Test Harry Potter : Coupe du Monde de Quidditch - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 299 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Harry Potter : Coupe du Monde de Quidditch



Développeur
Electronic Arts
Genre
Action Sport
Statut
Disponible
Date de sortie
  06.11.2003
  28.10.2003
Nombre de joueurs
1 à 2
Classification PEGI
Son
5.1

En l'absence d'un troisième film à se mettre sous la dent, Electronics Arts choisit cet hiver d'exploiter en profondeur le filon Harry Potter. En développant dans l'univers du célèbre sorcier, l'éditeur américain nous propose de prendre part à la coupe du monde de Quidditch. Et oui, le désormais célèbre sport inventé par J.K Rolling arrive sur Xbox avec un titre non dénué d'ambitions et de potentiels. Alors, pure exploitation marketing ou réel jeu de sport à part entière, réponse tout de suite dans ce test.

 

Quand Harry prend son envol…





Avant d'aller plus loin dans l'étude de ce Harry Potter : Quidditch World Cup, nous devons éclairer quelques points concernant ce sport qui, si il a sa coupe du monde, à des règles aussi compliquées que le rugby. Le quidditch oppose donc deux équipes, composées chacune de sept sorciers qui se disputent trois balles aux propriétés diverses à savoir le Souaffle, les cognards et le primordiale vif d’or. Chacune des équipes dispose de plusieurs classes de joueurs. Trois poursuiveurs sont dévolus à la conquête du Souaffle, afin d'aller marquer dix points dans l'en-but adverse, en faisant passer la balle au travers de l'un des trois anneaux, tenant lieu ici de cage. Deux batteurs on eux le rôle hautement intellectuel de frapper (un peu comme au base-ball) dans un des cognards, afin de faire chuter les attaquants concurrents. Enfin, outre le sempiternel gardien, il y a l’attrapeur. Son objectif est dénué de toutes pensées de score puisqu'il devra tout au long du match poursuivre le minuscule vif d'or, sachant que l’attrapeur s'en emparant fait gagner automatiquement son équipé et ce, quelque soit le score. La chose étant précisée, voyons désormais l'adaptation de ces règles farfelues en jeu vidéo. Le challenge d’Electronics Arts était osé, mais on peut au final dire qu'il n'était pas aussi impossible que l'on voulait bien le croire.

En effet, les règles originales nées de l'esprit inépuisable de l'anglaise J.K Rolling, sont très fidèlement retranscrites, et les fans des films voir même des livres retrouveront vite leurs marques. La seule chose qui change par rapport au déroulement original, est la gestion du vif d’or. En effet, les matchs se scindent en deux parties. D’une part le Quidditch classique où ici vous incarnez les poursuiveurs et cogneurs dans le but de marquer le plus de points possible. Chaque but marqué a pour effets d’augmenter une jauge en haut de l’écran. Celle-ci est la même pour les deux équipes. Il faudra attendre que les deux jauges se rejoignent pour que le vif d'or apparaisse. Le match rentre alors dans son ultime phase. Chaque attrapeur devra suivre et s’emparer du vif d'or. Pour cela une seule solution, le rattraper. Et c'est ici qu'est pris en compte le nombre de buts marqués par votre équipe. En effet, la jauge remplie est dans cette partie dévolue au boost dont dispose votre balai (je sais c’est un concept un peu speciale). Ainsi, plus vous marquez de points, plus vous aurez de boost par rapport à votre adversaire. Mais rassurez-vous, vous pourrez reremplir en permanence votre jauge, en suivant la traînée laissée par le vif d'or, qui semble-t-il est un très bon carburant pour votre Nimbus 2000.

Côté maniabilité, nous devons avouer avoir été agréablement surpris. Harry Potter : Quidditch World Cup se joue très bien, et ce malgré les multiples actions possibles. Et cette simplicité s'explique par certains choix. En effet, en cours de match vous ne gérez en aucune façon la hauteur de votre balai, celle-ci se réglant automatiquement en fonction de la hauteur de la balle poursuivie. Même chose pour la course au vif d'or. Votre personnage le poursuit comme s'il était sur un rail, ne pouvant s'éloigner d'un tracé déterminé. De fait, jouer à Harry Potter : Quidditch World Cup est d'une extrême facilité. Les passes s'enchaînent sans encombres, marquer est d'une aisance déconcertante, tout comme les coups spéciaux qui une fois actionnés laissent juste la place à une cinématique pré calculée. Bref on est dans du très grand public, ce qui pourra en décevoir certains, mais qui ravira la plupart des jeunes joueurs, public visé ouvertement par l'éditeur.



 

Modes de jeux : Harry dans le désert de Gobi ! :



Au niveau des mode de jeux, on peut dire que Harry Potter : Quidditch World Cup ne s'embarrasse pas de fioritures. C'est simple, il n'y en a que deux, si l'on excepte le très classique mode deux joueurs en écrans séparés. Le premier, intitulé coupe Poudlard est en fait un énorme dictaticiel organisé autour de la coupe annuelle de la célèbre université des sorciers. Vous pourrez y incarner toutes les équipes de Poudlard, que ce soit Gryphondor ou le frère ennemi Serpentard. Vient ensuite le mode coupe du monde. Là, plus question de petites équipes d'universités, vous devrez choisir une équipe nationale parmi de grandes nations telles que la France, l'Angleterre, les États-Unis où le Japon. Ensuite,... Eh bien c'est tout ! Autant dire que la quête principale ne vous retiendra qu'une petite dizaine d'heures, et qu'il faudra avoir de nombreux potes pour faire perdurer le Quidditch dans son mode deux joueurs.

 

Du Quidditch comme au cinéma...



Heureusement, côté graphismes Harry Potter : Quidditch World Cup reprend des couleurs. Malgré un titre destiné à toutes les plates-formes du marché, Electronic Arts nous offre là un jeu des plus travaillé, s'inspirant ouvertement et licence en poche des scènes des deux premiers films sortis sur grand écran. Les arènes sont formidablement bien modélisées, et mention spéciale aux divers stades créés pour chacune des équipes nationales. Toujours très beaux et colorés, ils respirent la gaîté et il est bien dommage de ne pas pouvoir s’arrêter pour en admirer les nombreux détails. En ce qui concerne la modélisation des équipes, le constat est tout autant élogieux. Chaque personnage est modélisé avec soin et pas un membre d'une équipe ne ressemblera à un autre. Chaque nationalité dispose en outre de son design bien particulier, que cela aille de la morphologie des joueurs, à leurs coups spéciaux souvent tiré de leurs sports nationaux.

On pourra cependant reprocher un manque d'originalité certains dans la réalisation du titre. Certes c'est beau, mais l'ensemble manque d'effets spéciaux et de détails qui laissent rêveur. De même, on pourra regretter le manque de soin apporté à quelques personnages. Ainsi certains héros tels que Harry ont un visage étrange lorsqu'il parle, et nous ne parlerons même pas de Ron et Hermione qui eux font peur quand ils encouragent leurs camarades. Néanmoins, tout ceci reste anecdotique et n'entache en rien le plaisir de jeu ressentit à bord de notre balai magique.

 

Une bande Sonore semi officielle :





Et oui, chose quasi exceptionnelle chez Electronic Arts, le jeu ne dispose pas des voix officielles du long métrage. Bien que les doublages français soient très approchants, nul besoin de sortir de polytechnique pour constater que certains personnages n'ont pas été gratifiés de leurs timbres de voix habituel. Heureusement cela n'est pas le cas pour les musiques. Celles-ci sont fabuleuses car, vous vous en doutez, directement issues du film. L'ambiance est des lors survoltée, le tout alimenté par des commentaires toujours en phase avec l'action mais qui ont la fâcheuse manie de devenir répétitifs voire même exaspérants...

Point complet
Harry Potter : Quidditch World Cup s'inscrit donc dans la très récente lignée des jeux à licences réussis. Offrant une extension plus que probante à l'univers du jeune sorcier, le titre d’Electronics Arts interpelle par son dynamisme et son ambiance. Disposant d'une maniabilité impeccable et d'un gameplay accrocheur, Harry Potter QWC séduira aussi bien les hardcores gamers, que les novices de la manette. Il faudra cependant être un fan incontesté de la licence Warner Bros, pour revenir sans cesse sur le titre, celui-ci se révélant pour les néophytes de Poudlard vite répétitif, voir même ennuyeux.

On a adoré :
+ Les musiques envoûtantes
+ La maniabilité
+ Les Graphismes soignés
+ Son accessibilité
+ Le look des équipes
On n'a pas aimé :
- Manque d’effets spéciaux
- Une durée de vie trop courte
- Absence de variété dans le gameplay
- Le système des super coups
- Pas assez de mode de jeux
- Pour les fans


Consulter les commentaires Article publié le 17-11-03 par Damien S.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020