Test Comix Zone - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 227 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Comix Zone



Editeur
Sega
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  10.06.2009
  10.06.2009
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
400 MS Points

Comix Zone fut une grande révolution sur Megadrive lors de sa sortie. Complètement original, le jeu proposait un aspect graphique différent des autres productions de Sega. Le titre fera-t-il tout autant son effet sur le Xbox Live Arcade ? Rien n’est moins sûr !

Quelques cases en moins…




Créé en 1995 par Sega pour sa console phare de l’époque, la Megadrive, Comix Zone est emprunt d’un style créatif très particulier. Imaginé par Stieg Hedlund, connu aussi pour la série des Tom Clancy’s de Red Storm Entertainment et pour son travail sur Diablo 2 et StarCraft avant de rejoindre Perpetual Entertainment, Comix Zone vaut autant pour ses graphismes que pour ses musiques. Composées par Howard Drossin (Afro Samurai, Vigilante 8, Sonic Spinball ou encore le futur Splatterhouse), elles donnent un style américain indéniable à l’ambiance très bande dessinée du jeu. En effet, la particularité principale de Comix Zone c’est de se dérouler dans un véritable Comics. Avec ses pages, ses bulles et son environnement fait de cases et de pages à tourner. Le jeu se sert d’ailleurs largement de cet effet. Ainsi, le personnage peut, avec une approche très beat’em all, détruire les lignes blanches qui séparent un décor de l’autre et jouer avec les codes de cette lecture très appréciée des fans de supers héros. On se retrouve donc sans mal avec un jeu artistiquement très réussi qui fait réellement honneur au média dont il s’inspire allègrement.

Sketch Turner, un dessinateur de comics en mal d’inspiration, se retrouve téléporté dans sa propre création par Mortus, le méchant venu tout droit de sa propre imagination. Pour en sortir, il devra à l’aide du joueur vaincre tous les ennemis qui lui barrent la route. On perd une vie ? Une main vient nous effacer pour nous redessiner en début de niveau. Aussi, les bulles de dialogues sont présentes pour ponctuer le scénario de quelques blagues originales. Le héros est aidé par un rat dans sa quête, ce qui n’est clairement pas des plus classiques dans un jeu du genre. Tout au long des trois grands environnements à découvrir, le joueur découvre plusieurs bonnes surprises venant relancer l’intérêt du titre. À l’époque, le jeu fut accueilli avec beaucoup d’intérêt par la critique. Les joueurs étant déjà bien moins intéressés par ce titre conceptuel et surtout très difficile à une époque où le jeu vidéo coûtait déjà cher et où choisir sa cartouche des trois prochains mois était un véritable casse-tête.

Bulle bizarre…




Le gameplay est varié avec ses coups de poings et de pieds très violents. Les sons dynamisent les actions à la perfection pour un rendu violent encore plus prononcé malgré l’absence de sang ou de quoi que ce soit d’interdit à la vue des adolescents d’autrefois. Seul problème : le jeu est d’une difficulté déconcertante. La barre de vie descend à vue d’œil et les énigmes sont parfois tellement irritantes que recommencer un niveau tient de la gageure. C’est en premier ce qui fait de Comix Zone un jeu difficile d’accès pour les nouveaux joueurs. Mais sur Xbox live Arcade, le manque d’intérêt est tout autre car, pour pallier la difficulté du jeu, les développeurs proposent trois slots de sauvegardes rapides à utiliser n’importe quand au cours de la partie.

Le véritable souci de cette réédition, c’est le prix demandé, 400 Microsoft Points, pour se procurer le titre alors que pour moins de 40 € (voire bien moins en cherchant un peu) la compilation Megadrive sortie sur Xbox 360 offre quarante jeux incontournables dont celui-là, qui revient à peine à un euro sans compter les bonus proposés. Comme pour Phantasy Star II, on ne comprend absolument pas la politique de Sega à ce sujet. Sortir Comix Zone sur Xbox Live Arcade, traduit tout de même en français pour la bonne nouvelle, est un choix plus que déconcertant. On ne sait pas si nous avons affaire à une pure moquerie ou à un planning mal alambiqué, mais l’arnaque est bel et bien présente. Dommage, car tout comme pour Phantasy Star II et quelques autres titres débarqués sur le Xbox Live Arcade, les jeux en pâtissent grandement. Sega fusille ses bons jeux d’antan en place publique pour quelques Microsoft Points sans même proposer de retouches esthétiques ou de bonus. Si les joueurs avaient un droit de parole, ils seraient sans aucun doute les premiers à s’acheter une seconde compilation Megadrive avec de nouveaux titres qui mettraient encore une fois tout le monde d’accord.

Point complet
Le jeu est bon, très bon même, mais cette adaptation Xbox Live Arcade ne mérite pas du tout le tarif qui lui a été attribué. En effet, les développeurs n’ont fourni aucun effort puisque le titre, qui est présent dans la compilation Megadrive, est ici proposé sans aucune retouche graphique et sans aucun bonus. Il ne satisfera que ceux qui ont des points en trop ou les chasseurs de succès. Même s’il profite d’une localisation (en français donc), on ne peut s’empêcher de penser que cette réédition XLA sent tout de même l’arnaque. Préférez-y la compilation, de loin !

On a adoré :
+ Entièrement en français
+ Artistiquement très réussi
+ Un gameplay de qualité
+ Les sauvegardes !
On n'a pas aimé :
- Déjà présent dans la compilation Megadrive
- Rapport prix/travail fourni incohérent
- Aucun lifting quelconque


Consulter les commentaires Article publié le 02-07-09 par William B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019