Test Assassin's Creed Syndicate - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 242 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Assassin's Creed Syndicate



Editeur
Ubisoft
Développeur
Ubisoft Montréal
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  23.10.2015
Nombre de joueurs
1

Succéder à Assassin's Creed Unity n'est pas chose facile. Véritable tôlé l'an passé, le jeu aura finalement plus fait parler de lui à cause de ses centaines de bugs et soucis techniques que grâce à sa superbe représentation de Paris. Désormais basée à Londres, la saga nous revient donc comme chaque année avec ses promesses et ses nouveautés. Face à une communauté de joueurs forcément très méfiante, le jeu est-il capable de relancer une série qui peine à se renouveler ?

Un petit détour par Londres…




Londres est votre nouveau terrain de jeu. Face aux Templiers, vous incarnez Jacob et Evie Frye, jumeaux assassins qui vont tenter de mettre un terme aux agissements de Starrick et de ses associés. Il est possible de passer d'un personnage à l'autre à tout moment, excepté lors de missions principales ou chacun avance dans sa propre quête, leurs points de vue étant quelque peu différents. Tandis qu'Evie cherche les fragments d'Eden, Jacob traque sans relâche les Templiers pour leur faire la peau. Si les personnages sont relativement travaillés et leur relation parfois compliquée et tumultueuse, il est malheureusement difficile de s'y attacher, la faute à un humour assez lourd et un contexte politique moins développé que d'habitude. On croise des personnages historiques connus mais le scénario se suit avec moins d'intérêt et il nous est même parfois arrivé de zapper quelques cinématiques qui tiraient en longueur. On sent que les scénaristes tournent en rond et ne savent plus trop dans quelle direction orienter la saga. C'est dommage car la ville de Londres est très intéressante à parcourir. Conscients des problèmes techniques du précédent jeu, les développeurs ont revu leurs ambitions à la baisse. Les PNJ sont moins nombreux mais ont le mérite de ne pas partir en vrille toutes les cinq secondes et le jeu est moins joli que Unity. Du coup, et c'est une bonne nouvelle, le frame rate est nettement plus stable et les soucis techniques moins présents.

La jouabilité a également été réajustée, et les soucis sont moindres, même si certains persistent toujours, comme cette fâcheuse tendance qu'a votre personnage à s'accrocher à un lampadaire alors qu'on souhaitait simplement le contourner. Heureusement, il est possible de grimper ou de descendre d'un bâtiment de façon beaucoup plus fluide et naturelle. Moins peuplées et plus larges, les rues de Londres sont parfaites pour faire un tour en calèche. Il est possible d'en réquisitionner une à tout moment pour se déplacer plus rapidement, mais des affrontements et des courses-poursuites sont également de la partie. Complètement arcade, la jouabilité est facile à prendre en main mais le côté trop bourrin de la chose donne parfois lieu à des situations rocambolesques. Enchaînant les takedowns face à d'autres calèches, le joueur peut également shooter le cheval d'une calèche adverse pour qu'elle se renverse ou sauter sur un véhicule ennemi pour en terminer à coups de poing. Parfois funs, ces affrontements tombent souvent dans la confusion et on en arrive à se demander l'intérêt de la chose. Autre nouveauté, le grappin, qui permet d'atteindre des zones en hauteur rapidement ou de créer des tyroliennes. Une possibilité souvent utile, mais qui rend certaines phases d'infiltration trop faciles. Moins boguée, l'infiltration est parfois imposée mais souvent recommandée.

L’ADN ne change pas…




Elle reste basique et il suffit de se mettre accroupi et d'enfiler sa capuche pour passer en mode "ninja". L'I.A. est toujours aussi limitée et nous avons par exemple pu enchaîner une dizaine de meurtres depuis le même tas de foin, simplement en sifflant pour attirer les ennemis à tour de rôle. En cas d'affrontement direct, on retrouve un système de combat basique. Sans possibilité d'esquive, on a une nouvelle fois cette sensation d’un QTE géant : Y pour éviter une balle, B pour contrer et X pour frapper. Plutôt orientés corps à corps, les bastons sont visuellement sympas mais les animations sont trop longues et se répètent très vite. Alors que l'on souhaite achever un ennemi rapidement, votre personnage l'enchaîne, lui colle des beignes et lui éclate la tête par terre. C'est violent, défoulant mais trop long et répétitif, d’autant qu’on se fait souvent repérer par un autre ennemi alors qu'on est en train de finir d'enchaîner le premier. Comme d'habitude, il est difficile de se promener sans être pris à parti par des gardes ou des membres d'un gang adverse, ce qui s'avère bien pénible à la longue. Un système de quartiers à libérer permet de faire le ménage pour être un peu plus tranquille. Notez que vous pouvez recruter des alliés pour la baston et que vous pouvez également créer votre propre gang, personnalisable et améliorable. Pensez donc à investir votre argent dans ces améliorations et à acquérir de nouvelles possibilités.

Les personnages principaux sont eux aussi améliorables (vie, armement, corps à corps, crochetage) et grimpent en niveau en gagnant de l'XP (en réussissant des objectifs secondaires ou des missions annexes). Afin de gagner des points supplémentaires (et si vous souhaitez terminer le jeu à 100%), il faut terminer les nombreuses missions secondaires, qui se répètent de quartier en quartier, mais qui restent néanmoins assez intéressantes. Assassinats, libérations d'enfants ou encore enlèvements ne sont qu'une partie des choses à faire. Dommage que certains thèmes forts abordés dans le jeu ne le soient que via ces missions secondaires et ne soient pas plus travaillés et intégrés à l'histoire principale. Celle-ci s'avère assez fade durant la douzaine d'heures nécessaire à son achèvement. Oubliez le multi par contre, il a totalement disparu. Comme nous le disions plus haut, le jeu est graphiquement moins tape à l'oeil que Unity, mais s'avère nettement plus stable. Il n'en reste pas moins très joli et propose des panoramas superbes, des architectures grandioses, des textures au sol convaincantes et de très réussis effets de lumière ou de pluie. On peut regretter des visages parfois ratés et encore pas mal de bugs, dont de nombreux soucis de collisions. La direction artistique travaillée relève tout de même le niveau et on est loin des barres de rire provoquées par Unity et ses personnages qui faisaient n'importe quoi. Il y a du mieux donc mais le tout reste bien imparfait.

Point complet
Assassin's Creed Syndicate est en progression par rapport à Unity… Nettement plus stable, le jeu est moins ambitieux (moins de PNJ, de scripts) et plus aisé à prendre en main. Malheureusement, les défauts que l'on connaît depuis des années sont toujours là et les nouveautés pas si accrocheuses que ça. Le système de combat est toujours aussi basique et basé sur des QTE, tandis que les séquences d'action en calèche sont trop bourrines. Le grappin reste utile dans certains cas mais est loin d'être indispensable. Heureusement, les séquences d'infiltration sont meilleures qu'auparavant même si l'I.A. reste au raz des pâquerettes. Côté durée de vie, l'histoire principale dure une douzaine d'heures et les quêtes secondaires sont plutôt accrocheuses, même si elles se répètent rapidement. Bien que la direction artistique soit réussie et que la ville de Londres soit intéressante à parcourir, cet opus montre encore trop de carences pour vraiment convaincre. Le rythme annuel de cette saga ne lui rend clairement pas service, il est temps de consacrer plus de temps aux développeurs pour qu'ils puissent vraiment peaufiner leur jeu.

On a adoré :
+ La ville de Londres
+ Direction artistique réussie
+ Ambiance sonore/musicale
+ Créer son gang, le faire évoluer
+ Améliorations nombreuses
+ Deux personnages jouables
+ Infiltration mieux gérée
+ Certains persos travaillés
+ Moins de PNJ, moins de bugs et une meilleure stabilité
+ Durée de vie correcte
+ Les séquences en calèche, marrante dans un premier temps
On n'a pas aimé :
- Mais rapidement trop bourrines
- Scénario décevant
- Jouabilité qui fait parfois des siennes
- Combats toujours aussi basiques
- I.A. bien limitée
- Quêtes annexes vite répétitives
- Des bugs de scripts nombreux
- Des nouveautés peu intéressantes


Consulter les commentaires Article publié le 12/01/2016 par Lionel B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019