Test Hunter the Reckoning : Redeemer - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 298 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Hunter : the Reckoning Redeemer



Genre
Beat'em All
Statut
Disponible
Date de sortie
  21.11.2003
  28.10.2003
  22.01.2004
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Contenus
Classification PEGI
Son
5.1

Cela fait maintenant plus d'un an que Hunter premier de nom est sorti sur Xbox. Depuis lors, nombre de concurrents se sont également retrouvés sur la console de Microsoft mais il reste encore sur le podium des meilleurs hack and slash de la Xbox. Le succès de ce premier épisode provenait avant tout de son gameplay à la fois simpliste et très fun, d'un mode multi-joueurs particulièrement jouissif et d'une durée de vie acceptable. C'est donc avec intérêt que l'on se tourne vers ce deuxième volet que le développeur annonçait nettement meilleur que le premier.

 

Arschroft fait encore des siennes !





Depuis maintenant plus d’un siècle, la ville nord-américaine d’Arschroft subit d’étranges événements, des événements tout droit sortis de l’enfer ! Arschroft qui, au départ était une cité ouvrière, a connu nombre de faits sordides qui on fait d’elle un cimetière qui continue à gonfler chaque jour ses effectifs. Il y a cinq ans, la ville a subi une véritable invasion de morts-vivants entraînant des milliers de victimes. Elle ne dû son salut qu’à l’intervention de quatre hunters dont le père Esteban Cortez qui remirent de l’ordre dans cet endroit maudit. Aujourd’hui, de nouvelles agressions ont eu lieu et une véritable guerre se prépare ! Le père Esteban et sa jeune assistante Kaylie, petite fille que nous devions sauver des griffes d’un nounours enragé dans le premier Hunter, sont de retour pour sauver une nouvelle fois Arschroft.

Les cinq héros disponibles dès le début de l’aventure ont chacun des caractéristiques et un style de combat particulier. En dehors de Kaylie, le rédempteur, qui s’avère être particulièrement efficace au corps à corps on retrouve aussi Spenser, le vengeur, qui est bien sur le bourrin de service, mais aussi Samantha, le défenseur, qui propose une bonne moyenne dans les trois caractéristiques que sont magie, corps à corps et attaque à distance. Il y a toujours la très charismatique Kassandra Cheyung, martyr, qui se révèle être une nouvelle fois dévastatrice dans les attaques à distance, et enfin le père Esteban qui lui continue à user et même abuser de ses pouvoirs magiques. Bref une bonne équipe, pas très tactique je vous l’accorde mais qui continue à être efficace. A cet état des faits de personnages carismatique nous regretterons la voix et la démarche de Kaylie qui enlève malheureusement beaucoup de son charme…

 

Et c’est parti pour la boucherie...



Je rappel le but du jeu pour ceux qui n’auraient jamais joué au premier épisode… En fait, Hunter Redeemer est un simple hack and slash dans lequel vous nettoierez des boulevards entiers de créatures toutes droit sorties de l’enfer. Ne cherchez pas la moindre tactique, il n’y en a pas. Comme le veux ce type de soft, plusieurs chemins pour arriver à vos fins vous sont offerts. En passant par la possibilité de nettoyer consciencieusement vos ennemis à distance, charcuter à la hache au milieu des rangs de morts-vivants, envoyer une quelconque magie pour affaiblir la horde de monstres ou bien ecore pomper leur énergie, toute action sera bonne pour mettre fin à cette malédiction. Bien sur, il y a toujours quelques missions à accomplir par ci et par là qui se révèlent être en général bien originales mais l’essentiel de vos occupations résidera bel et bien dans l’apprentissage du démembrement en chaîne…



La maniabilité du premier opus étant conservée, il est toujours aussi aisé d’enchaîner les combos et de traverser les niveaux à la recherche de nouvelles victimes. Des victimes qui vous seront d’ailleurs bien utiles car si vous voulez bien évoluer, et donc avoir plus de facilité dans les missions suivantes, il vous faudra tuer nombre de créatures infernales et bien ratisser tous les niveaux… Un concept de jeu très simple mais au final merveilleusement efficace octroyant au jeu un petit côté RPG très bien pensé mais hélas trop limité. Limité, c’est aussi le mot qui nous vient à la bouche quant on regarde la durée de vie du jeu. Certes, il y a vingt immenses niveaux bien remplis de monstruosités mais le jeu se révèle être hélas extrêmement facile, ce qui fait que le terminer est loin d’être un challenge. En effet, il vous faudra compter entre six à dix heures pour relever le défi. Heureusement pour Hunter the Reckoning : Redeemer, le fun et que le mode coopération jusqu'à quatre joueurs sont toujours présent. Un mode coop qui demeure toujours aussi efficace, vous proposant de vivre la même aventure qu'en solo, et que vous rejouerez de nombreuses fois avant de ranger le jeu dans votre armoire…Si la possibilité de jouer avec ses amis est une nouvelle fois des plus réussi, on remarque l'absence d'un mode de jeu en ligne. Alors qu'Hunter Redeemer s’y prêtait si bien, seule la présence d'un simple téléchargement de contenu vraiment peu intéressant, dommage.

 

La beauté ne fait pas tout…mais quand même :



En dehors d’une ambiance terrible et nauséabonde, d’un scénario pas mal pensé et d’un fun permanent, Hunter the Reckoning : Redeemer possède avant tout une réalisation graphique rarement vue dans ce type de jeu. En effet, jamais arpenter les rues enneigées et remplies de monstres en tous genres n’aura paru si réaliste, d’autant plus que les effets lors des magies sont très colorés et bien pensés. Sans oublier la météo et les flammes extrêmement réalistes ou encore la profondeur des décors qui vous en mettront plein la vue ! De plus les niveaux sont très variés et passer d’un parc enneigé à une ruelle décorée sur le thème de Noël pour finalement se retrouver dans des usines de production ne fera qu’agrandir votre stupéfaction quant à la magnificence des graphismes. Côté modélisation du plus que correct pour les monstres et du très bon pour les héros et éléments du décors. Regrettons cependant l'aspect esthétique des cinématiques qui, utilisant le moteur du jeu, s'avèrent assez mal réalisées et plutôt mal pensées. Seule celle de l'introduction, qui rappelle énormément celle du premier Hunter, est de bon aloi.

On retrouve également une bande sonore ma fois fort bien rythmée et nous faisant bien entrer dans l’ambiance et cela même si elle est un peu répétitive. Côté bruitages, ceux des armes s’avèrent être très convaincants et réalistes ainsi que pour les explosions et les agonies de monstres. Les doublages ne sont certes pas au top mais ils s’en sortent plus que bien sauf pour Kaylie qui, comme mentionné précédement, se voit hériter d’une voix vraiment douteuse…



Pour ceux qui ne connaissent pas trop le genre, Hunter the Reckoning : Redeemer peut représenter une bonne entrée en la matière et mériter l’achat et cela malgré une durée de vie solo assez courte. Le multi saurait vous amuser pendant des soirées entières à lui seul encore faut-il avoir du monde avec qui jouer. Et oui, le Live aurait pu amplement faciliter la chose mais probablement qu’Hunter deuxième du nom est précoce et donc sorti un peut trop tôt en cette occasion des fêtes de fin d’année. Enfin, il y a ceux qui adorent et ceux qui ne trouvent aucun intérêt dans ce style de jeu, à vous de voir…

Point complet
Possédant un moteur graphique haut de gamme, une jouabilité efficace, une bande son bien réalisée et un scénario qui se révèle être à la hauteur de nos espérances, Hunter the Reckoning : Redeemer a beaucoup d’atouts de son côté. Reste que tout le monde n’apprécie pas le genre et que la durée de vie fait un peu tâche à ce joli tableau. On attend une suite avec impatience...

On a adoré :
+ Graphismes réussis
+ Effets graphiques
+ Modélisation des persos
+ Maniabilité
+ Bruitages et musiques
On n'a pas aimé :
- La durée de vie
- Pas de Live!
- La voix de Kaylie
- Cinématiques


Consulter les commentaires Article publié le 03-01-04 par Rédempteur



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020