Test Battle Princess Madelyn - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 209 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
Causal Bit Games
Genre
Genre
Statut
En développement
Date de sortie
  06.12.2018
Nombre de joueurs
1

Proposé par CasualBit Games, Battle Princess Madelyn nous conte l’histoire de la princesse Madelyn, vaillante combattante, par l’intermédiaire d’un jeu d’aventure totalement rétro en 2D façon 8bit. Il s’agit plus précisément d’un hommage à la série des Ghouls’n’Ghost. Madelyn est le nom de la fille (dans la réalité) du producteur du jeu, qui lui a dédié indirectement le jeu, sa fille étant fan des G&G.

Deux modes : aventure ou arcade



Le mode Aventure nous plonge dans la vie de Madelyn qui, en pleine activité avec son père, doit revenir de toute urgence dans son château, le chaos s’abattant sur le monde et emportant ses proches dont son fidèle chien Fritzy. Ce dernier nous accompagnera dès le début de l’aventure sous la forme d’un fantôme. Madelyn part donc à la rechercher de ses proches, perdus suite à ce chaos. Le jeu propose une touche de Metroidvania, avec des retours en arrière à de nombreuses reprises, notamment après avoir vaincu un boss et débloqué de nouveaux items et autres compétences. Cela permet d’accéder à des zones précédemment bloquées. Heureusement, un système de TP facilite quelque peu tous ces mouvements. Le jeu offre des quêtes annexes et des PNJ à débloquer, comme le forgeron ou l’armurier. Il est à noter qu’il n’y a pas de réel journal de quête pour suivre son avancée, chose qui n’aide pas forcément à se souvenir des désirs des uns et des autres. En plus, les récompenses sont souvent peu utiles, pour ne pas dire inutiles. Madelyn va progresser (compétences, armes et armures) au fur et à mesure que sa quête avance. Le mode Arcade se détache de toute cette surcouche « moderne » de quêtes, PNJ, forgeron, etc. et va à l’essentiel : il faut avancer, traverser les niveaux et venir à bout des différents boss… et basta ! Dès les premières secondes de jeu, on découvre la référence à G&G.

Tout comme le héros des Ghouls, Madelyn peut envoyer sa lance en avant, arrière et au-dessus. De même, elle perdra de l’armure à chaque fois qu’elle est touchée. Il faut traverser des décors similaires tels que des cryptes ou un cimetière. Tout est fait pour nous faire penser aux différentes références des années 80. Au niveau du gameplay pur et dur, nous nous retrouvons au final souvent à spammer la touche attaque pour anéantir les ennemis. Madelyn peut faire monter une jauge au fur et à mesure qu’elle tue des ennemis, ce qui lui permet de revenir à la vie sans devoir recommencer le niveau… Le jeu fonctionne à l’ancienne et le mode Arcade, par exemple, doit être retourné d’une traite : pas de sauvegarde, pas de code pour reprendre là où l’on s’arrête ! C’est là que le bât blesse car le jeu propose une difficulté bien présente mais mal jaugée. Elle est souvent punitive sans raison. A cela s’ajoute une caméra souvent hasardeuse qui ne permet jamais au joueur de savoir en avance si le trou béant devant lui est un piège ou un passage pour continuer l’aventure ! Du coup, il faut souvent y aller à l’aveugle et prier pour ne pas crever bêtement avant de se retaper tout le niveau. Mourir, c’est recommencer le niveau en entier, or les niveaux ne sont pas super inspirés. Niveau visuels et bande-son, nous sommes sur du pur old school / retro gaming, avec notamment une bande-son dispo en « retro » ou « orchestral », cette dernière version offrant des sonorités un peu plus modernes. La localisation est quant à elle intégralement en anglais !

L’avis perso d’Hervé // De bonnes idées à bien peaufiner...

Sur le papier, le jeu présente des arguments qui parleront aux anciens joueurs et fans de retro gaming. Il arbore une 2D avec un joli rendu dans son style, une bande-son agréable, un mode Aventure avec du contenu annexe et un mode Arcade pour le défi. Hélas, la difficulté, mal jaugée, couplée à une caméra bien trop imprécise et un level design pas toujours sexy font que la sauce ne prend pas forcément. J’ai pourtant retourné les Souls et consort, donc niveau jeux SM, je touche pas trop mal ma bille… Mais là, j’ai souvent eu l’impression de mourir sans raison concrète et d’être obligé de mourir pour savoir si c’est le chemin à emprunter ou un piège. Ce point-là m’a fortement refroidi. Un jeu doit me procurer du plaisir et je n’en ai pas réellement eu ici, j’ai même ragequit quelque fois comme un fou furieux après une énième mort débile… Niveau durée de vie, j’avoue ne pas avoir fini le mode Arcade à force de morts totalement mal foutues et inévitables. Pour le mode Aventure, j’ai passé une bonne douzaine d’heures dessus sans chercher à remplir tout le contenu annexe, le jeu étant totalement dépourvu de suivi de ce côté-là quoi qu’il arrive. J’ai été très curieux de mettre la main sur ce jeu mais cela confirme que la curiosité est un vilain défaut !


Point complet
Battle Princess Madelyn ne parlera pas à tout le monde. Si l’orientation rétro est plutôt réussie, aussi bien au niveau visuel que sonore, il faut bien avouer qu’il y a quelques gros points noirs qui entachent sacrément le plaisir de jeu, à tel point que ce dernier finit même pas s’estomper. Alors qu’il aurait pu être agréable à parcourir, le titre se vautre sur la gestion de la difficulté. Il est punitif sans raison. Pire, la caméra, mal gérée, n’aide pas et le tout finit par être redondant, lassant, voire parfois même rageant. Dommage, parce que tout n’est pas à jeter, loin de là, mais les gros points noirs prennent bien trop le pas sur le reste.

On a adoré :
Jeu purement rétro
Le style 2D lui sied bien
La bande-son
Les deux modes disponibles
On n'a pas aimé :
Une difficulté biaisée…
Par une caméra non optimisée
Redondant à force
Histoire peu intéressante
Trop de ragequit, peu de fun


Consulter les commentaires Article publié le 06/01/2019 par Hervé D.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019