Test Cold War - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Cold War



Genre
Action Infiltration
Statut
Disponible
Date de sortie
  28.10.2005
  27.09.2005
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Son
5.1

La série Splinter Cell a largement fait ses preuves sur Xbox et assez marqué les esprits des Gamers pour qu'au rang des jeux d'infiltration, Sam Fisher règne totalement en maître. Mais voilà, un tel succès ne peut qu'entraîner quelques tentatives de copies plus ou moins réussies. Celle des studios de Mindware Studios, nommée Cold War, fait partie de ces tentatives ratées et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle fait froid dans le dos et nous laisse totalement de glace...

Mais de quoi ça parle ?




Le titre du soft lui-même suffit à expliquer le contexte dans lequel se situe le jeu : la guerre froide. Pour ceux qui auraient la mémoire qui flanche, voici comment on pourrait grossièrement résumer la situation. La seconde guerre mondiale est terminée mais la tension qui règne dans le monde n'a cependant pas baissée. Les USA et l'URSS s'opposent en tout point sur le domaine politique, chacun essayant de rallier un maximum de pays à sa cause. Il n'en faut que très peu pour que les deux plus grandes puissances mondiales de l'époque en viennent aux armes, ce qui risquerait d'avoir des conséquences destructrices.

Vous incarnez un journaliste du nom bien américain qu'est Matthew Carter. Toujours sur les bons coups, vous avez manqué de peu de vous faire attraper à Berlin alors que vous étiez en terrain soviétique. Mais la peur est un mot que vous ne connaissez pas et quand vous apprenez qu'un évènement secret se prépare en URSS même, vous rempilez votre calepin et votre appareil photo direction le Kremlin. Cependant le KGB ne l'entend pas de cette oreille et compte bien profiter de votre présence en terrain ennemi afin de vous plonger en plein cœur d'un conflit interne qui vous échappe totalement. Accusé d'avoir programmé l'assassinat de l'actuel président, traqué, poursuivi par les soldats soviétiques et les forces spéciales du KGB, il va être dur de faire éclater la vérité au grand jour et de prouver votre innocence. Rien de bien original au menu mais pourtant le tout est assez bien tourné pour plaire et tenir en haleine un maximum de temps.

Le froid et ses terribles conséquences




Inutile de faire durer le suspense plus longtemps, ce n'est pas ce Cold War qui comblera les fans d'infiltration. Sur le plan graphique tout d'abord, nous avons à faire à des textures fades, des décors vides et pour la plupart non-interactifs, des animations sous forme de BD certes sympathiques mais peu impressionnantes. Le soft de Dreamcatcher se révèle bien limité sur ce point. On évolue dans un monde qui malheureusement que n'affiche aucune profondeur d'image. Bref il y a de quoi être déçu quand on voit ce genre de réalisation sur une console telle que la Xbox.

Le gameplay n'échappe malheureusement pas à cette tristesse. Très simple, il est donc facile d'accès et le Gamer ne rencontre aucune difficulté à contrôler les mouvements du journaliste. Mais cela vient aussi du fait que ces dits mouvements sont en réalité très limités. Ici on ne rampe pas, on n'escalade pas un mur et on n'effectue pas de figures acrobatiques. Certes, nous avons là un journaliste et non un agent de la NSA mais le strict minimum aurait été le bienvenu. Le résultat offre un contrôle amère du personnage et le joueur s'en retrouve frustré. Dans le même sens, votre Sam Fisher en herbe peut claquer des doigts et... c'est tout ! Rien de bien transcendant comme possibilité d'actions...

Si notre mister Carter ne possède aucun talent de gymnaste, il a néanmoins un petit coté Mac Gyver qui, si encore une fois les développeurs avaient donné plus d'attention à leur travail, se serait avéré des plus intéressants. En effet, il vous est possible de combiner divers objets, récupérés sur les gardes mis KO par exemple, afin de confectionner de nouveaux items comme des balles assommantes (grâce à la combinaison de balles réelles et de bouteilles en plastique) ou encore des mines (prenez une boîte de conserve et ajoutez une pincée de flacon d'éther). Mais il faut bien avouer que tout cela est assez risible à tel point qu'on se demande si l'originalité des développeurs ne ferait bien de ne pas atteindre une certaine limite…

Journaliste : un métier dangereux




On continu le tour d'horizon des ingrédients qui font de ce titre une si mauvaise recette culinaire à tel point que l'indigestion est inévitable. L'intelligence artificielle ne vient malheureusement pas relever le niveau. Outres les quelques mots que les gardes seront capables de prononcer ("Je vous ai entendu"), ces derniers sont tellement figés par le froid qu'en aucun cas ils ne prennent le temps d'examiner les lieux. Et si par miracle vous vous faites remarquer, pas de panique ! Vous aurez tout le temps de dégainer votre arme avant que les ennemis ne vous touchent ne seraient-ce que d'une seule balle, tant leur précision ne leur permettrait pas même de toucher un éléphant bloqué dans un étroit couloir... Notez que l'originalité de la métaphore est à l'égale de l'intelligence des soviétiques du soft !

Il serait dommage de partir sur des mauvais points n'est-ce pas ? Alors on va se creuser les méninges et essayer de voir ce qui peut s'avérer plaisant dans ce soft. Tout d'abord la durée de vie. Si par enchantement vous passez outres tous les défauts précédemment cités, alors vous serez comblés de voir que Cold War est plutôt long, très long même. Le scénario assez attractif y est sans doute pour quelque chose. Bâcler une histoire de ce type aurait rendu la compréhension de l'histoire bien trop confuse et l'on voit que les développeurs ont mis toute leur attention à soigner cet aspect. L'univers sonore s'en sort également avec les honneurs grâce a des musiques immersives et des bruitages réussis. Les doublages soviétiques sont dignes d'une imitation de votre voisin de palier mais la voix de votre personnage relève le tout et ses paroles sont bien plus variées et intéressantes que celles des pauvres gardes, décidément bien délaissés par les développeurs.

Point complet
Que l'on soit fan d'infiltration ou non, il est difficile de passer outres tous les défauts qui font de ce Cold War un jeu de seconde zone. Pourtant quelques bons éléments sont là, vous faisant passer de bonnes heures en compagnie du journaliste le plus courageux des USA. Disponible à 30€, il peut s'avérer être une bonne occasion pour les Gamers qui n'en peuvent plus d'attendre les prochaines aventures de Sam Fisher. Cependant attention, le choc risque d'être terrible...

On a adoré :
+ Un soft à 30€
+ Bonne durée de vie
On n'a pas aimé :
- Réalisation médiocre...
- ... sur la forme
- comme sur le fond !


Consulter les commentaires Article publié le 23-11-05 par Jerem



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019