Test Bons Baisers de Russie - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 307 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Bons Baisers de Russie



Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  17.11.2005
  01.11.2005
Nombre de joueurs
1 à 4
Classification PEGI
Thème
Espionnage
Son
Dolby Digital

Il en aura fallu du temps avant que la dernière galette Bondienne de chez EA parvienne dans nos mains alors que c'est à la date du 17 novembre que le jeu avait rejoint les rayons. Bref Bons Baisers de Russie est à présent nôtre, l'occasion de vous conter ces dernières aventures de l'agent 007 directement inspirées du film éponyme. Une bonne petite surprise à la Quitte ou Double ou un mauvais poids de plus pour une série en déclin ?

Son nom est Connery, Sean Connery




Petit rappel cinématographique, Bons Baisers de Russie est le deuxième film de la grande saga. Sortie en 1963, Sean Connery incarnait à merveille le costume de l'agent 007 et c'est sans doute sur cette carrure imposée par l'acteur que les studios de chez Electronic Arts sont allés s'inspirer pour redorer un peu le blason de softs qui se cherchent encore.

Bons Baisers de Russie suit donc, très grossièrement certes, la trame du film et plonge ainsi Bond dans une aventure au fort contexte de guerre froide. Nous retrouvons donc avec grand plaisir les persos du film qui plus est sont facilement reconnaissables, nous y reviendrons plus amplement d'ici quelques lignes. Cette aventure Bondienne s'assure donc un certain respect de ce que doit comprendre un tel épisode vidéo ludique tiré de la licence Bond avec cependant, comme précisé auparavant, un bon nombre de rajouts et d'actions alternatives audit film le tout pour que celui-ci s'apparente davantage à un jeu vidéo qu'à un film interactif. Mais la bonne recette prend et il faut avouer qu'on se délecte de parcourir les différents niveaux inspirés du long métrage, à condition de ne pas trop être regardant sur les éléments ci-dessous.

Made in 1963




Le film est déjà âgé d'une grosse quarantaine d'année... tout comme la réalisation du jeu semblerait-il ! Rassurez-vous, le constat n'est tout de même pas aussi alarmant mais la comparaison était trop amusante et tentante. Nous avons donc à faire à des textures sympathiques mais non dignes des derniers jeux parus sur Xbox ce qui laisse tout juste une impression digne de vos bulletins scolaires du lycée : "correct mais peut mieux faire". Certes la qualité graphique est donc agréable sans pour autant atteindre des sommets et se dote même de quelques bonnes surprises comme la modélisation des personnages avec un Sean Connery éclatant dans sa nouvelle jeunesse et des protagonistes de second rôles que les fans du film n'auront aucun mal à reconnaître. Mais là où la sonnette d'alarme est tirée pour de bon, c'est lorsque les chutes de frame-rate apparaissent, bien trop fréquemment, pour littéralement casser le rythme du jeu et dépiter le Gamer. Un élément regrettable lorsque l'on sait que seule la version Xbox est concernée ce qui est, de toute manière, totalement inacceptable sur un tel support.

Coté jouabilité, si l'est évident que Quitte ou Double a été une forte source d'inspiration pour cet opus, le résultat n'est malheureusement pas aussi convaincant qu'il l'avait pu l'être. Si l'apparition d'attaques furtives et autres gadgets innovants est plutôt bien accueillie, l'utilisation que l'on peut en faire est malheureusement frustrante. Le coté furtif de Bons Baisers de Russie se limite en effet à une sorte de QTE ( pour rappel : Quick Time Event où vous devez appuyer sur une touche à un moment précis ) qui passe plus inaperçue qu'autre chose. Les gadgets eux se limitent à une utilisation précise qui intervient uniquement à quelques niveaux. Autre exemple qui est aussi un héritage de Quitte ou Double, l'utilisation d'une corde pour une descente en rappel par exemple, qui ici ne servira qu'à des hauteurs ne dépassant pas les 5 mètres la plupart du temps... Autant d'éléments pour souligner ces nouveautés bien pensées mais trop peu exploités.

Dans la maniabilité du personnage, là encore EA n'a pas retenu le meilleur de sa première expérience à la vue à la troisième personne. Si les déplacement de 007 deviennent un tantinet trop aléatoire avec entre autre une sensibilité inégale, il est toujours aussi simple d'accès d'effectuer les divers déplacement et autres actions corporelles proposées. Malheureusement le système de visé s'avère bien trop assisté, à tel point que l'on progresse dans les niveaux sans réellement rencontrer de problèmes vis à vis des combats face aux ennemis. Et enfin, que dire des phases en véhicules tout simplement détestables : l'impression de rouler sur une patinoire domine et cette imprécision dans les contrôles donne davantage l'envie de poser la manette que de persister, dommage ...

Y a t-il du Bond ?




Bons Baisers de Russie n'est cependant pas un soft à renier. Si les bonnes idées ont été bâclés, force est de constater que le soft aborde un genre qui aura son public. Prendre son arme, avancer droit devant en tirant à tout bout de champs sans jamais réfléchir aux manières alternatives d'arriver à ses fins, voici en gros l'idée que dégage le soft. Idée qui bien sur plaira sûrement au plus indiscrets d'entre vous et à ceux pour qui seul la poudre et les coups de feux sont la voix de la raison. Cela limite certes le cercle des adeptes de 007 mais le plaisir de jeu est tout de même un minimum présent, assez pour le notifier et vous en faire part. L'ambiance générale du jeu arrive donc à nous submerger par moment où l'on enchaîne les James Bond Moments, sorte de mise scène spéciale d'une action effectuée par 007, les combos sur différents ennemis et autres phases de jeu assez passionnante. On retrouve aussi quelques lieux mythiques de la saga comme le bureau de M, celui de Moneypenny ou encore la section Q. Le minimum syndicale est donc de mise pour que les amateurs de l’agent britannique prennent leur repaire. Ajoutez à cela un doublage français honorable et une musique toujours digne de la saga cinématographique et l'on en oublierait presque les défauts du soft.

Mais presque ne suffit pas et le mode multijoueur suffit à lui seul à nous replonger dans le désarroi. Deathmatch et Capture The Flag n'apportent rien de bien transcendant et même le sympathique Dogfight, combat en Jetpack, lasse seulement après quelques minutes de jeu. L'absence du Live est également de mise ce qui n'est pas pour arranger les affaires de ce Multi trop peu approfondi, tout comme le mode solo. Dernière remarque : la durée du soft qui n'excède pas la petite dizaine d'heure de jeu, donc rien de bien surprenant.



Point complet
Si les bonnes idées montrent le bout de leur nez, elles ne parviennent pourtant pas à percer pour se mettre à jour. Dommage puisque la jouabilité est le premier élément à en subir les conséquences avec notamment des possibilités trop limitées, comme la sous exploitation des gadgets et de l’infiltration, ainsi que des phases de jeu trop peu élaborées qui frustrent plus qu'elles ne donnent de plaisir. Certains y trouveront cependant des bonnes choses que ce soient les fans fort contents de retrouver Sean Connery dans sa jeunesse, ou les aficionados de l’action non stop qui se délecteront de foncer tête baissée et armes en mains. Pourquoi alors ne pas se laisser tenter par ce Bons Baisers de Russie... en occasion bien sur.

On a adoré :
+ Réalisation honnête
+ Ambiance James Bond
On n'a pas aimé :
- Gameplay bâclé
- Chutes de frame-rate
- Multijoueur ridicule


Consulter les commentaires Article publié le 13-02-06 par Jérémy F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020