Test Bienvenue chez les Robinsons - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 315 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Bienvenue chez les Robinson



Développeur
Avalanche Software
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  11.10.2007
  27.03.2007
Nombre de joueurs
1
Online
- Classements
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p

Après 25 to Life, le studio de développement Avalanche Software (à ne surtout pas confondre avec Avalanche Studios, le responsable de Just Cause) avait rejoint les effectifs de Disney Interactive, qui lui a confié le développement de nombreuses adaptations de dessins animés en jeux vidéo. Ainsi est né Chicken Little, leur premier projet sur Xbox première du nom, qui allait très vite être suivi par l’adaptation du film Bienvenue chez les Robinsons qui ne sera néanmoins disponible qu’en fin d’année sur grand écran. Un projet assez ambitieux pour ce petit studio de développement qui avait la lourde tâche de remettre au goût du jour les licences de Disney. Mission accomplie ? La réponse dans notre test import !

Une famille très… spéciale !




Chaque famille a son petit secret. Chez les Robinsons, on aime les technologies et l’humour, mais ce qu’on aime par-dessus tout : les voyages dans le temps ! Dans cette aventure inédite, Avalanche Software nous propose de découvrir une belle épopée qui débutera dans l’Egypte antique dans la peau de Wilbur et qui se poursuivra dans un univers futuriste complètement déjanté.

Contrairement à de nombreux autres jeux estampillés Disney, Bienvenue chez les Robinsons est loin de se limiter à quelques phases de plates formes et de maigres dialogues peu inspirés. Avalanche Software a volontairement misé sur un mélange des genres assez prometteur, composé de scènes de combat et de scènes de réflexion (pour un ratio de 50-50). Dès le début du jeu le joueur devra donc explorer la maison des Robinsons qui regorge de trésors et de bonus. Il y découvrira quelques équipements High Tech très sophistiqués, tels que le scanner qui vous permettra d’analyser les situations, mais aussi le désassembleur de matière avec lequel vous pourrez détruire ennemis et décors, sans oublier le fusil à Lévitation qui vous permettra de soulever tout et n’importe quoi. Bien entendu, l’arsenal compte également quelques autres surprises très sympathiques, comme le gant Chargeball particulièrement efficace dans les affrontements. Passé cette rencontre avec l’armement, le joueur s’intéressera tout d’abord aux mini-jeux disponibles aux quatre coins de la maison. Parmi ceux-ci on retrouve la compétition de protectosphère dont le principe se rapproche beaucoup des courses de Super Monkey Ball, sans oublier le Chargeball (inspiré par Pong), ainsi que le Système de sécurité qui propose des puzzles très agréables à parcourir.

Mais tout cela n’est encore qu’une mise en bouche à l’aventure qui vous attend. Car Meet the Robinsons est loin de se limiter à quelques mini-jeux et missions de bas étage. Vous devrez en effet retrouver votre machine à explorer le temps qui vous a été dérobée par le malicieux monsieur au chapeau rond. Pour parvenir à vos fins, vous devrez parcourir divers environnements (qui sont néanmoins peu nombreux) et affronter des boss qui vous imposeront à chaque fois une technique bien précise pour les battre.

Avant d’affronter ces boss de fin de niveau, vous devrez préalablement boucler le niveau, qui constitue d’ailleurs le principal rival à votre progression. Car comme nous l’avons dit, Meet the Robinsons n’est pas qu’un simple jeu de plates-formes. Vous devrez tout d’abord affronter les nombreux ennemis qui parcourent les niveaux et qui useront de tout un tas de techniques plus invraisemblables les unes que les autres pour venir à bout de vous. L’autre danger viendra des nombreuses tourelles de combat et des pièges disposés aux quatre coins du niveau. Inutile de dire que si vous espérez vous en sortir, vous devrez user de ruse et concevoir de véritables plans d’action qui vous empêcheront d’être surpris par les réactions de vos ennemis. Passé ces scènes de combat, vous découvrirez que Bienvenue chez les Robinsons vous réserve de nombreuses énigmes. Si leur difficulté ne paraît pas nécessairement insurmontable au premier abord, il faut reconnaître que leur nombre des plus élevés a de quoi faire froid dans le dos, d’autant plus qu’il vous faudra parfois réfléchir pendant de nombreuses minutes avant de trouver une solution au problème. Une manière cruelle, mais rudement efficace de développer la réflexion de nos chères petites têtes blondes…

Une orientation voulue par les développeurs d’Avalanche qui souhaitaient plus que toute autre chose mélanger réflexion et action. Reste que certaines scènes risquent de paraître vraiment très difficiles aux jeunes enfants qui nécessiteront souvent l’aide de leurs parents pour progresser.

Clairement difficile, mais terriblement fun et addictif, le titre d’Avalanche Software relève considérablement la qualité des productions Disney Interactive avec son ambiance si spéciale, son humour décapant et ses missions farfelues. Seul petit regret : la durée de vie assez limitée de l’aventure qui ne vous prendra guère plus de sept heures de votre temps. Dommage également qu’aucun mode multijoueurs ne soit de la partie, car les mini-jeux auraient pourtant été propices à des parties online complètement déjantées. Mais qu’à cela ne tienne, car le divertissement fera sourire petits et grands qui n’hésiteront pas une seule seconde à braver les 40 missions qui nous sont proposées dans le mode solo.

Un moteur convaincant




D’un point de vue purement technique, Bienvenue chez les Robinsons est plus que convenable. Il faut dire qu’en la matière, les développeurs d’Avalanche Software sont loin d’être des débutants. Néanmoins, le projet en question était un jeu destiné à un public nettement plus jeune qu’à leur habitude. Qui dit jeune public dit généralement graphismes simples, un standard auquel la plupart des développeurs ont adhéré sans se poser la moindre question.

Mais c’était sans compter sur la bonne foie d’Avalanche qui nous offre une réalisation technique plus que correcte et relativement impressionnante pour un titre visant un public très jeune. Si le character design est déjà excellent, ce n’est rien comparé aux nombreux effets spéciaux et aux reflets des décors sur le sol, tout simplement bluffants. En revanche, on ne peut pas dire que les décors fourmillent de détails, ni que les graphistes aient été particulièrement inspirés pour la création des différents univers… Reste donc un titre visuellement honorable qui devrait charmer petits et grands avec son esthétique soignée et ses héros très attachants.

Enfin, en ce qui concerne la bande sonore, le constat demeure très positif. Non seulement les musiques sont très belles, mais en plus les voix originales collent parfaitement aux personnages. Seul petit bémol : l’absence pure et dure de voix françaises dans cette version import qui aura pour conséquence de réduire considérablement le public visé.

Point complet
Difficile de croire que Disney Interactive soit enfin parvenu à nous convaincre avec une adaptation de film d’animation en jeu vidéo ! Il faut dire qu’Avalanche Software semble avoir mis tout son cœur dans cette adaptation qui comblera petits et grands avec sa jouabilité à deux temps, composée de scènes d’action et de véritables puzzles réflectifs. On regrettera tout de même la difficulté lors des phases de réflexion qui paraîtront littéralement insurmontables aux plus petits, mais aussi le maigre nombre de décors que vous parcourrez dans l’aventure qui se révèle, soit dit en passant, assez courte. Quelques défauts malvenus pour ce Bienvenue chez les Robinsons qui avait pourtant tout pour nous convaincre.

On a adoré :
+ Design inspiré
+ Simple mais complet
+ Les mini-jeux
+ L’humour
+ Le gameplay
+ Les puzzles
On n'a pas aimé :
- Enigmes parfois très difficiles
- Peu de décors
- Assez court


Consulter les commentaires Article publié le 02-10-07 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020