Test Flat-Out - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 242 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Flat Out



Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  05.11.2004
  12.07.2005
Nombre de joueurs
1 à 8
Online
- Jeu en ligne
Classification PEGI

La mode du « crash tes amis en voiture » accueille un nouveau venu sur Xbox et PS2. Ce FlatOut a déjà largement flatté nos mirettes avec des vidéos rythmées et de jolis screnshots, mais maintenant il s’agit de passer l’examen final… Je parle bien sur de la pratique. Point besoin de code de la route pour se frotter au soft, ni même d’instructeur, de toute façon il ne resterait pas longtemps à vos côtés, vous comprendrez vite pourquoi. Malgré tout l’examen sera difficile car dans l’ombre rôde un certain Burnout 3 qui a reçu un accueil exceptionnel d’une grande majorité de joueurs. Alors si vous êtes prêts à broyer de la tôle, attachez votre ceinture, c’est parti !



Un retour aux sources ?




FlatOut rappelle sans conteste le fabuleux (pour ma part) Destruction Derby sur PSone. Premièrement par l’aspect de ces voitures de stock-car aux suspensions molles au possible, à la direction douteuse, et qui ont une fâcheuse tendance à sous-virer et perdre la majorité des éléments de leur misérable carrosserie. Deuxièmement par l’aspect réaliste des chocs et de la vitesse (point d’effets de lumières bluffant dans ce soft) ainsi que par la présence de modes de jeu pour le moins singuliers. S’agit t’il d’une simple et pâle copie pour autant ? La réponse est non. FlatOut possède une ambiance propre et apporte un bon compromis à Burnout 3, tout en proposant un challenge à la hauteur des joueurs désireux de finir complètement le titre. Voilà pour les présentations générales, passons maintenant au contenu.

Le mode solo proposé se décline en deux versions, en fait deux difficultés : le mode débutant et le mode professionnel. Autant vous avertir tout de suite, si vous optez pour le mode professionnel, c’est pour le meilleur comme pour le pire, mais surtout le pire… Les voitures sont dix fois plus difficiles à conduire et l’ordinateur vous laissera souvent sur place… ou bien dans un mur. Si vous passerez sans trop de problème la catégorie bronze qui comporte neufs courses, la catégorie argent vous fera cracher la terre que vous aurez durement avalé précédemment. Quant à la catégorie or, même pas la peine d’y penser, un véritable massacre mécanique. Dans chacune des catégories, vous verrez apparaître des courses bonus, spécialité épicée de FlatOut dans lesquelles vous trouverez des arènes, des circuits courts et des jeux de fléchette, bowling, saut en hauteur etc. Je vois d’ici votre œil interrogateur, des fléchettes ? En fait c’est le conducteur de la voiture qui fait office de fléchette, il s’agit alors de se crasher violemment, ce qui a pour effet de propulser le pilote hors du véhicule… La crise de rire assurée.

En tout, trente six circuits classiques et douze bonus vous attendent, jonchés de pièges, de raccourcis et d’objets traînant au milieu de la route. Pour les voitures, elles sont au nombre de seize, de puissance et de taille variable mais surtout customisables ! En effet les victoires et les crashs rapportent de l’argent, qu’il est possible de réinvestir dans un nouveau véhicule ou dans de l’équipement (moteur, pneus, suspension, carrosserie, etc.). Malheureusement les changements ne sont pas tous détectables en course et c’est principalement la puissance des voitures et celle des freins qui avantageront le joueur. Mais il faut avouer que pour un jeu largement axé arcade, ce petit plus est fort sympathique. Une bonne carrosserie vous permettra par exemple de survivre dans les arènes pour accumuler encore plus de monnaie. Sachez qu’il vous faudra accumuler un bon petit pécule pour pouvoir vous offrir la meilleure des seize épaves sur roulette, la modifier à votre guise, pour enfin la broyer sans regret contre vos adversaires.

Un sacré moteur de jeu !




La grande qualité de FlatOut réside principalement dans son excellent moteur de jeu, qui autorise la destruction de tout se qui se trouve à l’écran. Plus la course progresse et plus le sol est jonché de débris susceptibles de vous faire perdre non seulement votre trajectoire, mais aussi la course. Les effets de particule rendent très bien le côté « jouons dans la boue » et les passages sur bitume offrent une bonne sensation d’adhérence. Il est regrettable cependant de ne pas pouvoir participer aux courses sous certaines conditions météorologiques, pas de pluie donc, ni de brouillard ou même de nuit. Certains circuit se font sur neige mais, bien que les monstres mécaniques aient plus de mal à s’arrêter une fois lancés, c’est plus un changement de décor qu’autre chose. Pas de réelle variété des circuits non plus, mais ils regorgent tous de raccourcis plus ou moins dangereux à emprunter.

Les graphismes ne vous feront pas sortir les yeux du crâne mais reste tout à fait honnêtes. Rien à dire de particulier sur ce point si ce n’est que leur sobriété (comprenez l’absence d’effets visuels et non pas un quelconque côté alcoolisé) offre au soft un côté très terre à terre. Côté musique c’est assez varié, bien que les groupes soient pour la plupart d’illustres inconnus, pas toujours de qualité (enfin, ca dépend des goûts) on oscille en général entre le métal et la pop un peu déjantée… Dommage qu’il soit impossible d’ajouter ses propres mélodies.

Du multi sinon rien...




Pour les abonnés au Live, le jeu pourrait être excellent… Pourrait oui. En effet la concurrence signée Halo 2 est rude en ce moment, trouver des joueurs sur FlatOut relève alors du défi permanent. Ajoutons à cela des problèmes de stabilité dans la connexion, ce qui, bien qu’il n’y ai jamais de méchant lag, perturbe quand même un peu les parties. Si par contre vous trouvez une partie stable, avec suffisamment de joueurs, préparez vous à rire un bon coup ! Personne ne fait la course, le but étant le plus souvent de ruiner celui qui à le malheur de rater un virage, et il ne faut qu’un ou deux tour pour que toutes les voitures se transforment en épaves incontrôlables et flamboyantes. L’interface est simple et plutôt efficace, autorisant la recherche de parties en fonction de la langue et la consultation des classements. Bref, pas mal du tout, ce mode de jeu mérite d’être légèrement amélioré pour régler les problèmes de stabilité et attirer plus de monde… Allez, s’il vous plait, un petit téléchargement en ligne et on en parle plus !

Point complet
Si FlatOut est un bon jeu, assez complet dans l’ensemble, il pêche néanmoins sur certains points par des erreurs que je qualifierais de jeunesse. Au milieu d’un tas de très bonnes idées, on trouve un mode solo long mais assez austère, un mode Live pas optimisé, des graphismes légers… Le jeu est tout de même extrêmement sympathique, notamment avec ses mini-jeux délirants, et offrira à son acquéreur de bonnes heures de franche rigolade, d'où cette note d'intérêt… C’est déjà pas mal après tout, et allez, je prends le pari qu’un FlatOut 2 viendra prochainement casser la baraque.

On a adoré :
+ Bon compromis pour les allergiques à Burnout 3
+ jugé parfois trop arcade
+ Un moteur physique génial
+ Des mini-jeux novateurs
+ L’esprit Destruction Derby
+ Perdre votre conducteur en cas de choc violent
On n'a pas aimé :
- Des musiques inégales, et on ne peut pas les changer
- Les types de circuit manquent de variété
- Pas de conditions climatiques
- Le mode Live pas très stable


Consulter les commentaires Article publié le 26-11-04 par KenHobbit



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019