Test Blood Rayne 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 331 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

BloodRayne 2



Editeur
Majesco
Développeur
Terminal Reality
Distributeur
THQ
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  17.02.2006
  12.10.2004
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Thème
Horreur
Son
5.1

BloodRayne 2 atteint enfin nos contrées, un an et demi après sa sortie outre-atlantique et trois ans après le premier opus très mitigé. Un retard conséquent pour une suite pas forcément attendue étant donné que le premier volet était passé inaperçu parmi la masse de jeux d’action sur Xbox. Pourtant BloodRayne 2 a de nombreux atouts à faire valoir. La preuve dans ce test !

Sang concession




Miss Rayne reprend donc du service afin de réduire à néant toute une armée de vampires ayant le projet fou de recouvrir le ciel pour ne plus être brûlé par le soleil. La où ça devient intéressant c’est qu’elle est elle-même une femme mi-vampire (une dhampir donc) et que son père est un ancien vampire nazi ayant engendré toute la ligné des dhampirs. Ce dernier a aussi eu la grande idée d’exterminer toute la famille de Rayne au passage. Du coup Rayne n’a qu’une seule idée en tête : éliminer chaque membre de la famille de son père. On ne plaisante pas avec la généalogie, tout le monde y passera ! Narré par quelques cuts-scenes et cinématiques agréables bien qu’un peu dures à suivre parfois, l’histoire du jeu est avant tout un prétexte au massacre que vous allez orchestrer.

Sang maîtrise la puissance n’est rien



Le gameplay de BloodRayne 2 ne joue clairement pas dans la finesse et l’hémoglobine coule par hectolitres tout au long du jeu. Quelques phases de plates-formes à la Prince of Persia viennent entrecouper une boucherie quasi non-stop. Il faut dire que tout est fait pour que le joueur prenne plaisir à tuer. Ce second opus intègre, comme dans le premier volet, une sorte de harpon permettant d’attraper les ennemis à distance et, soit de les attirer vers soi, soit de les lancer où bon vous semble. Une possibilité qui se révèle jouissive puisque les développeurs ont intégré tous un tas d’éléments du décor interactifs pour tester votre sadisme. Par exemple, des armures de chevaliers tenant des lances vous permettent d’embrocher littéralement vos ennemis sur celles-ci. Une cheminée allumée ? Pourquoi ne pas brûler vos ennemis pour aller plus vite ! Une tête de cerf empaillée ? Quoi de plus pratique que d’empaler les vampires sur ces cornes ? Vous serez obligé d’utiliser cette méthode radicale à certains moments du jeu pour avancer (les ventilateurs broient bien les hommes mais finissent par exploser libérant ainsi un passage).

Evidemment, Rayne est dotée d’une flopée de pouvoirs spéciaux très à la mode ces derniers temps comme l’inévitable ralentissement du temps. Elle peut aussi accéder à un genre de mode rage très sanglant ou utiliser sa vision d’aura pour découvrir des portes secrètes vampires. Au niveau des armes, hormis son harpon, la belle utilisera la majeure partie du temps ses deux lames bien aiguisées et ses pieds. Le nombre de combos s’avère un peu limité, ce qui donne aux combats un aspect répétitif sur le long terme (cela dit le jeu ne dure qu’une huitaine d’heures donc on n’a pas vraiment le temps de se lasser). Il est possible de sauter et de s’agripper à ses ennemis pour ensuite leur administrer un coup fatal : roulade suivi d’une décapitation, coup de poignard dans le cœur, transpercement de la colonne vertébrale à la lame, etc. Tôt dans le jeu, on obtiendra des flingues peu efficaces donc peu utiles et qui nécessitent d’être rechargés avec du sang. Il sera ainsi possible de se servir sur vos demi-cousins vampires. De même Rayne devra boire le sang de ses ennemis pour regagner de la santé, bien que de très rares kits médicaux soit dispersés dans les niveaux. Malgré de nombreuses bonnes idées, un environnement assez interactif et un gameplay relativement efficace, l’action demeure encore trop peu variée pour convaincre totalement. Les animations de l’héroïne sont classes mais la décomposition des mouvements laisse parfois à désirer donnant une désagréable impression de rigidité. Les ennemis sont quant à eux de vrais pantins à l’I.A médiocre et servent plus de cher à canon qu’autre chose. Mais après tout qui s’en plaindra puisque le jeu donne dans la baston gore avec décapitation et démembrement à la clé…

La Xbox à 50 pour sang




L’un des bémols du jeu vient de son aspect technique. Sans être laid, le jeu aurait mérité d’être plus évolué pour rendre totalement honneur à la Xbox. Le premier volet avait déjà été très critiqué pour ses graphismes, ce second épisode ne fait que l’améliorer un peu alors que l’on attendait une refonte en profondeur du moteur graphique ou tout simplement l’utilisation d’un nouveau moteur graphique.

Rayne fait plaisir à voir : voici incontestablement une héroïne qui a du charme et de la personnalité. Certaines textures sont d’un bon niveau tandis que d’autres lorgnent plus vers le pâté de pixels. De plus les couleurs sont un peu ternes, monde nocturne oblige. Graphiquement cette suite se situe un peu en dessous de la moyenne des titres Xbox. Manque d’argent, manque de temps, manque d’envie ? La réponse est inconnue mais nul doute qu’avec une réalisation digne de ce nom la série pourrait prendre une autre dimension et réussir à s’imposer. Pour finir sur une note musicale, les thèmes sont trop passe-partout mais les voix américaines sont d’un bon niveau.

Point complet
On n’attendait pas grand chose de BloodRayne 2 et au final c’est une très bonne surprise. Le jeu de Terminal Reality est fun et dispose de bonnes idées de gameplay. Néanmoins, il pêche par une certaine répétitivité, une durée de vie trop courte et une réalisation trop moyenne pour un jeu qui sort quatre ans après la console. On ne peut s’empêcher de penser que les développeurs sont sur la bonne voie et qu’un éventuel troisième opus avec un budget plus conséquent pourrait enfin mettre tout le monde d’accord.

On a adoré :
+ Fun
+ Une héroïne charismatique
+ De bonnes idées de gameplay
+ Seulement 40€…
+ Des mouvements classes…
On n'a pas aimé :
- …Mais relativement limités
- Graphismes moyens
- Un peu court
- Caméra parfois mal placée


Consulter les commentaires Article publié le 02-04-06 par Nicolas T.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020