Test Midtown Madness 3 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 225 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Midtown Madness 3



Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  27.06.2003
  17.06.2003
  07.08.2003
Nombre de joueurs
1 à 8
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Réseau local
Classification PEGI
Son
5.1

Après avoir acquis ses lettres de noblesse sur pc, la série des Midtown Madness arrive sur Xbox au travers d’un troisième opus fortement attendu. En effet, avec plus d’un an de patience et d’hypothèses, les joueurs ont eu le temps de placer de nombreux espoirs en ce titre, annoncé comme le jeu de course absolu en milieu urbain. C’est dire alors que la pression était forte sur les épaules de Dice Entertainment, quant à la réalisation du premier jeu de course auto compatible Live de la Xbox.


 

Le tourisme virtuel...



Reprenant le principe qui a fait sa renommée, Midtown Madness 3 vous offre toujours la possibilité de faire rugir les chevaux au sein de cités bondées par la circulation et la population. Ce mettant à l’heure des capitales mondiales, cet épisode Xbox offre deux immenses terrains de jeu que sont Paris et Washington. Toutes deux entièrement modélisées pour l’occasion, il vous est possible d'y retrouver les principaux monuments et axes routiers qui font leurs renommées. Que cela soit la Maison Blanche, la Tour Eiffel, ou bien encore l'Arc de Triomphe, tous les édifices sont ici détaillés et précis. Cependant, ce n’est pas le cas pour l’ensemble de la topographie des métropoles. Si l’on prend pour exemple Paris, les quartiers séparant les divers monuments connus n’ont pas été reproduit à la perfection. Si l’omission de certaines rues est excusable, l’oubli de pâté de maisons entier l’est beaucoup moins. Ainsi, les trajets entre certains endroits de la ville sembleront extrêmement courts par rapport à la réalité. Mais ce petit défaut occulté, on se lance vite dans des joutes urbaines effrénées, rythmées par des modes de jeux communs et inédits.




Le premier, le mode ballade vous offrira tout simplement la possibilité de visiter la ville de votre choix à bord de l’un des 32 véhicules que propose Midtown Madness 3. Ici, aucuns objectifs n’est attribué, mais vous pourrez via ce mode débloquer des bonus cachés tel que des nouvelles peintures pour vos bolides. Offrant plus de challenges, les courses éclaires vous obligeront à passer des arcs de contrôles avant un temps déterminé pour remporter la victoire. Cœur du jeu, les mission Infiltrées vous feront vivre divers petits boulots qui seront tout autant de défis. De la foction d'Agent secret à Paris, vous passerez détective à Washington tout en devenant entre temps un exelenet livreur de pizzas. Chaque étape de votre aventure étant ponctuées de scènes scénaristiques non dénuées d’intérêt et d’humour. Seul reproche dans ce foisonnement d’épreuves, le manque d’originalité dans celles-ci, le but étant presque toujours de rejoindre un point sur votre radar. Le jeu ne nous plonge cependant jamais dans une désagréable léthargie, du fait des multiples tracés et de son mode multijoueurs plus que soigné.


 

Le premier jeu de course auto en Live



Si l’on fait abstraction sur le mode multijoueurs en écran splitté plus que décevant (aucune circulation, ralentissement) on retiendra surtout la très prenante compatibilité Xbox Live qu'offre le titre. En tant que premier jeu de course auto profitant de cette option, le titre de Microsoft met les petits plats dans les grands pour satisfaire le plus grand nombre de joueurs.

En effet, pas moins de 3 modes exclusifs, en plus des classiques courses uniques, s’offrent à vous. Le premier, intitulé « Ruée vers l’or », vous fera ramasser ce précieux métal et le transporter jusqu'à votre base. Si les prétentions pécuniaires ne sont pas dans vos habitudes, vous pourrez toujours vous adonner au mode « chat ». L’objectif est ici de ne pas être le chat. Si vous êtes touché, vous devenez à votre tour un traqueur qui devra poursuivre un chat. Très amusant, ce mode devient vite l’un des plus prenant du fait de la horde de voitures qui peuvent essayer de vous intercepter. A l’inverse, le mode « Chasseur » lui vous fera fuir vos adversaires afin de ne pas devenir chat.

Midtown Madness 3 offre donc des challenges variés et amusant aux amateurs de Xbox Live. Aucuns ralentissements ne sont à signaler et la recherche de parties est des plus aisées. Seul défaut, l’absence de circulation en multijoueurs. Solitaire face à vos adversaire, cela nuis quelque peu aux plaisir des courses poursuites. Pourtant, et malgré ce manque majeur pour un jeu de course urbain, Midtown Madness 3 constitue l’un des tous meilleurs jeux Xbox Live. La convivialité des parties étant l’un de ses meilleurs atouts, si l’on excepte sa jouabilité.


 

Un jeu d’arcade à l’état pur




Comme tous les jeux de la série, Midtown Madness 3 offre une conduite très arcade. Oubliés donc les virages à la corde et la gestion très poussée des masses, ici la meilleur solution est souvent le frein à main. Pour autant, la conduite ne sent trouve pas brouillon comme l'on pourrai le penser. Très précise et intuitive, la maniabilité s’avère efficace, grâce notamment à une bonne gestion de la manette. Slalomer entre les files de voitures devient alors un jeu d’enfant, et si l’accident est inévitable, le moteur physique des autos est là pour vous aider. En effet, le gabarit des vehicules est très peu pris en compte. Une R5 pouvant avec une grande facilité renverser un bus ou un camion. Il faudra vraiment etre coincé entre plusieurs véhicules pour que votre bolide soit stoppé dans sa progression. Et là est tout le plaisir de cet opus. Foncer à tombeau ouvert dans une ville pleine de vie où les embouteillages ne constituent qu’un alea de votre course.


 

Un emballage en dessous des capacités de la Xbox…



Graphiquement, Midtown Madness 3 laisse perplexe en bien des points. Si la modélisation des villes force, malgré quelques inexactitudes, le respect, le moteur graphique semble lui bien en retrait sur certains aspects techniques. En effet, le jeu souffre d’un aliasing extrêmement prononcé, qui entrave légèrement la lisibilité de l’action. Les effets d’escalier sont omniprésents, ce qui est étonnant sur Xbox. Second point intriguant sur ce titre, le champ de vision assez réduit. La profondeur de reste toute fois acceptable, mais un désagréable brouillard au fond du décor ce fait ressentir. Ainsi, vous ne pourrez pas voir l’Arc de Triomphe en vous plaçant au bout des Champs Elysés. Il vous faudra parcourir les trois quart de cette grande rue pour voir enfin l’édifice.

Cependant cette pauvreté technique se voit pardonnée par un incroyable souci du détail. Tout ou presque est dynamique dans Midtown Madness 3. Barrière, lampadaire, parcmètre, en passant par les devantures de magasins et les tables de restaurant, tous cèdent sur votre passage. Ces destructions donnant lieu à de multiples effets spéciaux et dégâts sur votre bolide. Les véhicules ont eux subis un soin bien moins poussé que pour la modélisation des villes. Sommaire et sans réels détails, celles-ci vous impressionneront plus par leur nombre que par leur réalisation. Et ce ne sont pas les dégâts plus qu’approximatifs qui embelliront ce tableau. Les dégradations des carrosseries étant minimes, il vous faudra heurter à grande vitesse un mur pour voir une évolution flagrante sur les véhicules.




Seule la gestion de la circulation est saisissante de réalisme. Où que l’on se trouve, celle-ci y est imposante et nous immerge dans la jungle urbaine des métropôles de notre temps. Il faudra donc apprendre à slalomer dans ce flux continu et dans les petites rues afin d’arriver à vos fins. Certes l’on peut reprocher que les conducteurs ne réagissent pas à votre venue, mais l’immersion reste totale. Et il faudra vraiment engendrer un énorme accident pour que le Frame Rate (taux d'images par secondes) vienne à montrer ses limites.


 

Une bande son auxiliant entre l’excellence et le désagréable



Côté son, Microsoft a vu les chose en grand en proposant ici une traduction française impeccable. C’est simple, dialogues et voix sont retranscris dans la langue de Molière, avec un soin tout particulier. Non vraiment, la localisation est irréprochable et on prend goût à écouter tous les protagonistes du jeu. Certes certains accents sont exagérés voir caricaturé, mais cela reste avant tout un jeu de course. Et de ce fait les dialogues n’y sont pas primordiaux. Seules certaines musiques pèchent dans cette bande son jusque la excellente. Trop souvent insipides et sans rythmes, les morceaux laissent place aux rugissement des moteurs, qui comme à l’accoutumé sur Xbox profitent d’un Dolby Digital 5.1 de grande qualité. Vous entendrez, de manières dynamique, vos adversaires vous doublez ainsi que les hurlement des passants effrayés. L’immersion atteint alors son paroxysme, et visiter la ville lumière devient un plaisir non dissimulé.

Point complet
Distrayant et fignolé, Midtown Madness 3 séduira les amateurs de course arcade grâce à ses deux immenses terrains de jeux que sont Paris et Washington. Bien que répétitif en solo, c’est sur son mode Xbox Live que ce troisième opus prend toute sont ampleur, en offrant des challenges rythmés par une concurrence qui est tout comme vous avide de victoire. Dommage que côté réalisation l’ensemble soit relativement inégale, car a n’en pas douter, Midtown Madness 3 aurait pu s’imposer en tant que hit incontesté.

On a adoré :
+ Une jouabilité impeccable
+ Une localisation française complète
+ Le Xbox Live très bien géré
+ L’interaction avec les décors
+ Les contenus téléchargeables
+ Le mode carrière
On n'a pas aimé :
- Des graphismes pauvres
- Un aliasing omniprésent
- Répétitif en solo
- Modélisation approximative des villes


Consulter les commentaires Article publié le 29-07-03 par Goulitch



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019