules, des Grand Prix qui ouvriront à chaque victoire une nouvelle catégorie de courses et finalement, la grosse nouveauté : le Road Rage. Kezako ? Dans ce dernier, vous comprendrez enfin la signification du mot Takedown… En fait, réaliser un takedown, c'est foncer avec sa caisse sur ses adversaires en prenant bien soin de soit les envoyer dans le décors soit les propulser plusieurs mètres en l'air. Une fois cette action réalisée, vous serez grassement récompensé avec un boost énorme. Cette technique est bien entendu applicable dans les courses et Grand Prix mais attention à ne pas être victime de votre propre piège ! Prendre des risques c'est bien, certes, les takedowns sont une solution mais il y en a bien d'autres : rouler à sens inverse, doubler des véhicules, effectuer des dérapages, réaliser de prodigieux sauts sur des dénivelés et bien plus encore.



Tel est le concept même de Burnout : tu fonces, tu prends des risques et ça passe ou ça casse. Quand ça passe tant mieux, quand ça casse c'est moins gai c'est sûr mais Burnout 3 permet d'un peu ramasser les miettes en offrant une nouvelle possibilité… Souvenez-vous des crashs, superbes et extrêmement réalistes ils vous empêchaient aussi régulièrement de gagner vos courses dans les opus précédent. Erreur réparée avec le takedown aftertouch qui vous permettra de ralentir le temps et d'orienter votre voiture durant le crash, histoire de faire du dégât chez les adversaires. Une pratique sadique mais qui peut mieux équilibrer certaines courses. D'autant plus qu'une fois cette action réalisée, si collision avec concurrent il y a, à vous un splendide boost pour vous relancer dans la course ! Avouez que ça le fait dans certaines situations plutôt délicates, surtout face à autant de fous du volant. Bref, un mode Tour du monde riche en émotions fortes et qui sera surtout le prétexte de débloquer de nombreux véhicules parmi lesquels on retrouve bien entendu de belles cylindrées mais aussi des véhicules moins classiques comme une F1 ou un camion de pompier. Un jeu très clairement orienté arcade donc mais qui possède bien plus d'une qualité.

Boooooom !



Une fois le mode solo terminé, on enchaîne directement avec le multi-joueurs en écran splitté qui offrira tous les modes précédemment cités en écran partagé. Un excellent choix qui le rend encore plus fun. Mais voilà, le réel intérêt du multi est bien entendu le mode Live qu'on abordera après puisque ce dernier est LA grosse innovation de ce troisième épisode. Mais là n'est pas la question actuelle. Qu'en est-il des graphismes ? Améliorations ou pas ? Très certainement ! Bon de prime abord ce n'est peut-être pas vraiment visible mais l'amélioration est bien là. Plus d'effets graphique de style étincelles et ralentis. On ajoute à cela aussi des voitures mieux modélisées et des circuits ahurissants de beauté et bien entendu supers funs et on obtient un Burnout 3 qui n'a rien à envier aux autres étalons du genre que sont PGR2 et Rallisport Challenge 2. Une véritable explosion nucléaire face à nos pupilles qui auront bien du mal à se remettre d'une telle prouesse ! Même constat côté bande-son puisque le soft offre une quarantaine de musiques très bien choisies mêlant métal et zik "à la californienne" style Sum 41. De plus, côté bruitages, tout semble avoir été fait avec minutie puisque le moindre froissement de tôle a l'air horriblement réel. Il faut voir les ralentis des crashs pour s'en rendre compte avec des dizaines de bruits simultanément, le tout en Dolby Digital of course. Et si les musiques ne vous plaisent pas, no problem, Criterion a pensé à vous en vous offrant la possibilité de créer votre propre bande-son ! A croire qu'il est parfait…

Vitesse, voitures, trafic : carambolages en perspective !



Si Burnout 2 était déjà excellents sur de nombreux points, il n'en demeurait pas moins un énorme défaut : le jeu se bouclait en à peine 5 à 6 heures… Là aussi Criterion a tenu compte des remarques des gamers en offrant un mode solo plutôt long puisque ce dernier se boucle en une bonne douzaine d'heures et si vous désirez tout débloquer, il vous en coûtera quelques heures de plus. Côté multi-joueurs, là aussi tout a été revu à la hausse avec 100 zones de crash jouables et une meilleure organisation des comptes de carambolages. Franchement, un petit truc qui semble sans grand intérêt mais qui rajoute un peu plus de fièvre à vos soirées entre amis. Bref, sans le Live, vous en aurez pour votre argent avec une moyenne de 15-20 heures de jeu, ce qui est plutôt bon pour un soft de caisses arcade.



Côté Xbox Live par contre, inutile d'estimer une durée de vie car si vous accrochez et que vous avez beaucoup de temps à y consacrer, Burnout 3 : Takedown restera longtemps votre principal centre d'intérêt sur le Live. Cependant un petit problème est d'emblée à relever avec le fait que le serveur est EA cette fois-ci et non plus Microsoft comme c'était le cas dans le passé. De nombreux problèmes de connexion sont d'ailleurs à noter… Comme quoi EA aurait mieux fait de se taire sur ce coup là, comme sur beaucoup d'autres en fait… Mais soit, côté modes multi-joueurs on retrouve tous ceux cités avec quelques alternatives sympas et un grand nombre de joueurs possible. Ainsi le mode Fiesta Crash est jouable jusqu'à 8 joueurs en équipe ou chacun pour soi, chacun son tour bien entendu. Vous aurez aussi la possibilité de vous lancer à deux simultanément dans d'énormes crashs histoire de booster le résultat final. Sinon il y a bien entendu le mode Road Rage bien pensé et les diverses courses possibles. Très fun sur le Live et sans lag, Burnout 3 : Takdown assure une fois de plus. Gros regret sur le fait que ce soit Electronic Arts qui mène les opérations, Microsoft connaissait moins de problèmes…

Point complet
Un troisième épisode qui surclasse les deux précédents en offrant de nombreuses nouveautés et en améliorant les acquis. Comme quoi, en un an et demi de développement, y a moyen de faire des choses ! Pas le moindre bémol à soulever, pas le moindre bug ni le moindre plantage. Burnout 3 semble quasiment parfait sur tous les points. D’autant plus que le mode Live est très probablement le plus gros intérêt de ce titre qui y prendra toute son ampleur.

On a adoré :
+ Graphismes magnifiques
+ Durée de vie revue à la hausse
+ Encore plus fun que le 2 !
+ Présence de mode Xbox Live
+ Bande-son quasi parfaite
+ Bruitage ultra réaliste
On n'a pas aimé :
- Trop bourrin ?
- Beaucoup de voitures se ressemblent…


Consulter les commentaires Article publié le 26-09-04 par Rédempteur



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020