Test Puzzle Quest : Galactrix - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 305 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Puzzle Quest : Galactrix



Editeur
D3 Publisher
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Jeu de rôle (RPG) Puzzle
Statut
Disponible
Date de sortie
  08.04.2009
  08.04.2009
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
1600 MS Points

D3 Publisher avait joué un bien joli coup en proposant Puzzle Quest premier du nom sur plusieurs plateformes, Xbox Live Arcade inclus. Le jeu était répétitif mais très prenant et le mélange de RPG avec du Puzzle-Game rendait le tout très digeste et original. Cette fois, c’est dans l’espace que tout se joue. Le succès sera-t-il encore au rendez-vous ?

Dans l’espace, personne ne vous entendra bâiller…




Dans un très lointain futur aux technologies incertaines, une méga corporation se met en tête d’inventer une nouvelle espèce à base d’expériences ratées et de scénarios de séries B classiques. Alien et Predator peuvent rester chez eux : D3 Publisher a sa propre race alien qui veut décimer le monde. Le héros devra alors tirer au clair cette sombre affaire politico-commerciale et sauver l’espèce humaine d’une éradication nette et violente. Pour cela, il sera aidé de son vaisseau et d’un équipage dont chaque membre a une spécialité. Galactrix reprend le concept de son aîné, mélange de RPG et de Puzzle-Game. Sauf que de RPG, il n’en a que la vocation. On augmente toujours de niveau en fonction des victoires, mais à part cela, terminé les différentes jauges très importantes du jeu. Elles sont présentes, mais leur gestion est totalement dispensable. Désormais il s’agit d’un Puzzle-Game avant tout : décevant. Au niveau du Puzzle Game, il faut savoir que désormais l’espace de jeu est hexagonal.

La bonne idée est de proposer au joueur des gemmes qui, une fois détruites, réapparaissent selon leur sens de destruction. Exemple : si on détruit des gemmes jaunes vers le bas, les nouvelles tomberont du haut de l’écran. C’est simple, mais pas autant que l’on pourrait le penser lorsqu’il s’agit de jouer avec les diagonales et le sens inverse. Il faut toujours connecter trois gemmes de la même couleur pour les faire exploser et en gagner les bonus. Cependant, pour avoir le droit de rejouer, il faut non plus connecter quatre gemmes, mais cinq. Une façon comme une autre de modifier un gameplay qui fonctionnait pourtant très bien dans la première version ! Mais le plus gros problème de ce jeu reste l’intelligence artificielle qui triche à outrance. Qu’elle soit d’un niveau supérieur ou non, l’I.A a toujours de bonnes apparitions de gemmes, des combos à la pelle et autres fioritures qu’on se démène à obtenir sans forcément y arriver. Alors que le joueur sue pour bien jouer, l’I.A abuse de sa patience. Énervant, surtout quand on sait que le premier jeu avait déjà ce défaut à faible dose.

Le titre a beau être raté, il n’est pas mauvais pour autant. Les débutants qui n’ont jamais joué au premier épisode sauront s’y retrouver avec des bases bien construites malgré tous les défauts. Mais on est à des années lumières (c’est le cas de le dire !) du premier opus et de son inventivité de tous les instants. À vouloir trop en faire, Galactrix s’effondre comme un château de cartes auquel on aurait voulu rajouter un dernier étage en sachant pertinemment le risque que l’on prenait. Les bons points sont pourtant nombreux : plusieurs types de mini-jeux sont disponibles permettant à la répétitivité des actions d’être beaucoup moins ennuyante. Mais les musiques sont assourdissantes et la voix féminine qui nous accompagne n’est pas non plus à la hauteur. Sans doute traduite en français par une doubleuse allemande, la voix nous informe de notre victoire avec un fort accent ridicule. Bref, c’est aussi au niveau du rythme que rien ne va. Mais des solutions existent. Il suffit de couper la musique, de se brancher la radio ou sa playlist préférée et d’enchaîner les missions. Le scénario est intéressant, la découverte des mondes pirates et marchands n’est pas des plus banales et le système de jeu à base de portails à ouvrir pour se rendre sur d’autres planètes est très original. Bref, il y a aussi du bon dans Galactrix. Mais cela aurait pu être tellement mieux !

Point complet
Ce Galactrix fait pâle figure devant son aîné. Beaucoup moins entraînant, musicalement raté, à l’ambiance pesante et beaucoup trop froide pour être bien jouée, Puzzle Quest loupe sa seconde entrée sur le Xbox Live Arcade. Pire encore, l’ordinateur ne fait que tricher à longueur de temps. C’était excusable dans le premier opus, mais là c’est vraiment flagrant. Dommage !

On a adoré :
+ Le nouveau gameplay
+ L’ambiance Sci-Fi
+ Les différents mini-jeux
On n'a pas aimé :
- On s’ennuie ferme !
- L’ordinateur triche beaucoup trop
- Des bases RPG presque disparues


Consulter les commentaires Article publié le 12-05-09 par William B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020