Test Need For Speed Underground 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 331 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Need For Speed Underground 2



Développeur
EA Canada
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  18.11.2004
  15.11.2004
Nombre de joueurs
1 à 6
Online
- Jeu en ligne
Classification PEGI
Thème
Automobile
Son
5.1

Forte d’un succès sans commune mesure, la saga des Need for Speed vous permettait par le passé de conduire des voitures de luxe telles que les Ferrari et autres Mercedes. Mais là ne sont plus les ambitions d’EA. A présent, ce que la firme cherche, c’est de produire des jeux de caisse proches de leurs consommateurs et être dans le vent (tout en s’assurant une satisfaction commerciale). C’est ainsi qu’après la franche réussite des films Fast and Furious, l'éditeur a décidé de nous pondre un jeu de caisse orienté tuning, avec des voitures abordables pour le commun des mortels : Peugeot, Volkswagen et autres Subaru furent donc au rendez-vous dans un opus qui signait le renouveau de la série des Need for Speed, nommé pour l’occasion, Underground.

Hé mec elle est où ma caisse ?






Le jeu ayant remporté un succès phénoménal, EA se devait de proposer une suite aux joueurs avides de sensations fortes, c’est donc ainsi qu’est né Need for Speed Underground 2, son digne successeur. Attendu depuis déjà pas mal de temps par tous les amoureux de mécaniques sauce Jacky, nous avions hâte de voir ce qu’il avait dans le bide. Prêt à tout pour faire vendre son jeu, EA n’a d’ailleurs pas hésité à nous marteler de vidéos, de screenshots et autres infos, mettant en scènes les voitures disponibles, les différents modes de jeu, ainsi que les fameuses potiches, toujours fidèles à ce type de discipline qu’est le tuning (ceci n’est pas une insulte à la ravissante Brooke Burke). Le jeu étant enfin dans toutes les meilleures enseignes de jeux vidéo, la pression monte : NFSU 2 est-il la bombe escomptée ? Va-t-il nous décevoir, ou va-t-il innover ? C’est ce que nous allons tenter de voir à travers ces lignes.

La grosse caractéristique de ce Underground 2 est bien sûr le facteur liberté qui prend ici une toute autre ampleur que dans l’opus précédent. Oubliez le scénario méga linéaire du premier épisode et laissez libre cours à vos envies, en vous baladant dans l’immense ville proposée et par les nombreuses destinations qu’elle vous offre : autoroutes, avenues, petite rues étroites… Bien sûr, ne pensez pas une seconde pouvoir braquer un commerçant, renverser des piétons, ou encore voler la voiture de vos concurrents. En roulant librement dans la ville, vous pouvez choisir vous même vos adversaires. Facilement reconnaissables : ils roulent comme des malades, et ont des caisses tunées à fond. Un concept qui recopie énormément Midnight Club 2 d’ailleurs…





Après cette technique d’approche, il faudra leur lancer un défi avec par exemple une course poursuite où il faut mettre un maximum de mètres entre vous et votre poursuivant. Après quoi, à vous les tunes ! Cependant, les courses majeures, celles qui vous feront avancer dans l’aventure, sont bien évidemment les plus attrayantes car si il est clair que NFS U 2 propose sont lot d’épreuves secondaires, celles-ci ne sont que très peu intéressantes au final… Avec l’argent récolté, vous aurez la possibilité de tuner vos caisses dans les magasins dédiés de la ville. Le petit plus, ce sont les kits déjà tout prêts où tout est compris : carrosseries, jantes, néons, vinyles, moteurs, Nos… mais vous pouvez bien évidemment changer vos pièces à l’unité, c’est comme vous le souhaitez ! Pour le reste, le jeu se veut très rapide. L’ensemble des courses se déroulent de nuit, certainement dans l'optique d'amplifier le côté tuning du titre et de cacher une réalisation perfectible...

Brooke Burke : la beauté du jeu...






Autre bonne nouvelle, que beaucoup d’entre vous connaissaient déjà : vous pourrez affronter vos amis sur le Live, par le biais de courses acharnées, dans lesquelles vous pourrez montrer vos créations aux yeux du monde entier, et par la même occasion faire une petite démo des capacités de votre bolide (le top du top : une voiture qui ne paie pas de mine, mais qui écrase tout sur son passage). Côté bande son, ça décoiffe un max, et les bruitages de bagnoles sont tout simplement hallucinants de réalisme : on sent bien que les moteurs sont gonflés à bloc, et on se prend à mettre le volume de la TV (ou de la chaîne Hi-fi pour certains) à fond pour rajouter ce petit plus de sensations qui ne fait de mal à personne (sauf au voisins, mais à la rigueur…). Niveau voitures, on retrouve les fameuses marques Toyota, Nissan, Subaru, Mitsubishi… un tantinet Japonaises, mais on aime ça, et rassurez-vous, aux dernières nouvelles, Peugeot est un constructeur Français. Enfin, sachez que les SMS, couvertures de magazines et autres bonus sont bien plus nombreux que dans le premier épisode et surtout bien mieux fichus.

Mais comme rien n’est parfait, ce titre étant loin d’être exempt de défauts, nous allons un peu parler de ce qui fait mal dans Underground 2. A commencer par la jouabilité très orientée arcade. Si il est clair que certains apprécieront le type de gameplay qu’offre le titre, il est évident qu’une très grande partie d’entre vous ne supportera cette jouabilité. Choisir l’arcade n’est pas nécessairement une solution de facilité de la part d’EA, il s’agirait d’ailleurs plus d’un argument commercial pour plaira au plus vaste public. Rappelons qu’EA est le géant du jeu vidéo et qu’en temps que tel son objectif est de toucher un maximum de personnes… L’influence Underground est elle aussi liée commercialement au fait qu’EA repompe à tout va ce qui a fait le succès des Fast & Furious. En revanche, on pourra noter un scénario légèrement répétitif, mais moins que dans Need for Speed Underground premier du nom, ce qui prouve qu’EA fait des efforts pour améliorer sa série désormais fétiche.

Au niveau des graphismes, cela peut paraître bien beau de prime abord mais le soft ne cache sa laideur que derrière ses courses de nuit. A comparer avec Racing Evoluzione, PGR 2 ou Rallisport 2, NFS U2 fait pâle figure avec son aliasing à tout va, ses pseudos effets spéciaux et sa frime gigantesque. Du EA tout craché qui nous fait croire à la beauté alors que son titre est à peine digne d’une PS2. Sans vouloir choquer les gamers PS2, il faut tout de même avouer qu’un jeu Xbox est censé profiter au maximum des capacités de la console…

Point complet
Si NFS Underground 2 plaira très certainement à la grande majorité des gamers, il n’en demeure pas moins un titre purement commercial d’une des firmes les plus critiquées au monde : le grand EA qui s’est pris un jour pour un créateur de mode… Un soft à essayer donc avant d’acheter, qui est très loin d’être parfait.

On a adoré :
-Brooke Burke...
-Le packshot
-Assez long
-Live
On n'a pas aimé :
-Graphiquement moyen
-Maniabilité grand public
-Du NFS, tuning à gogo, EA à fond...
-Gros argument marketing


Consulter les commentaires Article publié le 30-12-04 par Toxico



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020