Test Club Football 2005 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 227 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Club Football 2005



Editeur
Codemasters
Développeur
Codemasters
Genre
Sport
Statut
Disponible
Date de sortie
  13.10.2004
Nombre de joueurs
1 à 4
Classification PEGI

Après un premier épisode plutôt ridicule face aux blockbusters d’EA et Konami, Club Football s’offre un second épisode, tentant une fois de plus de percer dans l’univers du jeu de football… Comme vous le savez, Club Football n’est pas un titre à part entière puisqu’il se décline en plusieurs versions. On retrouve donc une édition "Real Madrid", "PSG", "Manchester", "Arsenal", ou encore "Marseille". Et c'est cette dernière qui nous intéresse, car c'est celle-ci que nous allons tester. Bien entendu, il n'y a aucune différence notable entre ces versions diverses, si ce n'est le générique d'intro (respectif à chaque club), ainsi que le mode "Carrière" qui vous offre la chance d'incarner votre club favoris (pour l'occasion, nous sommes donc rentré dans la peau des Marseillais). Codemasters n'étant pas spécialiste des jeux de foot, nous avons donc dû faire preuve d'un maximum d'objectivité, encore plus que d'habitude, c'est pourquoi nous avons pris ce titre avec des pincettes, et vous serez ravi d'apprendre que nous l'avons testé à deux, afin de partager nos avis. Attention, ça commence...

Club Football, une série mort-née...




Le jeu enfin reçu, nous insérons la galette dans la console... jingle Codemasters "Genius at Play", jusque là, rien de bien extraordinaire. Mais alors que les PES et autres Fifia disposent d'un générique fait de polygones, Club Football s'offre une intro de luxe : les supporters (et supportrices !!!) Marseillais, ainsi que le Vélodrome et les matchs sont filmés, accompagnés d'une musique avoisinant le style musical de la série des Fifa. On attend donc la fin, puis on se retrouve sur un menu principal assez clair, animé et plutôt joli, ce qui est toujours un plus, vous en conviendrez. Ce dernier arbore un joueur différent de l'OM à chaque visite, en train de jongler, et on peut déjà remarquer que l'animation est assez bien faite, on espère qu'il en sera de même durant les parties. On commence donc un match rapide en passant par l'option "Match Exhibition", on choisit notre équipe (on fait honneur au titre en optant pour l'OM, mais vous pouvez bien évidemment prendre une autre équipe suivant vos affinités), on prend comme adversaire le PSG (eh ouais, autant que ça chauffe), et c’est parti pour notre première approche de la bête.

La première chose qui tape à l'oeil, c'est la modélisation des joueurs : on s'attendait à retrouver des environnements et des sportifs assez vilains, et finalement on retrouve de bien belles modélisations. Le kick off, et hop le match débute... mais sans les commentateurs qui sont d'un ridicule sans pareil, mais bon il faut admettre qu’il s’agit d’une jeune série…L'action se déroule pour l'instant très bien, et Goooaaaaal, un but pour Marseille, merci Mendy d'avoir marqué contre ton camps ! A ce moment-ci de la partie, on se dit que tout va bien, aucun défaut notable n'a été repéré. Mais c'est par la suite que les choses se compliquent, notre adversaire réussissant à nous prendre le ballon sans problème, contrairement à nous qui avons beaucoup de mal... au final, nous serons pulvérisé sur un score de 9-1, ce qui est assez inadmissible, même si nous ne sommes qu'à notre premier essais sur le jeu... on finit par perdre patience, il est tard, nous reprendrons le jeu demain. Et paradoxalement, avant le lendemain, on se prend à rejouer à Club Football, c'est qu'il n'est si ennuyant qu'il peut y paraître...mais rien n'y fait, on se fait toujours incendier. En fait, la première victoire prendra du temps à venir tant il faut maîtriser le jeu pour s’en sortir. Pas que la maniabilité soit désastreuse, tout au contraire mais le gameplay a quelque chose de très réaliste. Et c’est sur cette victoire qu’on s’endort paisiblement en se disant que tout ira sûrement bien mieux demain.

En effet, dès le réveil, on se replonge dans ce jeu de foot, en multipliant les entraînements, afin de faire tourner la chance en l'honneur des Marseillais. Et effectivement, tout va déjà beaucoup mieux. Dans ce titre n'espérez surtout pas faire la longueur du terrain tout seul pour marquer à coup sûr, en solo. Non, Club Football privilégie l'esprit d'équipe, et si vous n'avez ni de patience, ni de coordination, n'espérez pas marquer le moindre point, vos adversaires étant constamment à vos trousses pour vous chiper la fameuse ba-balle. Et c'est ça qui fait la force de ce titre : il faut persévérer pour gagner, mais une fois l'objectif atteint, la victoire est d'autant plus belle…

Les Marseillais aux vestiaires ?




C'est donc le moment rêvé pour faire un tour du côté du "Menu Club" équivalent d'un mode "Carrière". Dans ce dernier, la seule équipe que vous pouvez incarner est celle qui correspond à votre version. La notre est Marseille, nous n'avons donc pas d'autre choix que de prendre l'OM. Ensuite, plusieurs choix s'offrent à vous : la difficulté (très facile, facile, normal, dur, très dur), le Stade (le Parc des Princes, le Vélodrome...), les conditions climatiques, la durée des rencontres, les maillots, le type de saison ("complète" ou "moitié", "super ligue"...). Une fois vos choix validés, la saison peut commencer.

Au début, vos pesterez certainement contre un gameplay parfois hasardeux, mais une fois que vous maîtriserez bien votre équipe, vous serez ravis de marquer de précieux points contre vos adversaires. Une fois de plus, si vous avez l'intention de marquer des 10-0 en un match de 10 minutes, n'achetez pas Club Football 2005, car à l'image du menu "Exhibition", les saisons sont ardues (mais rien ne vous empêche de baisser le niveau de difficulté) et vos adversaires usent de fins stratèges et n'hésiteront pas à vous faire courir sur toute la superficie du terrain pour marquer des buts. Mais avec le temps et l'habitude, vos capacités se développeront, et vous aurez moins de peine à mettre vos adversaires hors d'état de nuire (bien sur, tout dépend du niveau de difficulté, on en revient toujours au même point) et pourrez ainsi débloquer les bonus relatifs à votre club !

Comme déjà dit, Club Football est un jeu avant tout destiné aux fans des clubs puisque si vous voulez un vrai jeu "grand public" il vaut mieux se satisfaire d'un titre comme PES 4 ou Fifa 2005. Club Football s'adresse réellement aux supporters de la première heure de ces clubs, ce qui en rebutera d'ailleurs plus d'un...

Loin d'être sans défauts...




Si Clubfootball semble jusque là assez réussi, n'oublions pas non plus de citer les défauts car si cette édition 2005 est bien plus aboutie que la précédente version, elle n'en demeure pas moins bourrée de défauts en tous genres. A commencer par la maniabilité qui n'est certes pas désastreuse mais qui se révèle tout de même assez complexe voir carrément trop complexe pour un jeu de football. A cela on ajoute bien sûr l'absence de mode Live, des graphismes assez laids, des commentaires ridicules sans oublier une IA indisciplinée. Pour l'IA, il faut savoir que vos joueurs adorent camper, probablement d'ex gamers de Counter Strike... Ils attendent la ballon sans bouger, espérant tant bien que mal qu'il lui arrivera dans les pieds. Certes ça peut paraître assez ridicule mais croyez bien qu'en plein match, ça vous fait perdre un temps fou.

Comme cité plus haut, la modélisation des joueurs est assez bien faite, et vous reconnaîtrez sans difficulté vos stars préférées parmi lesquelles on retrouve Zidane, Beckham, Drogba, ou encore Lizarazu. Même les entraîneurs ont été modélisés ! De nombreuses cuts-scenes de qualité parsèment également les rencontres, lors des fautes, des penalty, des buts marqués, des remplacements... et les détails sont très poussés : la têtes des joueurs fument en raison de la réaction entre la température extérieure et la sueur qui se dégage de leurs crânes, ou encore le tatouage de David Beckham dans sa nuque (!)... On voit que Codemasters a vraiment bossé pour nous pondre un jeu du meilleur effet. De plus, la possibilité vous est offerte de créer votre propre joueur et de l'incruster dans votre équipe, elle est pas belle la vie ?

En revanche, les supporters sont comment dire... pas déchaînés du tout : pas de fumigènes dans les tribunes, juste des chants et des drapeaux qui bougent... Il faudrait mettre un peu plus de vie dans tout ça car si les joueurs sont très bien modélisés, le reste est loin de l'être. Que ce soit les stades, supporters ou effets météos, tout semble tout droit issu d'un jeu PSOne. Un gros défaut qui n'évoluera pas puisque la série des Club Football connaît la son second et dernier épisode.

Finalement, pour peu que vous soyez fan d'un club en particulier, et que ce club fasse partie d'une des éditions de Club Football 2005, ce dernier sera sans nul doute un titre que vous ressortirez régulièrement, histoire de vous taper quelques petits délires en multijoueurs ou même en solo. Dommage que le développement d’un tel titre ne soit pas poussé à fond, sans quoi Club football aurait très bien pu percer dans le domaine du jeu de football…

Point complet
Si votre équipe favorite se trouve dans l'une des versions de Club Football 2005, vous passerez du bon temps, que ce soit seul ou bien entre amis. En revanche, ces derniers devront s'habituer au gameplay et faire preuve de patience s'ils espèrent pouvoir vous battre... tout comme vous, lors de vos premières parties contre le CPU, notamment à cause d'une difficulté accrue en mode "normal". Dommage que les graphismes soient encore à la traîne et que le soft souffre encore autant de tous ces petits défauts de jeunesse...

On a adoré :
-Nombreux bonus
-Joueurs assez bien modélisés
-Assez tactique au final
On n'a pas aimé :
-Des terrains et supporters horribles
-Maniabilité complexe
-Il faut aimer le club...
-Commentaires ridicules
-IA parfois mal pensée


Consulter les commentaires Article publié le 04-01-05 par Toxico



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019