Test Ninja Gaiden Black - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 326 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Ninja Gaiden Black



Editeur
Tecmo
Développeur
Team Ninja
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  21.10.2005
  20.09.2005
  29.09.2005
Nombre de joueurs
1
Online
- Contenus
- Classements
Classification PEGI
Son
5.1

Plus d’un an après la sortie de l’excellent Ninja Gaiden, Rya Hayabusa est déjà de retour dans une version “Classic” du jeu, renommée pour l’occasion Ninja Gaiden Black. En dehors des deux Hurricane Packs, enfin disponibles à ceux qui ne disposaient pas du Live, les gamers découvriront de nombreux bonus tels le mode Mission, deux nouveaux modes de difficulté et le tout premier Ninja Gaiden pour les nostalgiques… Un contenu grandement modifié donc, qui amène de nombreuses nouveautés bienvenues.

Un ninja reste un ninja…




Le Beat‘em all, un genre qui avait connu ses heures de gloire sur 16 bits et les bornes d’arcade, engloutissant nombre d’heures consacrées aux devoirs d’école et d’argent de noël si précieusement gardé. Ninja Gaiden dans sa version arcade en était un des meilleurs aboutissements, à la difficulté élevée et l’action ultra présente, les pièces de dix francs de l'époque fusaient et les crises de nerfs s’enchaînaient lors des boss de fin de stage. Oublions maintenant les bitmaps baveux d’antan pour passer du côté des polygones bump-mappés du renouveau de ce genre, car oui, Ninja Gaiden sur Xbox signait en son temps le retour d’un genre, il faut l’avouer un peu oublié. Aujourd’hui, place à une édition “Classic” qui fait plus office d’édition Collector bourrée de bonus que de simple réédition. Tecmo a tenu à en mettre plein la vue et fait de son Ninja Gaiden originel une véritable claque qui restera longtemps dans les mémoires.

Ninja Gaiden Black renoue avec ce qui a fait le succès de son aîné, c'est-à-dire la simplicité d’accès, le gameplay accrocheur au possible, l’action sans temps mort et bien entendu quelques autres phases d’exploration ou d’énigme, se limitant bien souvent à la recherche d’une clé ou au déclenchement d’un mécanisme. Les clichés du genre sont présents, comme les ennemis pénibles, nombreux et qui réapparaissent systématiquement dans certaines salles, des boss énormes, avec une barre de vie plus longue que l’écran, sans oublier une difficulté à s’arracher les cheveux. Néanmoins la panoplie de coups de notre ninja favori est conséquente et chaque attaque a son utilité. Il existe plusieurs armes : le sabre, les shurikens, le nunchaku, l’arc ou encore l’épée lourde, avec bien entendu quelques ajouts propres à cette édition, ce qui accroît encore plus le nombre de possibilités, d’autant que le gameplay s’en retrouve légèrement modifié lors du changement d’arme. Il ne faut pas non plus oublier les magies (ninpo) et les objets spéciaux que l’on trouve sur le chemin ou que l’on achète dans les niveaux Côté Live, l’option téléchargement de contenu a disparu, au même titre que le Master Ninja Tournament, à présent terminé. Il ne reste plus qu’une petite option de tableau des scores qui ravira uniquement les fans de la première heure, prêts à abattre des high scores en un nombre restreint de minutes. On regrette d’ailleurs toujours autant l’absence d’un mode duel ou coopératif qui aurait grandement contribué à l’émancipation d’un tel soft, d’autant plus qu’il s’agit là du seul manque remarquable pour cette édition Classic !

Simple et difficile




L’histoire reste inchangée par rapport à Ninja Gaiden et il s’agit toujours de repousser les attaques de forces démoniaques contre le village de Ryu. Dès le premier niveau, lors de l’apprentissage, les combats mettent en difficulté. Rien que le premier boss, à cheval et aidé par des moines, mettra une claque à tout joueur non préparé. Les nerfs sont rapidement à vif mais paradoxalement l’envie s’accroît.

Après une bataille mémorable mais à la défaite innévitable, Ryu qui ne peut que constater l’ampleur des dégâts décide de venger les siens et s’engage alors dans une quête qui le mène bien loin de son village où il rencontre des personnages aux destins différents, mais tous liés de près ou de loin aux démons. Tout ce chemin pour retrouver le comte Doku, responsable du massacre, et l’occire d’un bon coup de katana bien placé. Avant d’en arriver là, il faut traverser 16 chapitres bourrés d’ennemis et recommencer plusieurs fois les même passages.

Cependant cette édition Black instaure une nouveauté de taille pour les novices : la présence d’un mode de jeu facile qui se débloque après trois décès en mode normal dans la première mission. Ayane fait alors son apparition et relègue Ryu Hayabusa du rang de maître ninja à celui d'apprenti. Cette nouvelle option offre à notre héros une plus grande résistance aux coups de ses adversaires et lui octroie par la même occasion une plus grande puissance. En plus de ces gros avantages, le ninja débutant aura régulièrement droit à des cadeaux de la belle Ayane, tels des bonus d’énergie ou des accessoires supplémentaires. La Team Ninja donne ainsi aux débutants une chance unique de découvrir la fin des aventures de ce bon vieux Ryu Hayabusa…

Pour ceux qui trouveraient Ninja Gaiden trop facile, les développeurs ont ajouté ici un mode Maître Ninja qui risque d’en faire pleurer plus d’un. Notons tout de même que ce mode de jeu n’est accessible qu’après avoir terminé le solo en normal, difficile et très difficile. Le contenu des deux Hurricane Packs est lui aussi parfaitement intégré au jeu, avec tout un tas de nouveautés au niveau de l’arsenal, des accessoires et des tenus, largement remises à jour. Certains niveaux ont été restructurés dans les différents modes de difficulté, laissant aux gamers quelques sérieuses surprises. Enfin, l’ajout de quelques cinématiques supplémentaires, mettant plus en valeur Ayane, qui faisait une prestation plutôt courte dans le jeu originel. Du tout bon pour les fans !

Cependant, ne nous leurrons pas : le véritable intérêt de Ninja Gaiden Black ne réside pas dans ces quelques bonus mais bien dans la présence d’un mode mission exclusif. Pas moins de 50 missions inédites et bourrées d’action sont au menu. Seule restriction pour y accéder : la nécessite d’avoir terminé le jeu en mode normal. Étant donné que ces quelques missions se révèlent particulièrement difficiles on peut comprendre la volonté des développeurs

Heureusement, la maniabilité reste exceptionnelle et Ryu fini au bout de quelques minutes par obéir au doigt et à l’œil. L’utilisation combinée des armes de jet et de contact est réussie, il est possible de trancher et lancer du shuriken à foison en utilisant simplement deux boutons. Ninja oblige, notre jeune héros est capable de prouesses acrobatiques bien utiles comme sauter d’ennemi en ennemi en disparaissant, rebondir ou courir sur les murs pour atteindre des endroits bien cachés ou effectuer une esquive suivie de sa contre-attaque. Le level design est bien sûr pensé en conséquence et pour se sortir de certaines situations il faudra parfois lever le nez pour regarder un peu ce que cachent certaines parois. La gestion de la caméra a été sensiblement modifiée, celle-ci proposant dorénavant deux vues différentes et complémentaires. Malgré cela, l’action reste parfois difficile à suivre, particulièrement pour les débutants qui seront vite déboussolés.

Visuellement irréprochable




Tecmo nous offre encore un monstre graphique époustouflant, bien lissé, et à l’animation exceptionnelle. La modélisation des personnages est tout simplement hallucinante et les effets visuels sont excellents. Petit bémol, la modélisation de certains niveaux, bien que fine et variée offre parfois une impression de carton pâte, manquant un peu de profondeur et de réalisme. Niveau son, la musique techno traditionnelle crée une ambiance zen japonisante tout en mettant une sacrée patate lors des combats. La traduction du jeu en français ne propose que des sous-titrages, ce qui laisse tout le charme des cinématiques originales. Notons aussi que le jeu est compatible avec les TV HD 720p pour une résolution d’image de très haute qualité.

Petite note avant de finir sur les cinématiques qui sont dans Ninja Gaiden d’une beauté effarante. Les expressions des visages sont troublantes tant elles semblent réelles, la mise en scène quant à elle est remarquable. Toutes les cinématiques sont d’ailleurs judicieusement intégrées dans le jeu et soulignent chaque passage important de l’histoire. De l’art.

Point complet
Ninja Gaiden Black arrive à faire mieux que son prédécesseur en s’offrant le luxe de proposer un contenu beaucoup plus vaste grâce à l’ajout des deux Hurricane Pack, du mode Mission et de deux nouveaux modes de difficulté. Un jeu à part entière qui mérite toute l’attention des gamers, d’autant plus que le soft est disponible pour seulement 25€. Pourquoi se priver alors d’un des meilleurs jeux de la Xbox ?

On a adoré :
+ Graphismes sublimes
+ Plein de bonus
+ Un mode mission génial
+ Plus simple et… plus difficile
+ Les cinématiques
+ Une énorme durée de vie
+ Seulement 25€ !
On n'a pas aimé :
- Encore quelques défauts de caméra
- Uniquement du solo
- Pas toujours évident


Consulter les commentaires Article publié le 02-12-05 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020