Test Mega Man Zero/ZX Legacy Collection - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 327 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Editeur
Capcom
Développeur
Capcom
Genre
Action / Plateformes
Statut
Disponible
Date de sortie
  25.02.2020
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
29,99 €

Après avoir compilé les Mega Man au travers de deux MM Legacy Collection, ainsi que les Mega Man X au travers de deux MMX Legacy Collection, Capcom propose aux joueurs de compléter leur collection avec une Mega Man Zero/ZX Legacy Collection qui, comme son nom l’indique, regroupe les Mega Man Zero et les Mega Man ZX, le tout pour 29,99€. Reste donc à voir si le tarif est justifié, si les portages sont réussis et si la compilation regroupe suffisamment de bonus pour satisfaire les fans…

Une compilation avantageuse ?



Entre 2002 et 2005, Capcom a nourri la GBA (Game Boy Advance) avec quatre jeux Mega Man Zero dont l’action se déroule une centaine d’années après les événements de Mega Man X. En 2010, l’éditeur avait d’ailleurs compilé les quatre opus dans une MMZ Collection sortie sur Nintendo DS. Entre 2006 et 2007 (2007 et 2008 en Europe), la série MMZ a eu le droit à deux spin-off sur Nintendo DS, à savoir respectivement Mega Man ZX et sa suite Mega Man ZX Advent. Cette année, la firme a souhaité porter ces six opus sur nos machines actuelles. Une bonne chose pour ceux qui n’ont pas les opus originaux, ces derniers étant relativement onéreux en occasion alors qu’avec cette compilation on peut profiter de ces six très bons jeux pour une trentaine d’euros, soit l’équivalent de 5€ par jeu. Lorsqu’on lance la compilation, on tombe sur un menu qui permet simplement de switcher entre les quatre opus de Mega Man Zero et les deux Mega Man ZX. Pourquoi ne sont-ils pas tous réunis sur un même écran ? Simplement parce qu’ils ne sont pas logés à la même enseigne…

Deux séries, deux menus…

Ce que l’on constate immédiatement, c’est que les Mega Man Zero sont proposés en version anglaise et en version japonaise. N’espérez donc pas avoir des textes en français dans le jeu, les quatre opus n’ont pas été localisés, contrairement aux Mega Man ZX et ZX Advent qui sont disponibles en versions anglaise, japonaise, italienne, allemande, espagnole et bien entendu française, avec en prime la possibilité de choisir entre les voix originales et leur version remasterisée. Comme le changement de version est attribué à la touche X, ceci explique pourquoi il y a une page dédiée aux MMZ et une autre aux MMZX.

Les Mega Man Zero…

Les Mega Man Zero étant issus de la Game Boy Advance, on constate sur notre grand écran qu’ils ont sacrément vieilli. Les sprites sont assez conséquents, les images fixes affichent leurs gros pixels, les sous-titres sont loin d’être aussi propres que sur les jeux en pixel-art qui sortent depuis un moment et on sent bien que les titres proviennent d’un support portable. Fort heureusement, il est possible de sélectionner la taille de l’écran de jeu, ce qui permet de jouer en plein écran, de jouer avec la taille d’origine ou d’opter pour un entre deux en utilisant toute la hauteur avec des bandes noires verticales sur les côtés ou avec une sorte de zoom de la version originale avec des bandes noires horizontales et verticales. Pour notre part, nous avons opté pour la taille d’origine, plus agréable à l’œil. De même, les développeurs ont laissé le choix aux joueurs de ne pas appliquer de filtre, d’appliquer un filtre qui lisse comme il peut les visuels ou encore d’appliquer le filtre façon scanlines (comme si on jouait sur un écran CRT). Après plusieurs heures de jeu, c’est finalement ce dernier qui s’est avéré être le plus agréable, homogénéisant mieux les rendus des décors et ceux des sprites animés, tout en conservant un rendu agréable des couleurs. Les Mega Man Zero offrant une difficulté très relevée demandant d’avancer prudemment dans un premier temps et de bien étudier les patterns, la moindre erreur étant vite punitive, les développeurs ont intégré deux possibilités pour que les joueurs se facilitent la vie. La première, c’est l’intégration d’un mode débutant qui attribue plus de santé, plus de vie, etc.

Les niveaux qui demandent une attention toute particulière se transforment alors en une sorte de run and gun nerveux dans lequel on ne craint quasiment plus aucun ennemi, recouvrant pas mal de santé en s’en défaisant. Quant aux boss, il suffit de les rusher en lançant des attaques chargées pour rapidement s’en défaire. Autant dire que ce mode remplit son office, permettant de finir chaque niveau en quelques minutes à peine. Au moins, cela permet aux plus impatients de profiter de ces aventures sans s’arracher les cheveux. Dommage qu’un mode facile à la difficulté située entre celle du mode Débutant et celle du mode de difficulté de base ne soit pas de la partie pour tout de même offrir un peu de challenge sans pour autant devoir faire attention à chaque placement de son personnage. A la place, on peut activer un système de sauvegarde assistée intégrant divers checkpoints dans les niveaux. Ce dernier peut aussi être combiné au mode Débutant. Au moins, ça permet de constater que la difficulté relevée était déjà à l’époque un petit cache-misère pour masquer la faible durée de vie de chaque opus. Le seul véritable point qui fâche, c’est la façon dont les développeurs ont adapté le gameplay. Ils ont absolument tenu à retranscrire le gameplay de l’époque, imposant d’utiliser une gâchette avec le bouton servant à activer l’arme principale pour utiliser la secondaire… Il aurait été bien plus simple de mettre un raccourci sur un des boutons de façade non utilisé… Ou du moins de laisser la possibilité aux joueurs de mapper les boutons/gâchettes selon ses envies.

Les Mega Man Zero ZX

Avec Mega Man Zero ZX et ZX Advent, Capcom avait proposé une formule encore différente en ouvrant sur l’exploration et en basant une partie du gameplay sur les biométaux. Plus aboutie, celle-ci fonctionnait vraiment bien à l’époque… et elle fonctionne toujours autant à l’heure actuelle. En plus, le rendu sur nos Xbox One est plus agréable que celui des MMZ, on gagne en variété au niveau des environnements, le gameplay est mieux pensé (notamment au niveau de l’attribution des commandes au niveau des boutons), l’aventure est plus appréciable, la difficulté est mieux dosée, les cinématiques sont soignées malgré leur âge et on profite d’une version française. On félicite aussi les développeurs qui ont réussi à trouver une solution à peu près convenable pour traduire l’utilisation de l’écran tactile de la version DS originale. Celui-ci a été matérialisé par un petit écran annexe affiché dans un encadré avec lequel on interagit avec le stick droit pour simuler le doigt qui se déplace dessus. Celui-ci restant relativement accessoire au final, il faut avouer que la solution reste convenable. S’il avait été bien plus mis à contribution, ça aurait pu poser problème. Là aussi, on peut profiter des mêmes filtres que ceux utilisés pour MMZ, du même système de sauvegarde assistée et d’un même mode Débutant pour ceux qui ne veulent vraiment pas de défi.

Les bonus supplémentaires

Capcom ne s’est pas contenté de cela et il a tenu à aller plus loin en offrant une quinzaine de fonds d’écran pour habiller l’écran de jeu lorsqu’on ne joue pas en plein écran, un lecteur audio permettant dès le début de profiter de toutes les compositions musicales (les originales comme les nouveaux arrangements) ou encore d’une galerie rassemblant un énorme paquet d’illustrations issues du développement. Ce sont des bonus extrêmement agréables pour les fans, surtout que les diverses illustrations sont un régal pour la rétine. Et ce n’est pas tout ! Les développeurs sont allés plus loin encore en ajoutant un mode challenge Z Chaser inédit. Concrètement, il s’agit d’une sorte de simple contre-la-montre demandant en solo d’affronter un fantôme, en normal ou en difficile, pour tenter de battre son temps. Il y a plusieurs défis prédéfinis qui traversent les jeux de la compilation en offrant un bon challenge. En plus, on peut opter pour la division de l’écran en deux afin de jouer sur l’un et de visionner le parcours du fantôme sur l’autre. Si on a un ami sous la main, alors ce dernier peut remplacer l’I.A. sur le deuxième écran. Mieux encore, vous pouvez enregistrer automatiquement vos temps pour les partager avec la communauté, une variante « en ligne » permettant de se confronter aux joueurs du monde entier pour montrer qui est le plus rapide. Cela fonctionne bien à défaut d’être vraiment original dans le fond. En prime, sur la compilation, ceux qui aiment les défis peuvent débloquer des cartes en effectuant certaines actions spécifiques.

Point complet
Quand on sait que les opus GBA et DS de ces six jeux sont vendus à une bonne vingtaine à trentaine d’euros chacun, quand ce n’est pas plus, il faut bien reconnaître que de pouvoir y jouer pour une trentaine d’euros au total, ça a de quoi faire plaisir. Capcom ne s’est pas contenté du strict minimum, les développeurs ayant ajouté plusieurs fonds d’écran, un mode Débutant (très facile du coup) pour pallier notamment la difficulté mal gérée des quatre Mega Man Zero, un système de sauvegarde assisté bienvenu et un filtre scanline pou un rendu façon écran CRT qui fait le job, plus que le filtre qui lisse le rendu du moins. Le mode Z Chaser tant mis en avant lors de la promotion est sympa, que ce soit en solo ou à deux, mais il ne reste ni plus ni moins qu’un mode contre-la-montre. Au moins ça ajoute un peu de défi pour les intéressés. Bref, avec les options pour modifier la taille de l’écran de jeu (plus c’est grand sur la télé, moins c’est agréable à l’œil), la présence d’une galerie bien garnie et d’un lecteur audio qui fait plaisir, on peut dire que Capcom a bien travaillé. Pour autant, tout n’est pas rose puisque les Mega Man Zero n’ont pas été localisés pour l’occasion et le mappage des commandes, certes fidèle à celui de la GBA (à l’époque les développeurs ne pouvaient pas faire autrement), est loin d’être ergonomique. Il aurait été préférable d’assigner l’arme secondaire à un bouton de façade non utilisé ! Dommage, d’autant plus que les quatre Mega Man Zero ont vieilli et cela se ressent d’autant plus sur un grand écran. En revanche, les Mega Man Zero ZX et ZX Advent sont vraiment sympathiques à (re)faire, même à l’heure actuelle.

On a adoré :
6 bons jeux en 1
29,99€, c’est très correct
Les fonds d’écran
La Galerie et le lecteur audio
Les Mega Man ZX en français
Le filtre façon écran CRT
Plusieurs tailles d’écran
Sauvegarde assistée intéressante
Mode Débutant pour ceux qui veulent
Le Mode Z Chaser…
On n'a pas aimé :
Qui reste un simple contre-la-montre
Le filtre lissant le rendu
Jouer en plein écran
Difficulté de base des MM Zero mal gérée
Les MM Zero non localisés en FR
Les MM Zero ont vieilli
L’ergonomie des MM Zero


Consulter les commentaires Article publié le 25/02/2020 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020