Test Worms Ultimate Mayhem - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 184 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Worms Ultimate Mayhem



Editeur
Team 17
Développeur
Team 17
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  28.09.2011
  28.09.2011
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Jeu en ligne
Classification PEGI
Prix de lancement
1200 MS Points

Depuis plus de quinze ans, les célèbres vers se livrent une guerre sans pitié sur les différentes consoles. Aujourd’hui, c’est le Xbox Live qui devient leur terrain de jeu, à grands renforts de banana bomb et autres moutons explosifs, avec Worms Ultimate Mayhem. Les fans de la série seront en terrain connu puisqu’il s’agit d’une compilation reprenant Worms 3D et Worms 4 : Mayhem, agrémentés de quelques ajouts. Cet opus se contente-t-il de surfer sur la vague des portages ou apporte-il un vrai plus à la guerre des vers ?

Mort aux vers !




Ayant épuisé les épisodes en 2D à rééditer, la Team 17 s’est attaquée à deux épisodes 3D de la célèbre licence : Worms 3D (sorti en 2003) et Worms 4 : Mayhem (2005), leur offrant une seconde jeunesse sur le Xbox Live. Bien sûr, il est toujours question de décimer l’équipe adverse à l’aide d’un arsenal des plus variés. Ce 2-en-1 se ressent dans le mode solo, plus que fourni, puisque ce sont deux campagnes qu’il faut traverser, soit plus de 70 missions, sans compter les deux séries de défis, le mode partie rapide et le versus. La campagne solo est l’occasion de revisiter quelques événements historiques, des plages du débarquement aux châteaux médiévaux, sans oublier la préhistoire, avec des objectifs variés. Voilà donc de quoi occuper les joueurs solitaires un bon moment… On regrette cependant un manque d’explications sur les bases et l’utilisation des armes, qui peuvent pour certaines paraître obscures pour les néophytes. La 3D chamboule toutes nos vieilles habitudes et demande un moment pour être maîtrisée, en particulier pour atteindre sa cible. Mais une fois l’habitude prise, le jeu s’avère plutôt fun, avec une I.A. globalement correcte. Les déplacements sont un peu plus tendus, notamment pour les sauts, en particulier lors des phases d’exploration du mode solo. La visée s’en voit également compliquée, puisqu’en plus des paramètres habituels (vent et distance) il faut jouer avec la position du vers. Cependant, au moment de tirer, le joueur peut passer dans une sorte de mode sniper assez réussi pour ajuster au mieux son coup.

Certains objets comme le jet pack manquent de précision et viennent compliquer la tâche des joueurs. Du côté de la caméra, il y a encore de gros soucis de plantage dans le décor et de visibilité qui nuisent grandement à la maniabilité des worms, sans compter quelques bugs de collisions. Certes les graphismes ont été (légèrement) remaniés, mais on sent tout de même que les jeux commencent à dater. A cela, il faut rajouter les temps de chargement inexplicablement longs qui ont raison de la patience du joueur, surtout en cas d’échec d’une mission solo. Dans ce cas, on se retrouve expédié dans le menu par un temps de chargement, et rebelote pour retourner dans le niveau. Les défauts des précédents n’ont donc que partiellement été corrigés. On note l’ajout d’une vignette en haut de l’écran pour suivre nos projectiles et leur effet, sympathique mais au résultat un peu brouillon, surtout si on l’ajoute aux difficultés rencontrées avec la caméra et aux déformations du terrain pas toujours bien exploitées. Mais un fois le gameplay 3D pris en main, on retrouve le fun de la série, avec les répliques, toujours aussi drôles, d’autant plus que le joueur a la possibilité de créer sa propre équipe de vers en sélectionnant voix, apparence, costume et même en créant leurs armes. Attention, pour ceux qui rêvent de l’arme ultime, pas de précipitation, car plus on ajoute d’options puissantes, plus l’arme s’alourdit et, passé un certain cap, il est impossible de la finaliser. Il faut donc gérer minutieusement tous les paramètres d’attaque, puis définir son apparence.

Ces améliorations pour les vers s’achètent à la boutique, avec les pièces reçues en jouant. Elles permettent aussi de débloquer certains modes de jeu. Certains accessoires sont réservés aux joueurs ayant débloqué des succès dans les précédents opus. A noter également la possibilité de créer son propre terrain. A plusieurs, Worms reste aussi amusant malgré les difficultés liées au passage en 3D, avec un mode versus, mais surtout le jeu sur le Live. On retrouve les armes déjantées qui ont fait le succès de la licence, avec quelques surprises comme l’enlèvement extraterrestre ou la vieille femme. Les avatars sont aussi de la partie et réagissent en fonction de ce qui se passe sur le terrain, des sauts de joie à l’abattement total, dans la théorie, l’idée est bonne, mais le résultat entretient le côté confus de l’ensemble, surtout que les réactions des worms se suffisent à elles-mêmes. Différentes variantes viennent égayer la partie de base, avec la défense de fort, de statue, le mode survivant ou encore la destruction de la base ennemie. Et pour corser un peu le tout, il est possible de faire appel au Wormpot, une sorte de machine à sous apportant trois modifications à la partie (cependant, il nous a été impossible de trouver cette option... il semblerait qu’elle doive être ajoutée plus tard dans un patch corrigeant quelques soucis techniques et omissions). Malgré le remaniement HD, les graphismes restent en dessous de ce que l’on pourrait attendre, avec des effets d’ombre très pixelisés. Heureusement, le style cartoon réussi aide à les faire passer.

Point complet
Les amateurs de Worms seront certainement ravis de retrouver ces deux épisodes, car le contenu est de taille, tant en solo (avec les campagnes et défis des deux opus) qu'en multi, sans compter la personnalisation des Worms et des terrains. Cependant il reste quelques soucis que le passage en HD n'a pas résolus, en particulier pour la caméra, sans parler des temps de chargement inexplicablement longs. Un temps d'adaptation est nécessaire pour maîtriser les ficelles du jeu, car la 3D chamboule un peu le gameplay. Mais cela reste Worms, toujours aussi fun lors des sessions multijoueur : on prend toujours un plaisir sadique à pulvériser nos ennemis à l'aide de l'arsenal déjanté à disposition !

On a adoré :
+ Toujours aussi drôle
+ Les campagnes et défis
+ Les variantes en multi
+ Contenu conséquent
+ Créer Worms et terrains
+ Graphismes cartoons retravaillés...
On n'a pas aimé :
- Mais qui restent datés
- La 3D pour certains...
- Absence du Wormpot (à venir en MàJ ?)
- Les chargements trop longs
- Problèmes de caméra


Consulter les commentaires Article publié le 20/11/2011 par Julie B.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018