Test Fable - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 209 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Fable



Genre
Aventure Jeu de rôle (RPG)
Statut
Disponible
Date de sortie
  08.10.2004
  14.09.2004
  17.03.2005
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Son
5.1

Fable, Fable, un nom qui résonne comme une chimère dans mon esprit. Un rêve de Gamer devenu réalité il y a peu avec la sortie d'un des titres les plus attendus de tous les temps : le dernier chef-d'œuvre signé Peter Molyneux et Big Blue Box, j'ai nommé Project Ego de son nom d'origine. Annoncé à l'époque comme totalement révolutionnaire, Fable se voulait être avant tout un RPG totalement novateur, un RPG digne des plus grands rêves de joueurs que nous sommes. Une solution à tous nos fantasmes puisque ce dernier devait permettre de faire ce qu'on veut, tout ce qu'on veut… Alors ses belles promesses ont été tenues ou non ? La réponse dans ce test !

J'ai pas le droit de jouer ou quoi ?




Avant de me lancer dans l'aventure, j'avais encore un très gros doute sur Fable, me disant qu'un tel projet était tout simplement irréalisable ou qu'à force de donner trop de liberté, les développeurs nous offriraient un jeu lourd au gameplay lassant. Pire, n'appréciant généralement pas les RPG, j'ai beaucoup hésiter avant de me le procurer. Après m'être rendu, non sans hésitations, chez mon vendeur de jeux vidéo, je me le suis donc procuré. Quel plaisir que de tenir entre ses mains encore moites un tel mythe, autant dire que c'est pas tous les jours que ça arrive et que l'émotion est bien présente ! Rentré chez moi, j'ouvre donc la boîte, sans trop forcer le boîtier malgré mon impatience d'en découdre avec un tel chef-d'œuvre et une fois le disque lancé, c'est avec attention que j'attend le démarrage de la partie. Mince ! Plantage de ma bobox, ça commence bien… A croire que tous les éléments se mettent entre moi et le jeu pour m'empêcher de débuter dans l'aventure !

Après avoir relancé le disque, mon voisin de palier toque à la porte, qu'il reste où il est, pas besoin de lui dans les pattes. Bon, montrons-nous courtois, j'ouvre la porte en entendant derrière moi une douce musique. Je lui dis bonjour, et étant fana de RPG, il se joint à moi sans hésitation. D'entré, on assiste à une belle cinématique de qualité montrant en gros le monde fabuleux de Fable, le tout étant accompagné d'une musique digne des plus grands chefs-d'œuvre hollywoodiens. A voilà les menus me dis-je, je crée donc un nouveau profil encodant comme nom Red, comme à mon habitude et je me fait un frayeur en tombant sur Halo 2 : Démo dans les bonus du titre. Le voisin me regarde les yeux grands ouverts se posant lui aussi la question " Et si… ", prêt à me bondir dessus si il s'agit bien d'un niveau jouable. Heureusement pour moi, il ne s'agissait que de la pub américaine et la frayeur se dissipe vite une fois l'aventure dans les terres de Fable débutée. Quel magie que cette cinématique de lancement, on débute dans un monde, peuplé de créatures étranges et remplies de mystère tirés de temps immémoriaux. Les premiers pas dans Fable sont un peu comme vos propres premiers pas dans la vie, on ouvre grand les yeux et on observe tout ce qui nous entoure, bouche bée.

Des premiers pas... divins !



Dans Fable, vous commencerez l'aventure dans le rôle d'un jeune garçon d'une dizaine d'années. Né au sein même du monde d'Albion, dans un paisible village inconnu de la riche bourgeoise de la capitale. Le jeune garçon y vit avec son père, sa mère et sa sœur et comme il faut bien commencer la journée avec une belle activité, votre père vous rappelle qu'aujourd'hui c'est l'anniversaire de votre sœur. Seulement voilà, il faut trois pièces pour lui acheter un paquet de chocolat et vos poches semblent vides comme l'esprit d'une blonde (désolé). Votre père, en bon tuteur vous propose donc une solution en vous demandant de réaliser trois bonnes actions dans le village afin de gagner ces trois pièces avec lesquelles vous pourrez acheter le cadeau de votre tendre sœur. Vous armant de courage, vous traversez donc le village à la recherche de petites quêtes. Les premières sont bien entendu assez simples : rendre une peluche à sa propriétaire, surveiller quelques tonneaux d'un humble fermier et j'en passe. Cependant on sent d'emblée les énormes possibilités du titre dès ces débuts. Une femme vous demande en effet d'aller chercher son mari, vous confiant même son sentiment d'être trahie par ce dernier…

Vous partez donc à sa recherche et vous le trouvez en charmante compagnie avec une jolie demoiselle. Vous lui adressez donc la parole et ce dernier vous donne une pièce à condition que vous teniez la parole. L'histoire pourrait se terminer là, seulement voilà, étant sadique de fond, je désire expérimenter quelque chose et je m'en vais donc rapporter les faits à son épouse. Laquelle se lève d'un bond et se précipite vers l'endroit désigné. Mort de rire en moi-même j'imagine déjà la suite et décide donc de la suivre pour voir ce qui va se passer… Quel plaisir que de voir la femme commencer à engueuler son mari en le traitant de tous les noms, lequel se tait et encaisse sagement les insultes tout en fixant le sol. Ca a, comme qui dirait, quelque chose de très réaliste ! Encore mieux, une fois le savon passé, je m'approche du pauvre homme qui prenait juste un peu de bon temps… Celui-ci agacé me traite immédiatement, et sans y réfléchir à deux fois de salaud. Vraiment, la surprise est de taille et voir une telle action à quelque chose de jouissif. Et quand on sait que le jeu offre des dizaines et des dizaines de quêtes comme ça, il y a de quoi motiver !



Une fois le cadeau offert à sa sœur, le village se voit attaqué par un groupe de mercenaires qui le mettent à sac. Toute la famille de l'enfant se voit exécutée, sauf la sœur qui est emmenée. Quant au père, il a beau combattre comme un tigre, sa rage n'y fera rien : tout était perdu d'avance. Heureusement, l'enfant avait su se cacher dans un bosquet et quelle n'est pas notre surprise quand on apprend que ce que cherchaient les pillards n'étaient rien d'autre que le héros même de l'aventure… Quel mystère se cache derrière cette intrigue ? Vous l'apprendrez en avançant dans l'aventure mais sachez que la quête principale n'est pas le réel intérêt de Fable.

Une fois le carnage passé, un mage apparaît au jeune enfant et l'emmène avec lui à la guilde où il fera ses débuts au maniement des armes pour grandir assez rapidement jusqu'à l'âge adulte. L'enfance n'est en fait que les prémices d'une vie adulte qui s'annonce bien remplie ! Un fois cette étape passée, tout vous sera possible ! Enfin, tout, pas tant que ça mais disons que Fable offre une liberté d'action plutôt grande par rapport aux RPG classiques. Aucune comparaison avec Sudeki par exemple. Mais attention car qui dit liberté dit aussi abus. C'est bien connu, laissez trop de liberté à votre enfant et vous n'en ferez rien… Même chose dans Fable puisque l'entièreté de vos actions seront jugées, vous octroyant des points positifs ou négatifs en fonction que vous ferez de bonnes ou mauvaises actions. Ces points forgeront peu à peu votre caractère, transformant votre héros en bad boy assoiffé de sang ou en héros sauvant la veuve et l'orphelin. Vous pourrez aussi choisir le juste milieu, question de principes. Votre principale tâche une fois adulte sera de réaliser des quêtes pour la guilde, que ce soit en bien ou en mal, vous serez toujours récompensés. Par contre, l'accueil dans les cités sera différent en fonction de votre rang. Soit les gens vous acclameront, soit ils vous hueront et les gardes vous jetteront en dehors de la cité.

Certes me direz-vous. Mais est-ce tout l'intérêt de Fable ? Non, du tout, comme je l'ai déjà dit vous pourrez réaliser tout un ensemble de quêtes secondaires que vous proposeront certaines personnes. Escorter un marchand dans de dangereuses portions du monde d'Albion, sauver la vie d'une jeune fille, etc… En plus de ça, vous aurez l'opportunité de vous amuser à expérimenter vos charmes en draguant de jolies demoiselles et en allant même jusqu'à vous marier avec, acheter une maison, avoir un enfant, et si vous avez de la malchance (ou chance c'est selon…), divorcer. De la même manière que vous pourrez draguer d'autres demoiselles, une fois marié, ou encore vaguer à d'autres occupations comme shooter dans les poulets, changer régulièrement sa coiffure, se faire tatouer, faire irruption au cours et semer le désordre en rotant, se balader en caleçon dans les rues, les passants se moquant de vous. Bref, Fable offre toute une multitude de petits plaisirs qu'on ne se refuse pas. Des choses à expérimenter qui font de lui une véritable drogue dès les débuts.

Viens te battre fils…



Bien entendu, de nombreux combats seront de la partie, avec à chaque fois des créatures différentes en race ou en force. Fées, trolls, gobelins et truands seront vos plats quotidiens. Dommage qu'il n'y ait que très peu d'autres espèces car Fable aurait vraiment mérité un peu plus de diversité. Pour ce qui est de les combattre, la technique ne change pas de beaucoup pour chacun d'entre eux. Certains seront plus simples à descendre à l'arc à flèches (comme les fées), d'autres à l'épée (scorpions) et d'autres à l'aide de la magie. Chacun y trouvera son compte et le système de combat étant très simple, vous n'aurez aucun mal à éviter les coups des adversaires et qui sait, parfois de les décapiter, une technique particulièrement jouissive… En dehors des coups classiques, vous pourrez donner des coups imparables avec vos haches et autres armes blanches. Cette possibilité apparaît lorsque vous avez donné un certains nombre de coups à un adversaire, lequel ne terminera dès lors pas à terminer six pieds sous terre. Côté arc à flèches plus vous pousserez sur le bouton pour bander l'arc, c'est-à-dire X, plus la flèche fera de dégâts. Votre précision augmentera bien entendu en avançant dans le jeu.



Côté caractéristiques du héros, elles sont évolutives et ce dernier pourra vite apprendre de nouveaux sorts pour mettre à genoux ses opposants. De la même manière que plus vous avancerez, plus vous pourrez utiliser certaines expressions comme s'excuser, rire ou roter… Un caractère évolutif qui plaira très certainement aux amateurs de RPG, mon voisin me l'ayant assuré. On va donc dire qu'on lui fait confiance. Mais si il est clair que les Gamers en attendaient plus de Fable, il n'en demeure pas moins un excellent titre sur le fond, entaché de petits problèmes ça et là qu'on va expliquer par la suite.

Une prise en main parfaite :



La jouabilité de Fable est instinctive, comme on nous l'avait annoncé : que ce soit courir, se battre, parler ou n'importe quel acte, tout s'apprend en très peu de temps et avancer en devient du coup un réel plaisir. Quelle sensation lorsque vous terrasserez votre premier Balverine ! Mettre à dos une telle créature est une véritable dose de fun comprimée ! Se défendre, parer, attaquer, contre-attaquer, utiliser un sort. Quelle facilité d'accès et autant dire que pour tout cela, Big Blue Box mérite une sacrée médaille. Même résultat du côté de la bande son, tout simplement parfaite. Des musiques alliant poésie, aventure et stress. L'ensemble encodé en Dolby Digital pour que vos précieuses oreilles en profitent au maximum. Quel souci du détail ! Là aussi chapeau à eux.

Par contre, tout n'est pas parfait dans le meilleur des mondes car quelques défauts récurrents sont tout de même à relever. Tout d'abord un système de sauvegarde manuel qui a tendance à planter régulièrement selon certains Gamers, bien que ça ne me soit jamais arrivé. Sinon, il reste la sauvegarde automatique très utile et qui se révèle important tant on est généralement trop pris par l'aventure que pour sauvegarder. Autre défaut à relever : la faible durée de vie du titre dans sa quête principale. Un fois le boss éliminé, l'histoire est finie point barre. Donc, autant s'amuser à tout explorer et à profiter au maximum du monde qui vous entoure avant de l'affronter. Pour ceux qui sont motivés, les quêtes secondaires peuvent vite faire doubler la durée de l'aventure, en prenant tout son temps bien sûr. Sinon, la quête principale ne prendra guère plus d'une dizaine d'heures. Pour un jeu qu'on annonçait infini, ça fait peu… Mais bon, on s'en satisfera.

Visuellement plus beau que Jessica Biel !




Dans sa catégorie, Fable fait très certainement partie des mannequins. Doté de graphismes à tomber à la renverse, le chef d'œuvre de Big Blue Box et de Peter Molyneux s'en sort avec les égards de la foule. Voir un monde si magique, quasiment sans chute de frame-rate, ça a de quoi déboussoler. De là à dire que c'est le plus beau jeu sur Xbox, c'est beaucoup avancer mais ce n'est pas impossible nous dirons. Que ce soit l'environnement qui vous entoure, les personnages à qui vous parlé ou les sorts que vous utilisez, tout semble tout droit tiré d'un compte de fée. Un compte de fée dans lequel on plonge sans y réfléchir à deux fois. Et là où on aurait pu s'attendre à un jeu enfantin dans le style graphique, il n'en est rien. Fable est bien plus adulte que Sudeki qui se permettait des décors simplets avec des ennemis tout droit tirés d'Alice au Pays des Merveilles. Têtes tranchées, sang qui coule à flots et éléments gores font aussi partie intégrante de Fable, ce qui lui vaut d'ailleurs la mention déconseillé aux moins de 16 ans. Tout ça pour dire que Fable n'est peut-être pas le jeu que tout le monde attendait avec impatience mais qu'il s'agit tout de même d'un jeu à ne pas rater, une véritable bombe qui pourrait très bien ravir la place de meilleur jeu de cette fin d'année à Halo 2 si celui-ci fait lui aussi une prestation moindre…

Point complet
Si Fable n’est pas le jeu tant attendu, il n’en résulte pas moins un jeu exceptionnel, que personne ne doit rater. L’ambiance est tellement bien retranscrite que c’est un véritable plaisir que de se plonger dans un monde d’héroïc-fantasy pour des heures et des heures. Plus qu’un jeu, Fable est une véritable expérience à vivre et ce malgré quelques défauts qui entachent le résultat final.

On a adoré :
+ Superbe
+ Captivant
+ Bande son parfaite
+ Jouabilité instinctive
+ Possibilités nombreuses
On n'a pas aimé :
- Sauvegardes manuelles
- Durée de vie de la quête principale
- Légères chutes de frame-rate de temps à autre


Consulter les commentaires Article publié le 10-10-04 par Rédempteur


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019