Test Harry Potter et la coupe de feu - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 329 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Harry Potter et la Coupe de Feu



Développeur
Electronic Arts
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  10.11.2005
  08.11.2005
Nombre de joueurs
1 à 3
Classification PEGI
Son
Dolby Digital

On le sait, jeu vidéo et licence cinématographique font rarement bon ménage. Néanmoins Electronic Arts nous a habitué à des titres estampillés Harry Potter relativement corrects ces dernières années, et c’est donc avec une certaine curiosité que nous attendions l’arrivée de La Coupe de Feu sur Xbox.

Le petit Potter illustré, volume 4







Alors que le film est sorti le 30 Novembre dans les salles obscures, le jeu est lui disponible depuis quelques jours et les fans d’Harry Potter se sont sans doute rués dessus sans attendre notre test. L’avantage du produit à forte licence est que, quelles que soient ses qualités, les ventes seront élevées. Heureusement quand on est l’éditeur numéro 1 mondial on dispose d’un budget suffisamment conséquent pour acheter la licence et payer tout ce qu’il faut aux développeurs. Voilà pourquoi La Coupe de Feu est un titre intéressant. Reprenant la trame du film, il n’en contient pourtant aucune image et ce afin de préserver la surprise pour tous les fans du jeune sorcier. L’histoire est donc narrée à travers de très courtes cuts-scenes faites maison entre chaque niveau. Niveaux relativement peu nombreux mais dégageant chacun leur propre ambiance et étant suffisamment vastes pour que l’on ne s’ennuie pas. Le déroulement du jeu est agréable bien qu’il puisse sembler fort répétitif. Au début de chaque niveau le joueur doit choisir le personnage à incarner : Harry, Hermione ou Ron. Les deux personnages non choisis sont contrôlés par l’IA ou par d’autres joueurs humains. En plus de choisir votre sorcier vous devez aussi choisir les cartes a assigner à vos personnages. En effet, à la fin de chaque niveau vous pourrez gagner des cartes vous donnant diverses capacités (endurance augmentée, sort plus puissant, sort touchant plus d’ennemis simultanément, etc). Pour acheter celles-ci il faudra avoir suffisamment de dragées. Il s’agit d’une monnaie qui s’obtient par exemple en détruisant un élément du décor ou un ennemi. Chaque personnage peut avoir trois cartes de capacités et il faut donc constamment varier entre sorts puissants et résistance accrue de votre trio.

Un Potter plus mature





Pour accéder à un niveau suivant, un nombre de “boucliers” est requis. C’est pourquoi il est nécessaire de revenir dans les niveaux déjà finis pour trouver des chemins différents ou des objets permettant d’atteindre un bouclier. Déverrouillez les premiers niveaux n’est pas une tâche bien difficile mais les deux derniers niveaux nécessitent déjà beaucoup plus de temps. Ce qui donne au jeu cette impression parfois désagréable d’aller-retour, de déjà vu mais également sa durée de vie honnête (une dizaine d’heure).

Par rapport aux volets précédents, EA a joué la carte de l’action au détriment de la plate-forme. Les sorts d’attaques lancés via la touche A sont donc utilisés à foison au cours des 11 niveaux. Ils sont bien souvent combinés à des sortilèges via la touche X. Ces derniers varient en fonction du contexte, la plupart du temps permettant de faire léviter des éléments du décor mais pouvant aussi servir à faire pousser des plantes ou à tirer au jet d’eau par exemple. La touche Y sert quant à elle à faire un accio, c’est à dire à attirer des petits objets vers soit (les fameuses dragées mais également de la nourriture augmentant votre santé). Le bouton B permet d’activer le mode Magicus Extremos qui dope la puissance des sorts du groupe pendant un court moment. Dans les trois tâches du Tournoi des Trois Sorciers d’autres actions comme voler ou nager sont effectuables via la gâchette droite et apportent un peu de variété au gameplay. C’est donc une jouabilité très facile d’accès et bien étudiée que nous ont servi les développeurs. Hélas les angles de caméra sont parfois à la rue et il faut souvent les replacer via le stick droit. A ce premier bémol vient s’ajouter une précision des mouvements et des sorts pas toujours au rendez-vous. Cela peut parfois s’avérer agaçant. Agaçant est aussi le mot à utiliser pour décrire l’intelligence artificielle de vos amis sorciers. Plusieurs fois dans le jeu vous aurez besoin d’unir vos forces pour soulever des objets, mais parfois l’un des personnages contrôlés par l’IA ne lancera pas son sort ou mettra un temps fou à comprendre qu’il faut qu’il vous aide à soulever l’objet. Citons également le personnage qui reste bêtement bloqué contre une plante qui lui barre le passage pourtant large de trois ou quatre mètres et vous comprendrez que l’IA aurait mérité quelques semaines de travail supplémentaires.

Plan à trois







La solution pour contourner ce problème est d’inviter deux amis chez soit pour jouer au jeu en coopération. L’une des meilleures idées du jeu est en effet la possibilité d’offrir à chaque joueur la possibilité d’incarner un personnage. Pour peu que vous soyez fans de l’univers Harry Potter il y a fort à parier que vous allez trouver le jeu à plusieurs vraiment fun. Et qui sait, peut-être crierez vous un Wingardium Leviosa en lançant votre sort de lévitation ! En parlant de cris, venons-en à la bande-son du jeu. Sans être transcendantes les musiques sont suffisamment travaillées pour dégager une certaine atmosphère. Dans la forêt maudite par exemple, la musique met bien dans l’ambiance. Les voix françaises sont les mêmes que celle du film donc rien à dire pour le ton et la fidélité au long métrage. En revanche les personnages ont assez peu de répliques.

Graphiquement parlant La Coupe de Feu a de l’allure. Doté d’excellents effets de lumières (heureusement vu le nombre de sorts magiques que vous débiterez à la minute), le jeu brille aussi par une modélisation des personnages de qualité et des décors relativement détaillés en plus d’être variés. Un bon point donc.

Point complet
Harry Potter et la Coupe de Feu est à l’image des autres épisodes de la série : sympathique mais non dénué de défauts. Plaisant à regarder comme à jouer (l’orientation action et le système de capacités spéciales à acheter est intéressant), le jeu d’Electronic Arts pêche par une intelligence artificielle défaillante, des angles de caméra pas toujours judicieux et un aspect répétitif trop prononcé sur la fin. Son mode coopération à trois joueurs est en revanche une excellente idée.

On a adoré :
+ Bons graphismes
+ Mode coop à trois
+ Agréable à jouer
+ Système de capacités
On n'a pas aimé :
- Répétitif sur la fin
- IA médiocre
- Angles de caméra pas toujours au top


Consulter les commentaires Article publié le 02-12-05 par Nicolas T.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020